Jeffzewanderer’s Reviews Express #23

Reviews Express Comic Talk

Jeffzewanderer Par

On rattrape le retard et on attaque les Reviews Express de quelques sorties du mercredi 3 décembre. Au programme vous avez notamment droit au retour d’Iron Fist, d’Hellboy et du duo Manapul/Buccellato sur Detective Comics. Allez on attaque avec le titre de la semaine !

Le titre de la semaine :

HELLBOY AND THE BPRD 1952 #1 (Dark Horse)

par Mike Mignola, John Arcudi & Alex Maleev

Cette mini c’est un peu l’idée évidente dont on ne comprend pas qu’il ait fallu si longtemps pour que quelqu’un y pense. On y suit les premiers pas d’Hellboy en tant qu’agent du BPRD, alors qu’il n’est encore qu’un blanc bec dans un corps d’adulte. Et c’est direction le Brésil pour cette première mission, en compagnie d’un groupe d’agents sélectionnés par le père adoptif d’HB, le professeur Bruttenholm. Mais finalement ce premier numéro m’a un peu laissé sur ma faim. Pas tant pour ce qu’il est, mais plutôt à cause de ce qu’il n’est pas. Ces 22 pages font la part belle à la mise en place, mais ce n’est pas un mal en soi. C’est bien fait, on fait connaissance avec les nouveaux personnages tout en retrouvant avec plaisir Hellboy (qui ressemble déjà à sa version plus âgée niveau attitude). Et le dessin d’Alex Maleev est très efficace. Sombre et sobre, il colle bien à l’atmosphère d’un comic Hellboy. En fait le seul problème de ce comic c’est qu’il est vraiment trop ordinaire. On ne sent pas la patte de Mike Mignola (co-scénariste avec John Arcudi). On n’a pas ce petit truc en plus qui fait qu’un comic Hellboy est toujours un peu à part, a toujours une dimension plus artistique ou poétique… Même Maleev paraît plus sage, que ce soit pour le trait ou les mises en page. On est donc « seulement » face à un bon (voire très bon) comics, mais aussi très classique. Remarquez, ce n’est peut-être déjà pas si mal.

Reviews Express Comic Talk

Les autres sorties :

ANGELA : ASGARD’S ASSASSIN #1 (Marvel)

par Kieron Gillen, Marguerite Bennett, Phil Jimenez et Stephanie Hans

Ça y est, Marvel a enfin trouvé quoi faire d’Angela, récupérée après la bataille juridique entre Neil Gaiman (son créateur) et Todd McFarlane (créateur Spawn, série dans l’univers de laquelle Angela est apparue). Après avoir traîné avec les Gardiens de la Galaxie, et avoir découvert qu’elle était la sœur cachée de Thor (et Loki du coup), Angela vole donc de ses propres ailes. Mais soyons juste, après ces 22 pages, on n’est guère plus avancé. Angela tue plein de gens qui la traquent, sans qu’on sache trop pourquoi. On en apprend un peu plus sur l’héroïne et on découvre son credo « rien pour rien », mais là encore, à part que ça fait bad ass, on ne voit pas trop quoi en penser. Reste les beaux flash-back dessinés par la talentueuse Stéphanie Hans, et des dessins plutôt convaincants de Phil Jimenez (même si on le sent un peu pressé par moment. Bref un numéro un peu bourrin pas mal, mais il faudra que la série acquiert de l’épaisseur pour espérer vraiment convaincre.

Reviews Express Comic Talk

IRON FIST THE LIVING WEAPON #7 (Marvel) par Kaare Andrews

Enfin un nouveau numéro de l’excellente série de Kaare Andrews. On retrouve un Danny Rand brisé au propre comme au figuré, mais qui commence à remonter la pente. Un numéro de transition mais toujours aussi bien écrit. L’ambiance sombre du titre est toujours là, avec cette petite touche de décalage (voyez la fin du numéro). Et les révélations sur les secrets de Kun Lun comme sur les origines de Danny sont bien distillées. Kaare Andrews a trouvé son rythme au scénario comme au dessin, et son arc introductif progresse bien. Pas grand-chose à ajouter si ce n’est qu’on espère que le prochain numéro mettra moins de temps à arriver.

Reviews Express Comic Talk

MEN OF WRATH #3 (Icon) par Jason Aaron et Ron Garney

Troisième numéro de la série qui, malgré ses qualités indéniables, a un petit côté « sous-Southern Bastard ». C’est un polar noir dans le Sud des USA, c’est crade, violent, gritty… Et c’est une histoire de famille bien déglinguée. Et c’est moins épique et moins poignant que Southern Bastards. Mais si on fait abstraction de l’autre série d’Aaron, on se rend compte que Men Of Wrath c’est aussi un bon gros défouloir. La sanglante histoire de famille des Rath qui se dévoile sous nos yeux alors que les cadavres s’empilent vous cueille comme un uppercut, et  ce numéro n’échappe pas à la règle avec sa longue fusillade. Et Ron Garney semble bien s’amuser au dessin. Bref ce n’est pas un classique, mais c’est quand même une mini bien sympa.

