Jeffzewanderer’s Reviews Express #26

Reviews Express Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Le come-back du come-back du come-back des Reviews Express. La dernière formule en date ayant semblé faire l’unanimité (ou alors les mécontents sont juste partis sans un mot ?), on garde les paragraphes plus longs et l’arrêt des notes. Par contre on change le rythme de parution parce qu’en hebdo je n’ai rien le temps d’écrire d’autre et Comic Talk a l’ambition d’être un peu plus qu’un simple site de reviews. On va donc tenter un numéro toutes les deux semaines désormais. Le « titre de la semaine » change donc logiquement de nom et devient « Top Of The Pile » (sauf si quelqu’un a une meilleure proposition ?). Et parce que je suis hyper logique, on va traiter de 3 semaines des sorties pour cette fois. Sur ce, on commence ces premières Reviews Express de l’année !

TOP OF THE PILE: JUPITER’S LEGACY #5 (Image)

par Mark Millar et Frank Quitely

Honnêtement le simple fait qu’un numéro de Jupiter’s Legacy sorte est déjà un petit évènement, Mark Millar et Frank Quitely n’étant pas exactement des modèles de ponctualité. Mais quand ça finit par sortir, quelle claque. Frank Quitely est toujours absolument impeccable au dessin, même si ses détracteurs lui reprocheront toujours ses visages si particuliers. Niveau scénario ce numéro marque la fin de la première partie de la série. Les anciens héros sont tombés, mais l’utopie rêvée par leurs successeurs s’avère moins radieuse qu’escomptée. Alors on traque les dissidents, les autres métas-humains. On suit ici Jason, le jeune fils de Chloe (la sœur du jeune bon à rien qui s’est improvisé despote sous l’influence de son oncle, sa véritable éminence grise) et Hutch, qui joue les super-héros en cachette mais s’avère moins malin qu’il le croyait. Millar joue superbement avec tous les codes du récit super-héroïque, en bousculant affectueusement certains (les identités secrètes) tout en en assumant d’autres (l’idéal héroïque, le sens du sacrifice). Cette maestria transforme ce qui aurait pu n’être qu’un récit de plus sur des héros luttant contre un régime despotique en une petite perle sachant s’appuyer sur nos attentes pour mieux les manipuler et finalement les combler. Jupiter’s Legacy est un nain sur les épaules d’un géant, mais qui grandit bien vite.

Reviews Express Comic Talk

SEMAINE DU 07/01

ODY-C #2 (Image) Par Matt Fraction et Christian Ward

Ody-C n’est pas un comic. C’est un trip visuel et narratif complètement halluciné porté par deux créateurs aussi brillants que déjantés. Mais Ody-C c’est aussi un comic, une vraie histoire qu’on commence à parvenir à suivre à mesure qu’on rentre dans son univers psychédélique. Ça pourrait paraître contradictoire, mais en réalité les deux dimensions de cette œuvre inclassable s’entremêlent parfaitement pour créer cet objet littéraire non-identifiable. Fraction et Ward continuent donc leur relecture SF et peuplée uniquement de femmes de l’odyssée d’Homère, en y incorporant gaiement leurs idées (justement pour expliquer qu’il n’y ait que des femmes dans cet univers. Trip sous opium, mythe prométhéen et un soupçon de ce qui évoque l’enfer de Dante sont au menu de ce numéro. Le charme du titre commence à opérer sur moi.

Reviews Express Comic Talk

ANGELA ASGARD’S ASSASSIN #2 (Marvel)

par Kieron Gillen & Marguerite Bennett et Phil Jimenez & Stephanie Hans

Le premier numéro de cette série avait de quoi déconcerter, ne donnant que peu d’indices à propos de la direction de la série ou même de son intrigue. Si pour la direction on est toujours dans le flou, au moins l’intrigue commence à devenir compréhensible. On sait au moins d’où vient le bébé qu’Angela transporte, et il est plaisant de la voir interagir avec sa nouvelle famille Asgardienne, histoire de poser un peu le personnage. Par contre la narration laisse un peu à désirer par moment. La « pause glace » en pleine poursuite fait très artificielle. Et l’insert par Marguerite Bennett et Stéphanie Hans qu’elle sert à introduire en plein milieu du numéro ne vient pas du tout naturellement. Il ne sert pas à grand-chose non plus à part rappeler à quel point Angela est balaise et insister un peu lourdement sur son credo « nothing for nothing ». Au moins les dessins sont jolis, comme ceux de Phil Jimenez sur la partie principale du numéro. Et l’action est assez plaisante pour donner envie de continuer à accorder le bénéfice du doute à la série.

