Les comics d’horreur : le guide de lecture

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Le principal obstacle quand on veut se lancer dans la lecture des comics, c’est ce sentiment que 50 à 75 ans d’histoire vous contemple du haut de la pile d’histoires accumulées au fil du temps. S’il est vrai qu’on peut facilement se perdre parmi les mille et unes histoires des personnages les plus anciens, cet Everest littéraire est loin d’être infranchissable.

Voila pourquoi, pour vous aider à vous y retrouver, Comic Talk va lancer une série de guide de lecture, présentant une dizaine d’histoires à découvrir par genre ou par personnages. Ce projet est mené main dans la main avec la librairie Central Comics, dont l’appli est en cours d’élaboration et sur laquelle vous retrouverez tous les guides de cette série.

Afin d’être accessible au plus grand nombre, tous les titres de ces guides sont disponibles en V.F. et a priori commandables (ou à défaut pas trop difficiles à trouver) chez tout bon libraire.

Enfin précisons que ces listes sont, comme toute liste, éminemment subjectives, le reflet des goûts de leur auteur, et ne demandent qu’à être enrichies par vos expériences personnelles.

Après Wolverine, c’est à un genre qu’on va s’intéresser ici : l’horreur. Largement représentée sous toutes ses formes, elle fait partie des genres les plus anciens. sychologique, viscérale, parfois mêlée à d’utre influences, elle nous offre bien plus que des frissons. L’ordre de lecture des titres listés est purement arbitraire, libre à vous de remixer tout ça.

Wytches

par Scott Snyder & Jock

Horreur Guide de lecture Comic Talk

L’un des ressorts les plus connus de l’horreur est l’intrusion du surnaturel dans le réel. La juxtaposition d’une réalité familière et d’un univers fantasmagorique crée un décalage, et fait naître chez le lecteur/spectateur un sentiment de malaise, d’inconfort, bref, de peur. Ça, c’est la théorie. Pour une mise en pratique brillante, ne cherchez pas plus loin que Wytches. Mêlant les souvenirs d’enfance et les peurs les plus intimes de son scénariste en guise d’inspiration, ce récit narre l’arrivée d’une famille fuyant ses problèmes dans une petite ville américaine typique. Sauf qu’une mystérieuse force plane sur ladite ville. Des cauchemars on passe aux incidents, aux silhouettes aperçues fugacement, aux incidents. Ceci dans un crescendo horrifique magnifiquement illustré par un Jock dont le trait torturé donne à la série un cachet inimitable. Il rend jusqu’aux arbres terrifiants.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Harrow County

par Cullen Bunn et Tyler Crook

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Harrow County est un peu l’enfant terrifiant du tableau American Gothic de Grant Wood et des écrits d’Edgar Allan Poe. American Gothic pour son décor, Harrow County, charmant petit patelin rural C’est là que vit Emmy, l’héroïne, jeune fille au lourd passé dont elle ignore tout mais que toute la ville connaît. Edgar Poe pour le sentiment d’horreur, mais surtout la poésie macabre des esprits et autres créatures qui hantent la campagne alentour. Les récits bonus en une page dépeignant les légendes d’Harrow County font énormément pour l’ambiance et contribuent à nous plonger dans l’histoire torturée de cette bourgade. Mais la série est avant tout l’histoire d’une jeune fille qui se retrouve avec le poids des pêchers passés sur ses épaules, et qui devra apprendre à le supporter. Tyler Crook, par son dessin clair, pur, sait tantôt créer un contraste parfait, et tantôt représenter l’horreur onirique de manière saisissante.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Hellblazer