Reviews Express Comic Talk

THE AUTUMNLANDS TOOTH & CLAW #2 (Image)

par Kurt Busiek et Benjamin Dewey

 Nouveau titre pour cause de droits, et surtout second épisode de l’excellente série de fantasy de Kurt Busiek ? Ne vous laissez pas abuser par la présence d’animaux anthropomorphisés, cette série n’a rien d’enfantin. C’est une vraie fresque dans un monde imaginaire absolument fascinant et remarquablement travaillé. La magie se tarie, et pour y remédier une assemblée de mages a essayé l’impossible : faire revenir à leur époque le héros légendaire qui avait apporté la magie au monde jadis. Seulement dans le premier numéro, tout ne n’était pas passé comme prévu, et la cité céleste où se déroulait l’intrigue avait chuté. Littéralement. C’est donc au milieu des ruines qu’on retrouve les personnages, et surtout le héros légendaire. C’est encore plus épique, et on sent que Busiek a un plan qui s’inscrit dans la durée, mais sait quand même nous livrer des numéros individuellement plaisants. Quant aux dessins de Benjamin Dewey, ils sont absolument sublimes. C’est détaillé, les designs sont riches et diversifiés. Le tout a une petite touche européenne qui achève de donner du cachet à cette excellente série. A découvrir !

Reviews Express Comic Talk

WOLF MOON #1 (Vertigo) par Cullen Bunn et Jeremy Haun

Depuis que le connais The Sixth Gun, je suis de près le travail de Cullen Bunn, espérant retrouver tout son génie sur une autre œuvre. Et je suis régulièrement déçu. Wolf Moon n’échappe pas à la règle. Ne vous méprenez pas, cette histoire de loup-garou est plutôt sympa. On a un monstre sanguinaire, des victimes innocentes, et un chasseur obsédé par la bête. On a même un petit twist intéressant à propos de la malédiction. Mais au final, dans ce premier numéro, Cullen Bunn et Jeremy Haun ne parviennent pas à faire ressentir le sentiment d’horreur que le scénariste évoque dans sa petite pub pour la série. C’est de la boucherie sanglante, mais l’angoisse ou l’horreur de perdre l’être aimé ne sont pas là, hélas. Au moins le loup-garou est très bien dessiné.

Reviews Express Comic Talk

ESCAPE FROM NEW YORK #1 (Boom) par Christopher Sebela et Diego Barreto

Héros cinématographique culte par excellence, Snake Plissken retente une incursion dans le monde des comics. Histoire inédite qui joue à fond sur l’aura de son héros : bad ass, de l’eau glacée dans les veines, rebelle, dangereux. Ce premier numéro a des allures de road trip, avec un Snake traqué par toute l’armée qui va se réfugier en Floride, Etat qui a fait sécession. Le tout égayé par des fusillades et courses poursuites bien fun. Encore un bon gros défouloir pour cette semaine, qui a un petit quelque chose de jouissif. Le dessin est un peu minimaliste mais fait le job. On n’est clairement pas face à la série de l’année, mais ça peut valoir le coup de se prendre ce titre en petit bonus.

Reviews Express Comic Talk

VAMPIRELLA #7 (Dynamite) par Nancy A. Collins et Patrick Berkenkotter

Après une fin d’arc décevante au numéro précédent, à l’écriture maladroite et au scénario expédié, Nancy A. Collins rectifie admirablement le tir. Vampi est désormais reine des Nosferatu et découvre l’existence d’une société secrète de monstres qui traque les monstres, mais pas pour le bien de l’humanité. L’idée est non seulement bien trouvée, mais contribue aussi parfaitement à la modernisation de l’univers de la bad girl la plus emblématique des comics. Car c’est bien de modernisation qu’il s’agit, l’hommage aux anciens codes de la série étant permanent. Et l’histoire de l’arc à proprement parler s’annonce aussi plutôt bonne, avec une mystérieuse épidémie aux conséquences meurtrières. Et Patrick Berkenkotter est très bon au dessin, dans un registre semi-réaliste et sobre qui s’apparente à un « style Dynamite » (à la manière d’un Walter Geovani sur Red Sonja).

Reviews Express Comic Talk

DETECTIVE COMICS #37 (DC) par Brian Buccellato et Francis Manapul

L’autre duo star (avec Snyder & Capullo) de DC revient aux affaires sur les aventures du Dark Knight. Un nouveau méchant et une nouvelle intrigue qui se met en place, classique mais tellement plaisante. En effet voir Batman affronter ses ennemis classiques et mener l’enquête fait partie de ces plaisirs simples mais finalement trop rares ces derniers temps. Ce numéro fait plutôt de la mise en place, et en profite pour développer tranquillement les personnages. A noter que si le Batman de Snyder semble plus ancré dans la continuité actuelle du héros, Detective Comics semble exister dans son coin. C’est donc la série Batman parfaite pour qui veut juste se régaler de bonnes histoires du protecteur de Gotham. Niveau dessin Manapul se lâche moins niveau mises en page, mais sa sobriété ne devient jamais ennuyeuse. Et son trait reste toujours aussi beau. Enfin on appréciera le côté un peu plus sombre des couleurs par rapport à l’arc précédent, classicisme bienvenu.

Reviews Express Comic Talk

One Response to Jeffzewanderer’s Reviews Express #23

  1. Eddyvanleffe dit :

    Je ferais Iron Fist chez Panini, C’est sûr, j’adore Kaare Andrews. Toth and Claw m’a fait fuir sur le coup parce que je déteste l’antropomorphisme (Sauf Usagi Yojimbo) mais je tenterais peut-être et effectivement j’ai envie de me laisser séduire par les nouveaux Detective Comics de Bucc’/Manapul.
    Des auteurs qui convainquent pour moi.

Poster un commentaire