Focus sur les sorties All-New Marvel Now de Mars, 2ème partie

All-New Marvel Now Mars Comic Talk

Jeffzewanderer Par

En attendant une fournée prometteuse en Avril (Elektra, Iron Fist…), et avec un peu de retard, voici la seconde partie des reviews des lancements estampillés All-New Marvel Now de Mars (la première est ici). Beaucoup de relaunches (Secret Avengers, Wolverine & The X-Men), plus ou moins justifiés (Daredevil), et un tout nouveau titre (All-New Ghost Rider), mais surtout de la qualité qui donne envie de pardonner encore une fois cette manie des numéros un permanents.

DAREDEVIL #1

S’il y a bien une série All-New Marvel Now où le relaunch était clairement un bon gros coup marketing, c’était Daredevil (avec Wolverine juste derrière quand même). En effet on est face à un titre où ni le scénariste (Mark Waid) ni l’artiste (Chris Samnee) ne changent. Seul prétexte à ce numéro un : Matt Murdock a quitté New York pour venir s’installer à San Francisco suite aux évènements du story arc précédent.

Bref ça sentait bon le « vas-y colle un gros « 1 » sur la cover, ça fait vendre ». Mais d’un autre côté, vu la qualité du run de Waid (et du travail de Samnee depuis qu’il est sur le titre), comment vouloir que l’équipe change ? Disons-le franchement, je préfère mille relauches artificiels au départ de ces auteurs géniaux. Et la lecture de ce Daredevil #1 ne fait que confirmer ce sentiment. On retrouve toutes ces utilisations intelligentes des pouvoirs de Matt Murdock qui faisaient le cachet du volume précédent, remarquablement traduite sur le plan visuel par un Chris Samnee toujours aussi inspiré. Mark Waid n’oublie jamais que son héros ne perçoit pas le monde comme les autres, et pour chaque avantage que lui confèrent ses sens hyper-développés, il y a un inconvénient en retour. Le récit multiplie les rebondissements, rendant haletante la course-poursuite qui constitue le gros de l’action. Et il y a encore un de ces cliffhangers qui jouent sur la corde sensible avant de vous prendre au dépourvu. Bref, c’est toujours aussi excellent en tous points.

Mais là où les auteurs excellent, c’est en arrivant presque à nous faire croire par moment qu’on est en train de lire un vrai numéro un et par Daredevil #37. On a en effet le sentiment d’un vrai nouveau départ en voyant Matt redécouvrir San Francisco (il y avait apparemment vécu il fut un temps, c’est d’ailleurs ce qui justifie en partie le déménagement), tenter de se familiariser avec la ville. On appréciera aussi que toutes les conséquences de la fin de la série précédente soient prises en compte (je reste vague pour ne pas spoiler) avec un DD qui a une toute nouvelle manière de travailler. Alors évidemment, si on gratte un peu, on se rend vite compte qu’il va manquer des éléments à qui n’a pas lu la série précédente. Mais c’était le prix à payer pour ne pas saboter le run de Waid dans la durée. Et si en effet le numéro un est un peu trompeur, ce Daredevil #1 réussit tout de même à être un très bon point d’entrée pour qui voudrait se mettre à lire ce titre. En gros il oblige à prendre le train en cours de route, mais celui-ci fait quand même un arrêt en gare pour ne pas obliger à monter en marche. Et si coller un gros « 1 » sur la cover peut inciter les gens à découvrir cette série géniale, ça vaut le coup !

LA NOTE : 4,5/5

Daredevil All-New Marvel Now Mars Comic Talk

Daredevil #1

SECRET AVENGERS #1

Au-delà de son slogan « Run the mission. Don’t get seen. Save te world », Secret Avengers, c’est un peu la série qui se cherche depuis sa création. La version précédente, de Nick Spencer et Luke Ross, avait opté pour une approche plus « Secret » qu’ « Avengers », avec un roster de base resserré et movie friendly de Black Widow, Hawkeye, Phil Coulson et Nick Fury Jr (plus quelques autres venus en renfort au fil des numéros). Le tout baignant dans une ambiance de thriller d’espionnage pour une grande lutte contre AIM.

Cette nouvelle mouture, écrite par Ales Kot et dessinée par Michael Walsh, s’inscrit sans surprise dans la continuité du volume précédent. Sans surprise parce que Kot avait co-écrit le dernier arc dudit volume. On retrouve donc le même roster de base Fury-Coulson-Hawkeye-Black Widow, avec Maria Hill en organisatrice de tout ça, et Spider-Woman comme nouvelle venue. Tous ces personnages sont d’ailleurs très bien écrits. Et surtout on retrouve des éléments hérités directement du story arc évoqué plus tôt, comme le fait que MODOK a trahi AIM pour avoir l’immunité, et travaille maintenant pour le SHIELD. Du coup le côté « #1 » n’est pas évident, et on n’est plus face à un passage de témoin tranquille entre deux auteurs qu’à un nouveau départ.

