Jeffzewanderer’s Reviews Express #13.2, spécial Marvel (et bonus)

Comic Talk Reviews Express Marvel

Jeffzewanderer Par

Encore une fois avec un peu de retard, j’ai quand même souhaité vous proposer ce récapitulatif des sorties Marvel de mars et de la première semaine d’avril, pour assurer une sorte de suivi desdites sorties, notamment les titres All-New Marvel Now.

Deux petites particularités pour cette édition : le retour des titres Ultimate et un paragraphe bonus qui sera consacré à quelques sorties indés de la même période que je n’ai pas eu l’occasion de traiter en Reviews Express classiques. Sinon vous retrouverez les trois grandes catégories désormais habituelles : Marvel Heroes, Avengers et X-Men Universe.

Ultimate Marvel

Commençons donc par les titres Ultimate. Le mystérieux one-shot Survive par Brian Bendis et Joe Quinones est en fait un épilogue à l’event Cataclysm. Pas grand-chose à dire à son sujet : on y pleure les morts et on prépare les relaunches du mois prochain avec la re-mobilisation des héros. Pas indispensable mais pas mauvais, sauf pour ce qui est du dessin, vraiment limite.

Dans le genre hommage aux chers disparus Ultimate Spider-Man #200, toujours par Bendis et les artistes qui sont passés sur la série (Mark Bagley, Sara Pichelli, Dave Marquez…) est bien plus réussi. Miles Morales et son compère Ganke se rendent à la célébration de la mort de Peter Parker organisée par sa tante May et Gwen Stacy, où toutes les personnes qui ont compté dans la vie de Peter sont présentes (Kitty Pryde, MJ, Iceman, Johnny Storm…). Ça aurait pu tourner à l’auto-célébration pour la série, mais c’est en fait un numéro vraiment touchant, empreint de mélancolie et très bien mené. Un vrai bel hommage.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Ultimate Spider-Man #200

Dans l’univers 616, All-New Invaders #3 de James Robinson et Steve Pugh continue son bonhomme de chemin. Les héros (Cap, le Winter Soldier, Human Torch) partent délivrer Namor, prisonnier des Kree. L’intrigue est plaisante (malgré un twist prévisible), l’utilisation de la Vision du Golden Age bienvenue est dans l’esprit de la série et le dessin superbe. Mais personnellement j’ai du mal avec l’écriture assez maniérée de Robinson, un peu bavarde et pas assez percutante.

Superior Spider-Man #29-30 et l’Annual #2 de Dan Slott, Christos Gage et Giuseppe Camuncoli nous rapprochent un peu plus de la conclusion de ce titre et du retour du vrai Peter Parker. La Goblin War est spectaculaire et les divers Goblins bien traités (l’Annual sur Phil Urich que son oncle veut sauver malgré lui est très bon). Mais autant les péripéties du « fantôme mental » de Peter sont bien traitées, et autant on voit (avec joie) Spidey-Ock acculé, autant ce dernier capitule peut-être un peu facilement à première vue, même si cela peut aussi être vu comme l’aboutissement de sa métamorphose en tant que personnage.

En parlant de personnages réussis, Kamala Khan confirme tout le bien qu’on pensait d’elle avec Ms Marvel #2 de G. Willow Wilson et Adrian Alphona. La jeune héroïne découvre ses pouvoirs de métamorphe, qu’elle maîtrise bien mal, et suivre ses réactions est fascinant. Maladroite, touchante, drôle, elle est vraiment un personnage magnifique et extraordinairement attachant. Et la série est un prétexte à développer des thèmes des plus intéressants : l’identité, l’apparence… Même le supporting cast (les parents stricts, le frère dévot, le meilleur ami…) est très réussi. Et Adrian Alphona est brillant, sont style faisant toujours merveille et créant une ambiance extraordinaire : cartoony, parfois onirique, parfois pétillante… Un régal !

