Jeffzewanderer’s Reviews Express #9

Reviews Express Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Comme dans la dernière édition, je vais en profiter pour m’attarder sur un numéro d’une série que j’ai eu en retard : Suicide Risk #9, sorti le 8 janvier. J’avais évoqué le cas de ces titres qui semblent ne pas trouver leur direction globale (un mal récurrent, on le voit encore ce mois-ci), tout en disant que Suicide Risk, de Mike Carey et Elena Casagrande semblait commencer à se sortir de ce piège. Et bien c’était vrai.

Suicide Risk #9 marque un tournant majeur pour la série, un vrai basculement au sens où ce numéro fait passer le héros dans une autre dimension, Leo acquérant une classe incroyable. Mais surtout on a pour la première fois le sentiment de parfaitement comprendre le récit qu’on lit. C’est une remarquable exploration du thème (certes déjà traité) des super-héros dans le monde réel (l’utilisation « réaliste » des facultés de Leo est exemplaire).

Le cliffhanger, qui suit une scène d’action splendidement maîtrisée opposant Leo à Prometheus et sa bande, est aussi parfait. Il est juste assez mystérieux pour nous tenir en haleine, tout en confirmant pas mal des soupçons nés précédemment à propos de Leo et ses pouvoirs. Bref, Suicide Risk semble bien avoir atteint sa vitesse de croisière, après quelques tours de chauffes, comme souvent avec Mike Carey (voir The Unwritten et son premier arc trompeur en pastiche d’Harry Potter, ou même son génial run sur X-Men Legacy, qui n’avait vraiment pris son envol que quand Rogue était devenue la star du titre…).

Suicide Risk Reviews Express Comic Talk

Sur ce passons aux Reviews Express. Petite particularité pour ce numéro et le suivant : je vais d’abord passer en revue les sorties DC et indés de janvier (et 31 décembre) de ma pull-list cette semaine (parce que je les ai lues et que ça ne sert à rien d’attendre). Et la semaine prochaine ce sera un spécial Marvel avec un premier point sur All-New Marvel Now, et les sorties janvier de la Maison des Idées (parce que d’ici là j’aurais eu le temps de les lire, tout simplement).

Et comme toujours, retrouvez ces reviews express en avant-première sur twitter : @Jeffzewanderer.

Semaine du 31/12

A retenir : Legenderry, la nouvelle série de Bill Willingham (Fables), commence plutôt bien, même si elle semble se présenter comme une histoire assez classique (une demoiselle en détresse, les héros l’aident à chercher sa sœur…) portée par des designs Steampunk excellents. Par contre on a encore du mal à voir l’intérêt de « steampunkiser » les personnages de l’éditeur (Red Sonja, Vampirella, Green Hornet…) plutôt que d’en créer d’originaux. Certes c’est vendeur, mais le lien avec les versions originales est parfois ténu (Vampirella patronne de resto de luxe ?) voire inexistant (Magna Spadarossa, la sœur de Red Sonja qui a elle-même disparue ?). Et même pour le Hornet (toujours journaliste), ça paraissait dispensable.

Sinon encore une fois Joe Linsner confirme avec Sin Boldly qu’on peut mettre une pin-up dénudée sur sa couverture (et à l’intérieur, sans censure) et quand même avoir des histoires à raconter. Je ne sais pas quand (si ?) les séries qu’il tease ici verront vraiment le jour, mais elles font très envie en tous cas. Sinful Suzi est pétillante à souhait (et on sent un Linsner énervé comme on l’aime à propos de l’art). Obsidian Stone et son monde rappellent eux l’univers de Dawn par leur côté fantasy futuriste.

#review Legenderry 1 Très sympa si on aime le steampunk. Pas sûr que les héros Dynamite soient indispensables. A suivre avec intérêt 3,5/5

#review SinBoldly 1 BOOBS! Mais surtout 2 préludes intéressants: une démone qui veut s’évader de l’enfer & un chevalier en plein dilemme 4/5

Legenderry Reviews Express Comic Talk

Legenderry #1

Semaine du 08/01

A retenir : Qu’Ed Brubaker et Sean Phillips ont parfaitement réussi leur mélange noir/horreur, et que le récit est remarquablement construit, recollant parfaitement au présent après nous avoir conté les malheurs du groupe de rock confronté à la létale Jo.

#review Fatale 19 Belle fin d’arc où le surnaturel rattrape le polar noir, et tous les fils de l’intrigue se rejoignent jusqu’au présent 4/5

Fatale Reviews Express Comic Talk

Fatale #19

Semaine du 15/01

A retenir : Carbon Grey se termine. Une saga assez difficile à décrire mêlant fantastique, univers inspiré de l’Europe du XIXème-début XXème, revue et corrigée SF mais pas Steampunk (on peut penser à The Red Star…), légende, politique… C’est l’histoire des sœurs Grey, instruments d’une terrible prophétie, sur fond de guerre et de fin du monde. Le tout mis en valeur par un dessin qui évoque le Manhwa (le manga coréen). En tous cas la fin est réussie.