Néanmoins il faut reconnaître qu’Ales Kot, en retrait lorsqu’il n’était « que » co-scénariste, arrive ici très vite à imposer sa patte et qu’en termes d’ambiance ce Secret Avengers #1 est assez différent de ce qui se faisait avant. Kot joue en effet plutôt la carte de l’humour, avec des one liners, du comique de situation et des gags visuels. Et en même temps il essaie de nous raconter une histoire sérieuse, plus orientée action qu’espionnage, et lance plusieurs intrigues en parallèle, ce qui est plutôt plaisant en cette ère de décompression narrative.

Globalement la sauce prend bien. Les diverses blagues sont vraiment drôles (le clin d’œil cool au Hawkeye de Matt Fraction et David Aja, la présentation de Fury…), mais elle ne rendent pas non plus le récit burlesque et ne sortent pas le lecteur de l’action. C’est sûrement de cette capacité à maintenir ce délicat équilibre dans la durée que dépendra la qualité de la série. Et de la façon dont les diverses intrigues, pour l’instant alléchantes, seront développées, bien sûr.

Par contre s’il y a bien un point sur lequel on ne se fait pas de soucis, c’est le dessin. Michael Walsh s’inscrit dans le style de ces auteurs à la patte européenne comme David Aja, Michael Lark ou Sean Phillips. Trait faussement naïf, visages expressifs, mises en page classiques mais élégantes et dynamiques, donnant un rythme nerveux à la narration qui contribue grandement au succès des blagues, tout y est.

Secret Avengers #1 laisse donc espérer qu’on soit face à une série à la fois légère mais capable d’offrir de bons moments d’action. C’est dynamique et percutant, et très bien dessiné, mais il faudra que le scénariste joue les équilibristes pour que la série arrive à garder à la fois sa patte et son sérieux.

LA NOTE : 4/5

Secret Avengers All-New Marvel Now Mars Comic Talk

Secret Avengers #1

WOLVERINE & THE X-MEN #1-2

Troisième relaunch du mois de Mars, celui de Wolverine & The X-Men avait au moins le mérite de voir arriver une toute nouvelle équipe créative sur le titre, avec Jason Latour au scénario et le transfuge de DC Mahmud Asrar au dessin. Mais la question qu’on pouvait légitimement se poser était celle de savoir comment une série aussi marquée par la patte de son créateur (Jason Aaron) et un univers aussi particulier pourrait supporter un tel changement d’équipe créative. La réponse ? Plutôt bien.

Niveau dessin déjà la transition se passe bien. Le trait manque peut-être parfois un peu de détail sur la fin du numéro deux, mais globalement c’est très beau et Mahmud Asrar nous livre de bien belles versions des élèves de la Jean Grey School comme des professeurs. Et l’un des nouveaux vilains qu’on découvre a un look plutôt réussi avec sa barbe et son phénix sur le front.

Mais c’était un niveau du scénario qu’on pouvait avoir plus de doutes, et là encore ceux-ci s’avèrent infondés. Jason Latour réussit en effet à créer une histoire qui préserve l’esprit de la série telle qu’on la connaissait sans pour autant essayer de singer Jason Aaron. Le côté loufoque de la série ne passe pas à la trappe, mais le scénariste se contente d’exploiter les éléments déjà en place (les bamfs, Doop, certains élèves au look improbable comme Eye Boy…) mais sans en ajouter. Il y a bien la petite nouvelle Nature Girl, mais on l’a encore trop peu vue pour savoir comment elle va tourner. En fait il livre un récit à la tonalité légèrement plus sérieuse, centré sur Quentin Quire et le Phénix, exploitant la révélation de Battle Of The Atom où on avait appris que Quire allait finir par hériter des pouvoirs de l’oiseau de feu.