Comic Talk Reviews Express Marvel

Ms Marvel #2

Dans Punisher #3-4 par Nathan Edmondson et Mitch Gerads, Frank Castle continue sa croisade contre le cartel Dos Soles en se retrouvant opposé à Electro notamment. La série est classique mais efficace (le Punisher tue des criminels quoi), et il y a un bel effort de la part du scénariste pour introduire de multiples subplots (les nouveaux Howling Commandos qui traquent Frank, l’implication d’AIM…) et faire vivre les personnages secondaires (Sammy la femme flic vue au diner, Tuggs…). Le destin de Sammy devrait d’ailleurs être un point clé dans le futur (plagiat de Rachel Cole-Alves ?). Deux points gênants cependant. La motivation du cartel pour se lancer dans le terrorisme n’est pas très claire. Et je n’ai pas aimé le fait que Castle dise avoir pratiqué la torture lorsqu’il était militaire et alors même qu’il est présenté comme ayant des états de service impeccables. Les deux me paraissent incompatibles, et le fait de balancer ça au détour d’une phrase comme si c’était normal me gêne (même si quand Castle le fait en tant que Punisher je m’y fais, allez comprendre…).

Black Widow #4-5, toujours de Nathan Edmondson et dessiné par Phil Noto, marquent la fin des done-in-one. Embauchée par le SHIELD, Natasha Romanova assiste à un attentat à la bombe et se lance sur la piste des coupables. L’action est percutante et la traque du commanditaire des attentats tient en haleine. Seule la révélation de son identité risque de tomber un peu à plat, vu la faible notoriété du personnage, mais le récit ne fait pas reposer toute son intensité là-dessus donc ce n’est pas gênant. Mais surtout la narration via les monologues intérieurs de l’héroïne est toujours aussi réussie, avec son rythme particulier. Et les dessins de Phil Noto sont parfaits, peut-être les meilleurs de sa carrière. Ils gardent le côté éthéré qui fait toute la patte de l’artiste, mais sans la rigidité parfois gênante de certains autres de ses travaux plus anciens. Cette série est vraiment un bijou.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Black Widow #5

Winter Soldier The Bitter March #2 de Rick Remender et Roland Boschi dévoile sa vraie nature : c’est un prologue à l’arc The Iron Nail en cours dans Captain America qui dévoile les origines du vilain éponyme et du Dr Mindbubble. Si la révélation est brutale, elle reste bienvenue, et n’empêche pas d’apprécier cette série qui évoque irrésistiblement les vieux films d’espionnage par son ambiance. Mais je doute désormais qu’elle puisse se lire seule.

Dans le présent Captain America #18-19, de Remender encore et Nick Klein au dessin, vont donner du grain à moudre à ceux que les rapprochements entre ciné et comics énervent. Parce que Cap et Falcon contre un super Héliporteur qui est l’arme ultime secrète du SHIELD que les vilains ont détourné, ça rappelle quelque chose quand même… Mais d’un autre côté le fait que la série délaisse les réflexions idéologiques simplettes pour l’action est très plaisant, et je tolère même presque le look ridicule du Dr Mindbubble, même si ce côté WTF n’est pas ce que je préfère chez Remender.

Dans Iron Man #22 et 23.NOW (qui n’est pas du tout un bon point d’entrée) Kieron Gillen continue sa saga Iron Metropolitan avec Joe Bennett et Luke Ross (on a connu le second plus inspiré d’ailleurs). Les bonnes et moins bonnes idées se succèdent dans ces deux numéros. L’arrivée d’un méchant ayant entrepris de récupérer tous les anneaux du Mandarin est plutôt bienvenue, mais le choix dudit méchant laisse plus perplexe. Le personnage de la journaliste anti-Stark a du potentiel, mais devient parfois un peu caricaturale. Le destin réservé à Troy (la ville que Stark veut bâtir avec son frère Arno) est intéressant, et Shevaun la bricoleuse-ingénieure spécialisée dans le surnaturel est assez cool pour qu’on espère la revoir. Plutôt bon globalement donc, mais pas exempt de défauts.