par Jamie Delano, Garth Ennis, Brian Azzarello, Warren Ellis…

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Hellblazer fait partie des œuvres les plus cultes sorties sous le label Vertigo. Un statut qu’elle doit en premier lieu à son héros, John Constantine. Magicien so british aux faux air de Sting, il est fascinant par son ambiguïté morale. John n’est pas un héros. Ce n’est pas forcément le pire type du monde, mais c’est quand même un roublard, menteur, tricheur… Et surtout il ne peut s’empêcher de se mêler de magie qui le dépasse. Le résultat est souvent tragique pour ceux qui l’entourent, mais ça ne l’empêche pas de recommencer encore et encore. Hellblazer c’est aussi un roster de scénaristes qui tient du who’s who de l’industrie des comics, et qui ont tous su apporter leur pierre bien personnelle à cet édifice magnifique. Des chroniques sociales de Jamie Delano, aux développements de personnages par Garth Ennis, en passant par l’épopée américaine de Brian Azzarello ou l’horreur de Warren Ellis, tout confine au sublime.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Hellboy

par Mike Mignola

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Peut-être le moins « purement horreur » des titres de ce guide, Hellboy est à la croisée des chemins avec le genre super-héroïque. Démon promis à régner sur les cendres d’un monde qu’il aura détruit, mais élevé par un père aimant, le professeur Bruttenholm, Hellboy est un col bleu de la lutte contre les monstres et autres créatures surnaturelles. Cigare au bec, vêtu de son trench-coat, il est là pour botter les fesses des vampires, goules, démons et autres nazis qui croisent sa route et menacent le monde. Les récits, teintés de poésie et émaillés de citations peuvent être des histoires courtes souvent basées sur des légendes diverses, ou de véritables fresques épiques contant la destinée du héros. Hellboy est aussi une œuvre visuellement fascinante grâce au style sans pareil de son auteur, mêlant ombres d’un noir dense, narration stylisée et maîtrisée, et silhouettes presque difformes, dignes d’un Jack Kirby gothique.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

The Wake

par Scott Snyder et Sean Murphy

Horreur Guide de lecture Comic Talk

The Wake est une œuvre qui a pu pâtir des attentes qu’elle a suscitées, et des ses ambitions peut-être un peu démesurées, mais qui n’en demeure pas moins excellente et gagne à être découverte à tête reposée. Oubliez donc que c’est le projet du scénariste star de Batman et de l’auteur du culte Punk Rock Jesus. Retenez plutôt que cette saga en 10 chapitres est un mélange entre The Thing, Alien, Abyss, le tout teinté d’un message écologiste et d’une réflexion sur l’humanité. Quand on vous dit que c’est ambitieux ! Divisé en deux grands actes, The Wake joue brillamment sur les ressorts classiques de l’horreur claustrophobe dans un premier temps, avec la découverte d’une mystérieuse créature maritime sur une plate-forme pétrolière. Puis 200 ans dans le futur, c’est la résolution du mystère qui tient en haleine. Le tout servi par le trait anguleux et percutant de Sean Murphy.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Outcast

par Robert Kirkman & Paul Azaceta

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Moins connu que The Walking Dead, du même Robert Kirkman, Outcast est une histoire plus subtile, où l’horreur est bien plus insidieuse. Le thème central de la série tourne est la possession démoniaque, qui a gâché la vie de Kyle Barnes, le héros, en touchant tous ses proches. Mais Kyle, poussé et assisté par le révérend Anderson, est désormais décidé à prendre les choses en main. Si Outcast fonctionne aussi bien c’est notamment parce que l’horreur pure de la possession démoniaque, du fait qu’un être fondamentalement malveillant s’empare de vous, est parfaitement transcrite. Mais c’est aussi grâce à sa dimension humaine, car la série montre de manière poignante la manière dont ces intrusions démoniaques détruisent les vies non seulement des victimes, mais aussi de leurs proches. Le trait sobre et élégant de Paul Azaceta, ainsi que ses jeux d’ombres, y sont aussi pour beaucoup.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Fatale par

