Focus sur les séries Guardians Of The Galaxy

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

Jeffzewanderer Par

Il ne vous aura pas échappé qu’un petit film de SF estampillé Marvel Studios doit sortir ce mois-ci. Et comme on pouvait s’y attendre, la Maison des Idées entend bien capitaliser sur le film Guardians Of The Galaxy pour essayer de nous refourguer autant de comics liés à cette licence que possible. Ce sont ainsi trois séries régulières qui viendront désormais squatter les étals, en attendant en plus Guardians of The Galaxy 3000 (qui fera elle la part belle à l’équipe originale évoluant dans le futur, bien loin de celle réinventée par Giffen, Abnett et Lanning qui a inspiré le film).

COMIC TALK a donc décidé de vous offrir un petit tour d’horizon de ces séries Guardians Of The Galaxy, pour vous guider dans vos choix au cas où vous voudriez découvrir l’univers de ces personnages avant le film.

GUARDIANS OF THE GALAXY

Série régulière lancée par Brian Michael Bendis dès les premières rumeurs à propos du film, son accessibilité est aussi son principal défaut au sens où on sent bien que sa vocation première est d’exposer l’équipe au yeux du grand public bien plus que d’en raconter les aventures. En effet si la série est bien écrite et agréable à lire, grâce au talent de Brian Bendis et des artistes qui se sont succédés dans ses pages (Steve McNiven, Sara Pichelli, Nick Bradshaw…), il lui manque un véritable concept.

La petite équipe, identique à celle du film (Star-Lord, Rocket Raccoon, Groot, Gamora et Drax) va en effet de péripétie en péripétie mais sans réelle direction. On ne sait pas vraiment quel est leur but en tant que groupe. Il est bien question de protéger la Terre au début, mais aucune conséquence n’est tirée de ce vœu. Alors Bendis multiplie les recrues comme autant de gimmicks : Iron Man au début (qui ne fait que passer), Angela (transfuge de l’univers de Spawn par le biais de Neil Gaiman, créateur du personnage qui a fini par en récupérer les droits), Venom (Flash Thompson, censé servir de liaison avec les Avengers…). Mais au final, en 16 numéros, rien n’a vraiment évolué.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

Le récent crossover avec All-New X-Men, The Trial Of Jean Grey, est assez symptomatique : c’est une histoire des X-Men face aux Shi’ar à laquelle les Guardians se mêlent parce que ma foi ils sont bien gentils, mais ils n’ont aucun intérêt propre en jeu. Cependant n’allez pas croire que ce comic ne vaille pas le détour si vous voulez découvrir les Guardians. C’est, comme je l’ai dit, très accessible, et chaque numéro réserve son lot de dialogues marrants (et pas que pour Rocket, même si son « Blam ! Murdered you ! » fut un temps culte) et de scènes d’action. Le premier volume de la collection librairie de Panini est une bonne acquisition en VF.

Enfin l’arc en cours en VO relève aussi le niveau de la série puisqu’il met chaque membre de l’équipe face à un ennemi lui en voulant spécifiquement. On a donc pour la première fois de vrais enjeux et une vraie trame narrative claire (même si elle n’a vocation à durer qu’un arc). Un titre qui vaut donc le coup, surtout en trade paperback, même s’il est loin d’atteindre la qualité exceptionnelle de la précédente série, de Dan Abnett & Andy Lanning, qui avait les mêmes qualités et en plus un concept très fort.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

ROCKET RACCOON

Et voici la série qui s’imposait comme une évidence vu les efforts marketing de Marvel pour assurer le statut de personnage culte de Rocket Raccoon. La Maison des Idées a même mis les petits plats dans les grands en faisant appel à Skottie Young pour réaliser ce titre (scénario et dessin). Propulsé au rang de star par ses comics Oz et ses multiples couvertures variantes (notamment version « baby », Young est un artiste suffisamment rare sur des pages intérieures pour que sa simple présence soit en elle-même un petit évènement.