Enfin Thor God Of Thunder #20, par Jason Aaron et Esad Ribic, où Thor et l’agent Roz Solomon luttent contre Roxxon et leurs plans machiavéliques pour polluer et s’enrichir. Si les manigances du vilain patron sont un peu caricaturales, c’est aussi une ficelle inévitable quand on veut traiter de thèmes tels que la pollution. Et les passages sur le vieux roi Thor protégeant une dernière fois une Terre dévastée d’un Galactus vieillissant sont épiques. Globalement Jason Aaron trouve un équilibre parfait entre la solennité et humour, et les dessins d’Esad Ribic (et Ive Svorcina aux couleurs pour le côté peint) sont sublimes.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Thor God Of Thunder #20

Avengers

A+X #18 marque la fin de cette série et ce n’est pas dommage. L’histoire de Vision et Kitty Pryde par Jim Krueger et Will Sliney n’est pas mal, tournant autour de la thématique de la machine qui acquiert une conscience. Par contre Cyclops/Captain America par Gerry Duggan, David Yardin et Matteo Lolli est toujours aussi peu intéressante.

New Avengers #15 et 16.NOW confirment l’essoufflement de la série de Jonathan Hickman (avec Simone Bianchi et Rags Morales respectivement). En fait l’intrigue autour des incursions n’avance pas et on voit encore les héros observer diverses réalités alternatives pour chercher une solution. Alors on a certes droit à une petite révélation sur Black Swan dans le #15, et à des ersatz des héros DC (le pseudo Batman s’appelle même Wayne…) dans le #16.NOW, mais toujours pas l’ombre d’une avancée sérieuse. Et un charabia pseudo-scientifique si obscur que l’auteur est obligé de jouer la carte de l’humour (même Stark ne suit pas) pour se rattraper aux branches achève faire de ces numéros une grosse déception.

Par contre Avengers #27 toujours d’Hickman et dessiné par Sal Larocca est bien plus plaisant. Le conflit entre les Avengers et leurs doubles maléfiques (oui c’est vrai que ça rappelle Forever Evil, décidément Hickman aime DC…) est plaisant, et on a le sentiment que l’intrigue avance bien que ce soit les manigances d’AIM ou le sort des Adaptoids. Action, bon scénario, pas trop de décompression : bref un comic efficace et bien dessiné si on n’est pas allergique au style de Larocca.

Enfin Avengers World #4 par Hickman, Nick Spencer et Stefano Caselli, continue à nous présenter les intrigues lancées lors du #1 à raison d’une par numéro. Cette fois c’est à Starbrand, Hawkeye, Nightmask et Spider-Woman qu’on s’intéresse tandis qu’ils explorent une mystérieuse cité des morts en Italie. Starbrand est à l’honneur, et l’identité de l’adversaire est bien trouvée. Un bon numéro donc, pas trop décompressé, et il est juste dommage qu’il faille attendre plusieurs numéros avant de connaître la suite.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Avengers #27

Uncanny Avengers #18.NOW lance l’acte 2 de la grande saga de Rick Remender avec Daniel Acuña (très en forme). Encore un faux point d’entrée (c’est la suite directe de l’arc précédent, indispensable pour comprendre les tenants et les aboutissants de l’histoire). La terre est détruite, les mutants sont tous sur la Planète X créée grâce aux pouvoirs de Scarlet Witch, dirigée par Eimin (l’Apocalypse Twin survivante), et Havok, Beast et Wasp résistent envers et contre tout. La série se déroule donc en pratique dans son petit coin de l’univers Marvel, en marge du reste de la continuité, et un voyage dans le temps (thème cher à Remender) devrait la raccrocher au reste de l’univers à sa conclusion. C’est épique, plein de bonnes idées, et vraiment plaisant à lire une fois qu’on a compris que Remender a trouvé là un moyen de s’affranchir de toutes les règles.