Reviews Express Comic Talk

WOLVERINES #1 (Marvel) par Charles Soule et Nick Bradshaw

Logan est mort, longue vie aux Wolverines. Suivant une logique qui m’échappe un peu, après avoir tué une de ses principales vaches à lait, Marvel nous en sort des ersatz en série hebdomadaire. Faisant suite à la mini The Logan Legacy, Wolverines nous propose de suivre Daken, X-23, Sabertooth (en mode nice guy depuis Axis), Lady Deathstrike et Mystique alors qu’ils sont forcés d’aider les ex-cobayes du Dr Cornelius à sauver leur vie. Ce numéro fait la part belle aux relations entre les différents protagonistes, de manière un peu convenue mais avouons-le assez efficace. J’ai cependant eu un peu de mal à me passionner pour les nouveaux personnages. Il y a la dose syndicale d’action contre le Wrecking Crew, mais l’arrivée de Sinister fait vraiment lapin sorti du chapeau. En fait cette série n’est pas honteuse, loin de là. Mais son rythme de publication est son principal défaut car elle n’est hélas pour elle pas assez accrocheuse pour justifier de lâcher 4$ toute les semaines.

Reviews Express Comic Talk

SEMAINE DU 14/01

SHIELD #2 (Marvel) par Mark Waid et Humberto Ramos

 Normalement j’aurais dû vous parler de cette série dès le premier numéro, mais le 31 décembre n’est pas une bonne date pour me demander de mobiliser mes facultés intellectuelles. Alors j’ai attendu le #2, dessiné par Humberto Ramos. Qui n’a rien à voir avec le #1 (dessiné par Carlos Pacheco). Et c’est là la première particularité des cette série SHIELD, qui semble composée uniquement de one-shots aux styles graphiques éclectiques. Coulson et Mark Waid sont les seuls véritables éléments récurrents. Et le ton. Assez léger. Mais pas non plus comique. Pas du pop-corn comic car il manque le côté spectaculaire inhérent à ce genre. Plutôt une série passe-partout, sans réels défauts, mais sans personnalité non plus. Trop bien exécutée pour qu’on dise que c’est mauvais. Trop lisse pour qu’on se passionne vraiment pour elle. Et ça ressort encore plus avec ce numéro centré sur la nouvelle Ms Marvel, Kamalah Khan, dont la série solo ne manque, elle, pas de cachet. Quant au lien avec la série TV il ne semble pas vraiment y en avoir à ce stade. Bref un titre qu’on pourra acheter si on aime particulièrement le créateur ou personnage guest du mois, mais pas plus.

Reviews Express Comic Talk

SILVER SURFER #8 (Marvel) par Dan Slott et Mike Allred

On savait déjà que Silver Surfer était un petit bijou pop-art rempli de poésie et de fantaisie, et ce numéro ne fait que le confirmer. Mais il nous confirme aussi que Dan Slott ne fait pas que s’amuser en enchaînant les trouvailles loufoques (la planche du Surfer rebaptisée Toomie, le Surfer qui discute avec elle via son reflet sur sa surface…). Le scénariste continue en effet de construire la relation entre Dawn Greenwood et l’ancien héraut de Galactus, la première étant toujours aussi attachante et pétillante. Mais il y ajoute de la tension en s’intéressant enfin à l’éléphant dans la pièce : le passé du Surfer en tant que héraut justement, et les conséquences de ses actes de l’époque. Le tout amené de fort belle manière avec un autre de ces concepts tout simple et pourtant si malins auxquels Slott nous a habitué. Et servi par le style sans pareil de Mike Allred, auquel la série doit tout autant qu’à la plume de son scénariste.