Personnage culte, auteur culte, tout était donc réuni pour avoir un titre de même, mais finalement on se dit que tout le monde en avait peut-être un peu trop conscience et qu’il manque un petit quelque chose à ce Rocket Raccoon.

Le dessin est irréprochable. Le coup de crayon cartoony et légèrement ébouriffé de Young est bien là, Rocky a des mimiques impeccables, et l’artiste peut se faire plaisir au niveau design vu l’univers SF du titre. Les couleurs donnent dans le flashy, ce qui peut surprendre de prime abord, mais elles contribuent au côté « bonbon » de la série, qui ne se prend pas une seconde au sérieux.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

Niveau écriture chaque page est une ode au raton laveur cosmique. Rocket est tout ce qu’on peut attendre de lui : caractériel, égocentrique et narcissique, gouailleur… Il a toujours ses flingues énormes et une forte propension à se fourrer dans les ennuis, et on le découvre coureur de jupons. Bref là encore c’est impeccable.

Le seul bémol vient du fait qu’un tel personnage est parfait comme second rôle ou membre d’une équipe. Chacune de ses interventions marque les esprits et il a vocation à devenir le chouchou des fans. Mais il est plus délicat de faire reposer toute une intrigue sur un personnage de ce genre. Parce qu’un scénario ne peut pas être une simple avalanche de gags et one-liners, mais que d’un autre côté utiliser le personnage pour autre chose que lesdits gags et one-liners c’est le « normaliser », le rendre moins parfaitement culte.

Et c’est en effet là que le premier numéro de Rocket Raccoon laisse entrevoir ce qui pourrait être la limite de la série. Dans ce premier arc Rocket se retrouve traqué, mais les raisons de cette traque font un peu gag facile et l’intrigue manque jusque-là un peu d’enjeu. Ça ne suffit pas à vraiment plomber la série, dont le premier numéro reste plus que plaisant à lire, mais ça donne cette impression que Young essaie peut-être un peu trop de rendre son titre culte, et manque (de peu) le coche à cause de ça.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

LEGENDARY STAR-LORD

Si Rocket Raccon était la série évidente à faire pour vendre des comics Guardians Of The Galaxy, Legendary Star-Lord sent plutôt la tentative peu inspirée de capitaliser à tout prix sur un effet de mode. Drôle d’idée en effet de demander à Sam Humphries et Paco Medina d’offrir un titre solo à Peter Quill quand celui-ci est déjà le leader des Guardians et ne semble pas avoir de motivation personnelle bien différente de celles de son équipe.

La dimension bassement opportuniste et commerciale de cette série se trouve encore accentuée quand on découvre la façon dont le héros est écrit. Star-Lord est en effet présenté comme un pirate de l’espace au grand cœur, aventurier vaurien mais avec un bon fond. Mi-Jack Sparrow, mi-Robin des bois, version cosmique. Bref exactement la personnalité esquissée par les bandes annonces du film Guardians Of The Galaxy.

Mais pas du tout celle qu’on lui connaissait dans les comics (surtout d’Abnett et Lanning mais aussi un peu de Bendis), où malgré sa légèreté apparente et son goût pour la vanne, Peter Quill est un homme de convictions et le leader d’une équipe dont il revendique la mission héroïque. Bref le Star-Lord des comics est un vrai héros, et n’a rien d’un hors-la-loi, même sympathique.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

La série part donc mal. Cependant, elle mérite aussi qu’on ne s’arrête pas à cette fâcheuse première impression. Car si on est disposé à passer sur le côté « achetez c’est comme le film si si on vous le dit même le costume », on découvre au final une série d’aventure plaisante. L’intrigue est enlevée, avec une évasion, un vol, de la bagarre et une bonne dose d’humour. Et si ce Peter Quill n’est pas celui qu’on connaît il n’en est pas moins attachant pour qui aime l’archétype du « gentil bandit ».