Mighty Avengers #8 d’Al Ewing et Valerio Schiti nous offre encore une légion de character moments impeccables, entre Luke Cage et Blue Marvel, avec White Tiger possédée par l’entité qui lui donne ses pouvoirs… Et l’attaque d’un savant fou nommé Positron fournit le quota d’action. Bref une série qui maintient un équilibre parfait entre ses divers éléments.

Enfin Avengers Assemble #25 par Kelly Sue DeConnick, Warren Ellis, Matteo Buffagni et Neil Edwards, marque la fin de cette excellente série. Spider-Girl, aidée par tous les Avengers qu’elle a croisés lors des numéros précédents, se lance à l’assaut de la base de June Covington. L’action est au rendez-vous, les dialogues sont impeccables, c’est frais et drôle, et Anya Corazon (Spider-Girl) est très attachante (en fait c’était Kamala Khan avant l’heure…). Dommage que cet excellent titre s’arrête.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Avengers Assemble #25

X-Men Universe

Origin II #4 par Kieron Gillen et Adam Kubert est une preuve de plus que la série est très dispensable. Il y a bien de beaux dessins et une scène de combat très bien mise en scène, mais le scénario reste trop convenu (on essaie de re-civiliser Logan et ça tourne au tragique) et ce sont surtout les personnages autour de lui (Creed ici) qui sont concernés par les révélations. Admettons quand même qu’un évènement semble destiné à redéfinir la relation Creed/Logan et les raisons de leur antagonisme, mais je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Cela supprime a priori une grande partie de ce qui rendait cette opposition intéressante (la différence de nature profonde entre les deux ennemis) pour le remplacer par un motif plus classique.

Par contre Savage Wolverine #16 de Richard Isanove est toujours aussi bon, avec son histoire aux allures de polar noir opposant Logan à des bootleggers pendant la prohibition. Rien de particulier à dire sinon que les gangsters retrouvent ici la trace de Logan et que ça tourne mal évidemment. Une histoire simple mais vraiment agréable à lire et bien dessinée. Comme quoi pas besoin de chercher à réinventer la roue pour faire un bon comic…

« Bon comic » ce n’est par contre vraiment pas ce qu’on a envie de dire d’X-Force #2 par Simon Spurrier et Rock-He Kim. Le dessin façon Adi Granov est toujours très bon, mais que le scénar est insipide (oh un vilain exploite des mutants…). Pour meubler on a une scène de baston gratuite, des personnages sont caricaturaux (Marrow psychopathe déjantée, Fantomex en rut, Psylocke transparente…). Il y a bien une autre scène de baston bien chorégraphiée mais c’est vraiment tout. Même les explications sur la transformation de Marrow sont balancées comme ça au détour d’une phrase.

Par contre X-Factor #4-5 de Peter David et Carmine Di Giandomenico sont vraiment très bons. Le premier résout l’intrigue autour du vol de données par un des voleurs de la guilde de Gambit, et le second oppose l’équipe à un vilain connu mais qui opère selon une nouvelle méthode. Et le tout sert surtout à mettre l’équipe sur pied puisqu’à chaque fois de nouveaux membres la rejoignent (Danger ici). Les personnages sont superbement écrits, notamment Gambit, vraiment mis en valeur, et Danger, dont la quête d’humanité s’avère bien menée. Polaris et Quicksilver ne sont pas en reste, chacun semblant gagner en profondeur.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Origin II #4

Côté X-Men stricto sensu X-Men Legacy #300 (oh le beau numéro) de Mike Carey, Simon Spurrier, Christos Gage, Tan Eng Huat, Steve Kurth et Rafa Sandoval est assez bizarre. Forgetmenot, un personnage créé pour l’occasion mais sensé avoir toujours été dans le récit (on ne l’a pas vu à cause de son pouvoirs qui consiste à passer inaperçu), revient sur des évènements de la série (Age Of X, ce que sont devenu Mimic et Weapon Omega…). Cela pour faire la leçon à une jeune intruse. L’ensemble se veut assez touchant (à cause de la solitude du narrateur et des motivations de l’intruse), et réussit en partie son pari, mais le numéro reste très anecdotique.