Ed Brubaker & Sean Phillips

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Le duo Brubaker/Phillips est avant tout connu pour ses polars, qu’ils soient noirs (Criminal, The Fade Out), teintés de Pulps (Incognito) ou de super-héroïsme (Point Blank, Sleeper). Il n’est dès lors pas étonnant que pour leur coup d’essai dans le registre de l’horreur, ils reprennent l’archétype de la femme fatale en la personne de la mystérieuse Joséphine, leur héroïne. Sauf que pour le coup les charmes surnaturels de la belle le sont littéralement, et font succomber les hommes au sens propre. Fatale nous fait marcher sur les traces de Jo au fil des décennies, de mystère en tragédie, à la recherche de son identité, tandis qu’un mystérieux culte la traque. Entre portraits des époques qu’on traverse et horreur lovecraftienne à base de dieux monstrueux qu’on honore dans le sang, Fatale tient du coup de maître et ne dépare pas dans la bibliographie de ses deux auteurs.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Ragemoor

par Jan Strnad et Richard Corben

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Ragemoor c’est un peu la réponse à la question « et si la chute de la maison Usher avait été écrite par H. P. Lovecraft ? ». De la nouvelle de Poe, cette série reprend de thème de la demeure maudite, inquiétante, doté de son âme pourrait-on même dire. Une âme noire qui emprisonne et corrompt tous ceux qui demeurent dans les murs de cette bâtisse. Le tragique amour au cœur de l’intrigue évoque aussi l’auteur de The Raven. De Lovecraft, le récit de Jan Strnad reprend la folie insidieuse. L’influence du créateur du mythe de Cthulu se perçoit aussi au travers des créatures difformes qui peuplent et servent la sinistre demeure, et plus globalement de l’horreur plus littérale, concrète, du récit. Récit sublimé par les dessins aux formes étranges de Richard Corben, ses visages presque difformes, et le grain propre à ses images qui les rend si oppressantes, telles les pierres des murs de Ragemoor.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

The Goon

par Eric Powell

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Authentique OVNI des comics, The Goon défie les classifications. Si on peut le classer dans l’horreur, c’est parce que le héros éponyme affronte et taille en pièces des zombies, sorciers, lézards géants, métamorphes et autres monstres divers et variés. Mais The Goon est aussi une série très drôle, qui assume, et revendique même, son humour potache, voire parfois bas du front, toujours très premier degré. Ce serait là déjà assez de raisons de suivre les péripéties du Goon et son sidekick à la tête de cartoon nommé Francky. Sauf qu’en plus la série d’Eric Powell sait aussi se faire poignante, aussi dramatique qu’un bon polar noir, voire poétique et mélancolique. Ces différentes ambiances alternent au fil des volumes, sans que l’œuvre perde en cohérence. Les dessins de Powell, souvent façon aquarelle, parachèvent le tout.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Veil

par Greg Rucka et Tony Fejzula

Horreur Guide de lecture Comic Talk

Rare incursion du scénariste Greg Rucka dans le genre de l’horreur, Veil n’empêche pas l’auteur de développer certains de ces thèmes fétiches, à commencer par le regard que les hommes portent sur son héroïne. Belle jeune femme en apparence, Veil est en fait une créature bien plus terrifiante. Si le dénouement du récit paraît un brin convenu, les personnages principaux restent intéressants et la dimension horrifique est bien gérée. Ce dernier point est surtout à mettre au crédit de l’artiste, Tony Fejzula, dont le trait lourd, les couleurs agressives et les images dures évoquent des vitraux. Ses compositions parviennent aussi à donner un cachet au récit bien au delà de ce que les mots permettent. Certaines cases donnent des frissons. C’est donc avant tout pour son aspect visuel que Veil mérite d’être découvert, mais il vaut le coût à lui seul.

Horreur Guide de lecture Comic Talk

3 Responses to Les comics d’horreur : le guide de lecture

  1. Jeanne dit :

    Et American Vampire ?

    • Jeffzewanderer Jeffzewanderer dit :

      Je n’ai lu que le premier tome, qui ne m’a pas plus emballé que ça. Je ne peux pas dire que c’était mauvais, loin de là, mais ça ne m’a pas passionné au point de l’inclure dans un top 10. J’en attendais de l’originalité sur le thème des vampires, et finalement j’ai eu l’impression de lire juste une énième histoire de ce genre, efficace et agréable mais en rien remarquable. D’où son absence ici.

  2. Et All New All Different ? Pour le coup, c’est une horreur…

Poster un commentaire