Reviews Express Comic Talk

SUICIDE RISK #21 (Boom Studios) par Mike Carey et Elena Casagrande

Le numéro précédent posait parfaitement le dilemme auquel Leo/Requiem et Tracey/Terza étaient confrontés depuis la fusion de leurs vraies et « fausses » personnalités. Celui-ci les traite avec toute la justesse et la finesse dont Mike Carey est capable. Et le scénariste n’oublie pas non plus la menace qui pèse toujours sur notre monde. Il mêle parfaitement l’épique et l’intime, tout en continuant à faire preuve d’une ingéniosité remarquable pour ce qui est de l’emploi des super-pouvoirs des divers personnages. Et le cliffhanger laisse augurer du meilleur pour ce qui devrait être le dernier chapitre de la saga.

Reviews Express Comic Talk

SEMAINE DU 14/01 

WONDER WOMAN #38 (DC) par Meredith Finch et Dave Finch

Entre les erreurs techniques du dessin et un scénario qui semblait se limiter à rattacher la série de l’Amazone au reste du DC Universe, le run des Finch sur Wonder Woman partait mal. Mais voilà, Dave a fait un peu plus attention aux proportions, et les erreurs sont plus rares, les visages plus expressifs, les attitudes plus naturelles. Et surtout Meredith semble avoir plus de choses à dire qu’escompté. Son idée d’explorer l’impact de son nouveau statut de Dieu de la guerre sur Diana s’avère finalement intéressante et surtout bien exécutée. La fragilité nouvelle du personnage, désorientée mais loin d’être prête à abandonner, s’avère plutôt convaincante et évite pour l’instant de donner dans le cliché. Et les intrigues qui se nouent autour d’elles, surtout parmi ses sœurs Amazones contribuent aussi à rendre le récit attractif. Seul petit bémol, le cliffhanger du mois dernier est oublié pendant 21 pages pour mieux être réitéré presque à l’identique à la 22ème. Mais on pardonnera cette facilité d’écriture pour cette fois, vu que lesdites 21 pages sont quand même bien remplies.

Reviews Express Comic Talk

THE KITCHEN #3 (Vertigo) par Ollie Masters et Ming Doyle

Ça fait maintenant deux mois que je loue les dessins de Ming Doyle, et je pourrais continuer à le faire sans problème (ses mises en pages sobre mais si efficaces, ses designs qui vous mettent immédiatement dans l’ambiance…). Mais je vais essayer d’éviter de me répéter et plutôt souligner la qualité de l’écriture d’Ollie Masters. Il avait parfaitement amorcé la plongée dans les ténèbres de ses héroïnes dans le numéro précédent, et continue de le faire ici alors que les dernières barrières tombent pour elles. L’arrivée du beau gosse gentiment sociopathe Tommy est aussi très bien gérée, comme les jeux de pouvoirs menés par les organisations criminelles rivales. L’ambiance est sombre, les premières tensions apparaissent comme les ambitions… Bref ce polar est toujours aussi impeccable et semble vraiment passer un cap à chaque numéro, comme en atteste une fois de plus la dernière page.

Reviews Express Comic Talk

THE WICKED + THE DIVINE #7 (Image) par Kieron Gillen et Jamie McKelvie

Nouveau chapitre du parent spirituel de Phonogram, et nouvelle ballade en compagnie de Laura, la fangirl des Dieux réincarnés qui s’était prise d’affection pour feu Luci(fer). Cette fois Laura est à une convention (Fantheon) mais en tant que participante. Le programme ? Célébrité instantanée, une conversation gênante avec Woden (Odin) en mode Daft Punk, et nuit en mauvaise compagnie avec la Morrigan. Mais au-delà des errances de Laura en quête de réponses, c’est surtout l’humanité qu’on découvre chez les Dieux qui rend ce  numéro particulièrement réussi. On l’avait déjà entraperçue, mais quand on arrive à ressentir de l’empathie même pour un trou du c** comme Woden, c’est que le scénariste connaît son métier. La fragilité de Baphomet est tout aussi touchante. Et les petites trouvailles visuelles de McKelvie font toujours mouche (le plan de la convention annoté…). Bref Wic/Div est toujours aussi culte et continue de surprendre numéro après numéro.

Reviews Express Comic Talk

One Response to Jeffzewanderer’s Reviews Express #26

  1. jb dit :

    Bravo ! J’adore ce format de chroniques…et que de bons conseils en cette période de vache s maigres.Enfin un site qui nous parle plaisir de lecture et analyse plutôt que bla bla marketing. Merci encore !

Poster un commentaire