Marvel Knights X-Men #5 de Brahm Revel conclut très bien cette excellente mini-série qui voit les X-Men (Wolverine, Rogue et Kitty) porter secours à deux jeunes mutantes pas si innocentes dans une petite ville. Véritable Who’s Who des ennemis et alliés des X-Men (via les pouvoirs d’une des mutantes) la série n’oublie pas d’apporter une résolution satisfaisante à son intrigue. Les personnages sont bien écrits et le dessin stylisé est plaisant, même si on a vraiment l’impression que Revel a dû se presser pour tenir ses délais. Et Rogue a récupéré ses pouvoirs des 90s. Mais dans l’ensemble c’est vraiment une très bonne mini-série qui s’achève.

En parlant de s’achever, c’est aussi le cas de l’arc de Brian Wood et Kris Anka centré sur Arkea dans X-Men #12. Et le syndrome Wood frappe encore. Après des développements interminables et lassants, le scénariste réussit à renverser la tendance en un numéro avec une conclusion percutante très réussie. L’action est bien menée (avec des idées cools), les dialogues réussis et pas trop présents, et les ouvertures sur la suite ne sont pas mal (sauf si on est allergique par principe aux résurrections). Enfin la back-up de Clay Mann sur le combat contre les sentinelles est toujours aussi mal insérée dans le récit qu’agréable à lire.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Marvel Knights X-Men #5

Enfin côté grosses séries Uncanny X-Men #18-19.NOW de Brian Michael Bendis sont toujours aussi bons. Le premier fleure bon la décompression puisqu’il consiste surtout à revoir les évènements depuis l’arrivée des jeunes X-Men et Kitty à travers les yeux de Cyclops. Mais voir les interactions entre Cyke et son alter ego du passé ou la jeune Jean est vraiment plaisant, et le dessin de Marco Rudy (avec Val Staples aux couleurs), entre dessin classique et aquarelle, est superbe. Le #19.NOW lance lui très bien le nouvel arc opposant X-Men et SHIELD (avec les magouilles de Mystique en fond). Pour le coup rien à redire, l’intrigue part bien et le numéro est dense, exploitant bien les éléments posés jusqu’à présent. Mais du coup ce n’est par contre pas forcément un point d’entrée très pratique, malgré les rappels rapides des faits ici et là.

All-New X-Men #24 et Guardians Of The Galaxy #13 de Bendis, Sara Pichelli et Stuart Immonen mettent fin au Trial Of Jean Grey. L’arc n’était pas mal pour les X-Men, ayant des répercussions intéressantes sur Jean Grey (en plus d’avoir servi à lancer la future série Cyclops). Après ça discute beaucoup, mais il y aussi un peu d’action pour compenser, et des moments vraiment drôles (rien que Rocket Raccoon qui croise de vrais ratons laveurs…). Par contre les Guardians faisaient plutôt de la figuration, étant utiles pour faire avancer l’histoire (ils jouent les taxis, prennent part aux bastons…) mais n’ayant pas vraiment d’intérêts en jeu dans les conflits. Bref c’est un arc des X-Men et ça aura toujours meublé trois numéros de Guardians.