Niveau dessin Paco Medina livre une prestation honnête. On ne classera pas ça dans ses réussites mémorables, mais l’artiste a suffisamment de talent en réserve pour arriver à un résultat plus que satisfaisant même quand il se contente de « faire le job » sans forcer. C’est propre, dynamique et globalement efficace. A noter le travail du coloriste Juan Vlasco pour coller au style graphique imposé notamment par Sara Pichelli sur la série principale Guardians Of The Galaxy. La volonté d’assurer la cohérence graphique de la ligne est louable, mais pour le coup ça ne sied pas parfaitement au style de Medina.

Legendary Star-Lord est donc une série qui part avec pas mal de handicaps, tous liés à sa dimension opportuniste par rapport au film. Mais finalement, si on se laisse tenter quand même, on est plutôt agréablement surpris de découvrir un titre d’aventure marrant et frais. Pas un classique, mais si vous avez flashé sur le héros dans les bandes annonces et si vous avez 4 € en trop, vous pourriez en faire de pires usages.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

GUARDIANS OF THE GALAXY : GALAXY’S MOST WANTED

Ce one-shot consacré à Rocket Raccoon et Groot se déroule à priori dans l’univers du film à en juger par le look des costumes et surtout le statut de chasseurs de primes du duo. L’histoire tient en une phrase : Rocky et Groot doivent échapper à une horde de chasseurs de primes qui ont décidé d’encaisser la prime sur leur tête. Le seul rebondissement provient d’un malentendu auquel on a du mal à croire.

Mais ce qui nuit le plus à ce one-shot c’est son côté « fait par-dessus la jambe ». Comprenez que rien n’est vraiment mauvais, et qu’on retrouve les ingrédients qui font le succès du duo Rocket/Groot (le sale caractère, les vannes et les flingues de Rocket, « I am Groot »…). Mais tout est fait en roue libre, sans réel rythme ni génie. L’intrigue tient la route mais ne surprend ni n’emballe jamais vraiment.

Il en va de même du dessin d’Andrea Di Vito, qu’on sait bien plus talentueux que ce qu’il montre ici. C’est propre, sans erreur, mais les designs sont un peu trop passe-partout et l’encrage est assez grossier.

En gros si ce comic avait été distribué dans les salles de cinéma pour faire plaisir aux spectateurs dans le cadre d’un coup de promo, on aurait dit que c’était très bien. Mais à acheter à 4 € c’est assez décevant, et la back-up (une réimpression de Thor #314 où l’Asgardien croise Drax et Moondragon) a non seulement pris un coup de vieux, mais n’a en plus guère de rapport avec l’univers des Guardians malgré la présence de Drax.

Guardians Of the Galaxy Comic Talk Review

One Response to Focus sur les séries Guardians Of The Galaxy

  1. Eddyvanleffe dit :

    Héhé comme d’habitude je suis mitigé. Evidemment j’irais voir le film pour rigoler un bon coup, Evidemment je ne peux que me réjouir de ce focus soudain sur les GOG. Le marvel classic de ce mois m’a fait bien plaisir avec ces vieux Marvel Two-in one que j’avais déjà lu dans mes antédiluviens Special Strange. Je vais promotionner à fond autour de moi le nouveau mini deluxe sur la mouture de DnA et Paul Pelletier. Mais je sens qu’après l’euphorie et lorsque la simplification drastique des itérations pelliculaires prendront le pas sur celles papiers, je reprendrai ma panoplie de prédicateur fou pour lancer comme un mantra: « Ne vous fiez pas au cinéma, les comics sont une forme d’art trop riche et trop complexe pour être ainsi caricaturé et appauvrie par Hollywwod. »
    Je ne boude pas le film, au contraire, je sens qu’il va être super. Mais depuis quelque temps Marvel Studios prend une importance inquiétante sur la maison mère au point de faire petit à petit de leur catalogue, un vulgaire produit dérivé comme ces vilains trucs mal torchés sous licence…(On va finir par faire des captures d’écran)

Poster un commentaire