#review SixthGun 37 Les nouveaux ennemis passent à l’attaque dans un numéro 100% action très fun 4/5

#review CarbonGrey 2 Une fin qui n’a rien de révolutionnaire, mais qui fonctionne très bien et vous prend aux tripes. Dessin superbe 4/5

Carbon Grey Reviews Express Comic Talk

Carbon Grey vol 3 #2

Semaine du 22/01

A retenir : La pirouette de Scott Snyder à propos de Jim Gordon dans Batman #27 rend en partie mon édito enflammé du mois dernier caduque, mais je ne pense pas que ça suffise à « valider » Zero Year. Certes au final l’essence de Gordon est préservée et c’est tant mieux, mais ça n’en reste pas moins une ficelle scénaristique peu inspirée et grossière. Et la résolution manque de punch en plus, un mal récurrent. Le récit n’en finit pas, on ne sait plus trop où il va (l’intrigue autour de Dr Death passe carrément au second plan). Et même l’indéniable talent de Snyder n’arrive pas à tout faire passer.

Sinon on le dit que dans Harley Quinn #2 il est TRES lourdement suggéré qu’elle et Poison Ivy sont plus que des copines ? (pour les non-initiés à l’argot anglais, « beaver » désigne un animal (le castor) mais aussi une partie de l’anatomie féminine normalement comparée à un félin). Mais à part ça la série peine à trouver sa voie.

Conan The Barbarian #24 aurait peut-être dû s’arrêter là, parce que je ne vois vraiment pas ce que Brian Wood va pouvoir raconter dans son dernier numéro, mais vu son talent, je lui laisse volontiers le bénéfice du doute.

Et Marc Andreyko n’a pas l’air d’avoir encore tout à fait pris le rythme sur Batwoman, ce numéro tirant un poil à la ligne. Et je ne suis pas sûr que singer les mises en page de J.H. Williams III soit l’idée du siècle.

Enfin si vous vouliez savoir pourquoi Red Sonja se ballade en bikini, il y a une réponse connue mais amusante dans Legends Of Red Sonja #3, une anthologie vraiment bien ficelée.

#review Batman 27 La révélation scandaleuse du mois dernier n’était donc qu’1 leurre facile. Est-ce vraiment mieux? Ce numéro reste plat 2/5

#review PennyForYourSoulDeath 5 22 pages de baston c’est peut-être un peu long même avec le mélo du début pour remplir mais ça reste fun 3/5

#review HarleyQuinn 2 Le titre manque d’équilibre : trop déjanté et décousu pour être sérieux, pas assez drôle pour se prendre tel quel 3/5

#review Batwoman 27 Entre flashback, imitation de JH Williams & histoire qui stagne, l’auteur semble se chercher. Bon cliff heureusement 3/5

#review LoneRanger 21 Joli stand-alone où le Ranger aide des pionniers pris dans le blizzard. Un peu trop convenu 3,5/5

#review MercySparx 4 A la rescousse de 2 anges dans un boxon surnaturel (au sens propre). De la très bonne série B, fun 3,5/5

#review JusticeLeague 27 Pâtit de la lenteur de globale Forever Evil, mais ce retour de Cyborg reste plutôt engageant bien que convenu 3,5/5

#review ConanTheBarbarian 24 La vengeance de Conan n’aurait peut être pas mérité un numéro complet, mais ça reste très bien écrit 3,5/5

#review StarWarsLegacy 11 Retrouvaille avec 1 connaissance d’Ania. Ficelle abusée ou coïncidence du siècle mais éléments intéressants 3,5/5

#review WonderWoman 27 Un pur numéro de transition où tous les subplots avancent doucement (Zola, 1st Born, les quêtes…). Bien fichu 4/5

#review LegendsOfRedSonja 3 Des histoires courtes très réussies (l’origine du bikini de Sonja!) et diverses, dans un bon récit cadre 4/5

Harley Quinn Reviews Express Comic Talk

Harley Quinn #2

Semaine du 29/01

A retenir : Saga est une série remarquablement écrite. C’est sûrement pour ça que cette tranche de vie on ne peut plus humaine se déroulant dans un univers SF complètement barré a aussi bien marché pendant 18 numéros. Mais je pense que l’exercice commence à atteindre ses limites, comme en témoigne cet arc où en définitive l’intrigue globale n’a pas progressé d’un iota, malgré quelques macchabés. Et je ne suis pas sûr que le petit bond dans le temps à venir change grand-chose. C’est peut-être le parti pris de Brian Vaughan, qui semble vouloir que son histoire soit à l’image de la vie (il n’y a pas de grand fil rouge, ça se déroule et puis c’es tout), et en ce sens il réussit plutôt son coup. Mais personnellement je suis officiellement lassé.

Sinon Big Dog Ink se pose en éditeur roi de la série B, même si Critter n’a pas trop l’air de savoir où aller (pouvoirs de Cassia incompréhensibles, des histoires de réalités alternatives confuses, et des subplots qui trainent depuis trop longtemps, comme celui autour de la mère de l’héroïne…), et c’est dommage.

#review Saga 18 L’arc s’achève. Tout ça pour ça. Le style (excellent) finit par ne plus suffire pour occulter le vide de l’intrigue 3/5

#review Critter 18 Il faudrait vraiment que la série se décide à aller dans une vraie direction. Heureusement l’héroïne reste attachante 3/5

#review UrsaMinor 3 Arrivée d’un nouveau personnage classe et d’un vilain attendu mais cool. Bonne série B 3,5/5

#review Witchblade 172 Retour aux affaires musclé pour Sara Pezzini. Marz livre une histoire plus dense. Dessin toujours vraiment bon 4/5

#review TMNT 30 Magnifique pause dans le récit en forme d’épilogue à City Fall, avec de nombreux « character moments » très touchants 4,5/5

TMNT Reviews Express Comic Talk

TMNT #30

Poster un commentaire