C’est sans doute cette idée de faire de Quire le personnage central qui donne cette impression de continuité par rapport au volume précédent. Et le fait de le voir s’interroger sur son avenir, rejeter celui qu’il pense qu’on lui impose d’être, chercher sa propre voix, constitue une évolution naturelle pour le personnage après qu’il ait reçu son diplôme. Bref Wolverine & the X-Men c’est toujours l’histoire de la formation de jeunes mutants, et c’est sans doute pour ça qu’on ne se sent pas trop dépaysé. Et il est aussi appréciable de voir les X-Men classiques comme Storm et Wolverine fidèles à eux-mêmes et bien écrits. De même on appréciera que les subplots non résolus du volume précédent (Evan en futur Apocalypse ?) ne soient pas oubliés et au contraire intégrés à la nouvelle histoire centrée sur le Phénix. S’il fallait juste relever un gros défaut, c’est que l’un des nouveaux vilains semble être encore un chef d’entreprise ado multimilliardaire en costar (Hellfire Club anyone ?), mais pour l’instant on s’y fait. Un bon départ pour la nouvelle équipe donc, mais un point d’entrée correct sans plus pour le nouveau lecteur, prix à payer pour inscrire ce volume dans la continuité du précédent.

LA NOTE : 4/5

Wolverine & The X-Men All-New Marvel Now Mars Comic Talk

Wolverine & The X-Men #1

ALL-NEW GHOST RIDER #1

All-New Ghost Rider est (avec Inhuman, chroniqué à part) le seul titre de cette fournée de nouvelles sorties qui mérite totalement son qualificatif d’All-New. Ne vous fiez en effet pas au nom connu, on est face à un tout nouveau personnage créé par Felipe Smith au scénario et Tradd Moore au dessin. Tellement nouveau qu’il a troqué sa moto pour une voiture.

Et là je suppose que ce qui n’étaient pas déjà au courant se sont étranglés de surprise. Mais finalement ce changement de véhicule n’est pas ce qu’il y a de plus dépaysant dans ce premier numéro. Oublions Johnny Blaze et Danny Ketch, et découvrons Robbie Reyes, jeune mécano dans un quartier pourri de Los Angeles. Un bon garçon qui doit s’occuper seul de son petit frère handicapé moteur, et qui s’adonne aux joies des course de voitures urbaines illégales pour gagner assez d’argent pour se tirer de là. Bref Fast & Furious rencontre Boyz N The Hood.

Un pitch un peu formaté donc : le bon gars rendu encore plus attachant parce qu’il se sacrifie pour sa famille, courageux mais en galère, le flirt avec l’illégalité « innocente » pour qu’il soit rebelle mais toujours un gentil… Et même le  rebondissement final qui provoque sa transformation en Ghost Rider n’est pas révolutionnaire. Mais tout ça est très bien exécuté, et si on se dit avec le recul ce n’était en effet pas très original, en tous cas à la lecture on se régale et on se laisse porter par les péripéties de ce nouveau héros attachant.

Le dessin de qualité contribue grandement à cette immersion. Tradd Moore a un trait stylisé, entre le cartoony et quelque chose de plus incisif. On pourrait penser à du Adrian Alphona mais en plus agressif, moins rond. Et j’apprécie le nouveau design du Rider, bien qu’il soit très éloigné de l’ancien (malgré un petit hommage pour la veste). Mais surtout les mises en page sont exceptionnelles, notamment en ce qui concerne les scènes en voiture. La course urbaine n’a rien à envier à ce qu’on peut voir sur grand écran en termes de dynamisme et de tension dramatique, grâce à une alternance judicieuses entre les tailles de case, les plans choisis, les inserts… Bref cet élément essentiel du récit donne lieu à des pages splendides.

All-New Ghost Rider #1 fonctionne donc sur le ressort classique du bon gars mis dans une situation difficile, et qui se retrouve avec des superpouvoirs par-dessus le marché. Une recette éprouvée mais qui est bien mise en œuvre. On ne tient peut-être pas le nouveau Nova, mais ce premier numéro est prometteur niveau scénario et parfaitement convainquant niveau dessin. Il mérite donc le détour.

LA NOTE : 4/5

All-New Ghost Rider All-New Marvel Now Mars Comic Talk

All-New Ghost Rider #1

2 Responses to Focus sur les sorties All-New Marvel Now de Mars, 2ème partie

  1. Eddyvanleffe dit :

    Le GHOST RIDER, malgré les commentaires peu élogieux sur les diverses forums me titille le cervelet. J’aime le coté INITIAL D.
    Et puis je prendrai le DD, je ne suis pas fou non plus…

  2. Noisybear dit :

    tu vois que Waid a bien travaillé le changement de numérotation; Ca faisait 1 an qu’il savait que ça allait se produire. Du coup, cet épisode est un numéro 1 idéal pour les nouveaux lecteurs ;) (et les anciens sont toujours contents)

    Wolverine & the X-Men j’aime beaucoup le changement d’équipe créative. Niveau scénario, ça ne change pas énormément mais ça apporte du neuf.

Poster un commentaire