Enfin Amazing X-Men #5 de Jason Aaron et Ed McGuinness conclut son arc introductif et achève de ramener Nightcrawler à la vie tout en l’opposant aux pirates démoniaques de son père Azazel. Toujours impeccablement dessiné par McGuinness, ce numéro montre la versatilité de Jason Aaron. Le scénariste nous écrit une belle aventure bien fun, avec une résolution bien trouvée, et qui s’achève sur une petite note douce-amère extrêmement poignante. Un arc magistralement mené.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Uncanny X-Men #18

BONUS 

Legenderry #3 est toujours une course-poursuite prétexte à découvrir des versions steampunk des licences Dynamite : sympa sans plus. Tomb Raider #2 commence à poser des bases intéressantes pour la suite, avec l’histoire de la vengeance de la déesse qui traque les survivants de l’île, mais un dessin médiocre et une scène inutile avec le guide lubrique du #1 entachent ce numéro. The Sixth Gun #39 voit la fuite des héros défaits face à l’armée de vilains de la sorcière Griselda : un numéro sombre et spectaculaire. TMNT #32 conclut le retour magistral de Leo parmi ses frères : action spectaculaire, personnages travaillés, dessin de plus en plus beau, vilains réussis et redoutables, ce numéro est encore une fois impeccable. Dans Fatale #21 Jo est de plus en plus effrayante tandis qu’on sent la conclusion de cette série à l’ambiance unique approcher. Le mélange entre Noir et horreur Lovecraftienne fonctionne à plein régime, et c’est un régal. Artifacts #36, dessiné par ROM (dont le trait évoque un peu Clayton Crain) prend des airs de série B sympa, avec son intrigue autour d’une équation mathématique aux propriétés occultes : plaisant mais pas transcendant. Le one-shot Darkness Vicious Traditions d’Ales Kot sur un barbare porteur du Darkness luttant contre les légions romaines est assez violent et primaire mais aussi percutant. Et Witchblade #173 est un numéro de transition où Sara Pezzini se réadapte à son arme et essaie de réparer les conséquences du retour de l’artefact dans sa vie (elle a été virée), tandis qu’on en apprend un peu plus sur la manière dont le guerrier de l’Angelus a mis la main sur ledit artefact. Beau (grâce au dessin de Laura Braga) et sympa bien que l’histoire avance peu.

Comic Talk Reviews Express Marvel

Witchblade #173

4 Responses to Jeffzewanderer’s Reviews Express #13.2, spécial Marvel (et bonus)

  1. Noisybear dit :

    « Bref c’est un arc des X-Men et ça aura toujours meublé trois numéros de Guardians. » Tellement vrai… mais j’ai adoré ce « crossover » quand même pour le coup, il se passe des choses… ça change de Battle of the atom par exemple…

    J’attends la suite (enfin après l’absolument génial #25 à posséder)

  2. Arnonaud dit :

    C’est étonnant, au niveau des avengers de Hickman j’ai totalement l’avis inverse. Le titre « avengers » tout court me gonfle de plus en plus et je trouve que ça ne mène à rien… Après, je dois bien avouer que je fais parti du gang qui ne supporte pas les dessins de Larocca et ça n’aide pas du coup à apprécier l’arc.
    A contrario, j’ai trouvé Hickman plutôt inspiré dans les derniers New Avengers, surtout le #16 où il m’a semblé voir pas mal de pistes intéressantes pour l’avenir de la série. Le côté lumineux des « héros DC » apporte un point de vue opposé intéressant vis à vis des illuminatis, et la rencontre des deux équipes risque de détonner. Après oui, il est temps que le petit groupe de la terre 616 se bouge un peu car les voir regarder les autres terres et les menaces à venir devient un peu gonflant, c’est vrai. Il s’est un peu emmêler les pattes dans son teasing des événements futurs et l’a trop étiré (et il n’a pas été aidé par les retards de Bianchi pour livrer les numéros).

  3. cosmos dit :

    Aaaah chouette pour Marvel Knights X-Men. Depuis le début des reviews sur ce titre, je surveille les petites notes et j’attendais ton avis sur le clap de fin pour savoir si ça valait le coup, là je vais certainement me jeter sur le volume relié :)

    • Jeffzewanderer Jeffzewanderer dit :

      Content de voir que le suivi des titres est apprécié et utile :-) Et en effet je MK X-Men vaut vraiment le détour, malgré le dessin un peu rushé sur la fin.

Poster un commentaire