Les Teenage Mutant Ninja Turtles et nous

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

Par

Il y a quelques semaines, nous vous avons parlé de Batman, de ce qu’il représente pour chacun de nous, histoire de rendre au Chevalier Noir notre petit hommage pour son 75ème anniversaire. Aujourd’hui, nous allons revenir sur une autre licence qui fête un anniversaire symbolique, les Teenage Mutant Ninja Turtles. Nées en 1984 de l’imaginaire de Kevin Eastman et Peter Laird, les Tortues Ninja ont pris une grande place dans la pop culture, et ont surtout marqué toute une génération grâce à un dessin animé.

NdJeff : N’ayant pas vraiment d’idée sur les Tortues Ninja, Steeve s’est lancées dans de grandes recherches. Après avoir mis cinq pizzerias sur la paille, il a disparu dans une bouche d’égout avec un manuel de ninjustsu et un rat planqué dans son bonnet. Depuis il nous jette des shurikens dès qu’on essaie de l’approcher pour lui demander de rendre sa partie. On a donc décidé de le dispenser. C’est qu’il est précis avec ses shuriken le bougre !

  • Premier contact avec les TMNT

Apteis : On va faire dans l’originalité, comme une grande majorité de personnes de ma génération : le dessin animé des années 90, et tous les jouets que j’ai pu avoir par la suite. Comme pour Batman, le générique me marquait autant que les épisodes en eux mêmes. Il y a quelques années, quand je replongeais dans les Tortues Ninja, je suis tombé sur un listing des figurines de l’époque. J’ai vraiment pris peur de voir tout ce que j’ai pu avoir et qui a malheureusement du se retrouver dans une brocante car j’avais accepté qu’on les donne à la famille pour débarrasser la cave… Et aujourd’hui, je cours après une grande partie pour ma collection.

Il y a eu également le film, le premier, que j’ai vu un nombre incalculable de fois. Il faisait partie de ces VHS que l’on se regardait en boucle avec un de mes cousins. Puis, un jour, je suis tombé sur un magazine, avec des BD Tortues Ninja, offerts par mon parrain. Je découvrais donc qu’il existait des petites histoires de mes héros préférés sur papier, moi qui était alors un grand lecteur de BD (principalement de franco-belge). Mais je ne savais pas ce qu’était un comic à l’époque…

Jeffzewanderer : Sans grande surprise, mon premier contact avec les tortues s’est fait par le biais du dessin animé du début des années 90. Je serai bien en peine de me rappeler précisément ne serait-ce que d’un épisode, mais je n’ai par contre rien oublié du plaisir que j’éprouvais dès les premières notes du générique. A cette époque j’ignorais jusqu’à l’existence des comics, et n’avait pas idée que mes quatre héros étaient nés sur papier. Mais les TMNT ont probablement été ma première grande obsession, avec Saint Seiya. Et je me rappelle aussi de tous ces jouets merveilleux qui ont égayé mon enfance !

En comics, mon premier souvenir est l’adaptation du troisième film, dont je me rappelle qu’elle m’avait marqué et un peu déconcerté par son ton plus sombre que le long-métrage. Je me souviens toujours du passage où Mikey encaisse un coup de sabre dans la carapace pour sauver la princesse japonaise, et il y avait un peu de sang ! Chose impensable jusque là pour moi dans l’univers des tortues….

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

  • Notre meilleur lecture/Souvenir des TMNT

Apteis : Les souvenirs avec les Teenage Mutant Ninja Turtles, j’en ai tellement… Que ce soit les déballages de mes cadeaux de Noel pour découvrir le camion de la série télé, les après midi avec un chocolat chaud à regarder le film en famille ou avec des copains, mes heures de jeux sur la NES… Mais je vais en citer comme Jeff pour rester dans le thème du comic. Tout d’abord, il y a la lecture de ce tout premier numéro de Kevin Eastman et Peter Laird datant de 1984. Comme beaucoup, c’est une lecture qui fût assez tardive. Mon bagage comic était déjà assez conséquent, et c’est nue véritable claque que j’ai pris à tous les niveaux : la découverte d’une version très sombre des TMNT s’éloignant de ce que je pouvait connaître, les codes graphiques, la maitrise du story-telling, les références et hommages… C’est à mon goût LE single parfait, du début à la fin. La première page de baston, suivi de la double splash page, façon Kirby, les origines, la conclusion. Ce fascicule initialement tiré à 3000 exemplaires a tout pour lui. La partie graphique très particulière de Laird et Eastman peut rebuter et ne pas fonctionner sur tout le monde il est vrai, mais rien que pour l’écriture, je conseille vraiment à tout le monde de lire ce numéro.

On en vient ensuite à l’époque IDW. L’annonce du relaunch, le premier numéro qui sort juste avant les New 52 et qui m’a vraiment refait naître cette passion pour les Teenage Mutant Ninja Turtles. Face à ce raz de marée médiatique, et ses 52 premiers numéros qui allaient faire mal à mon porte monnaie, je fais le plein de TMNT #1 avec diverses Variant Covers. Je m’attendais à l’utilisation d’une licence sans fond, cherchant uniquement à surfer sur la nostalgie de vieux cons comme moi, mais dès le premier numéro on pouvait voir que ce n’était pas le cas. Depuis plus de trois ans maintenant, c’est un vrai bonheur de lire cette série, avec quelques points d’orgue : le #5 introduisant un nouveau concept jamais vu dans aucune itération des TMNT et qui fonctionne parfaitement, prouvant que l’on peut être créatif, en modifiant le matériel original mais sans le renier, et la mini série The Secret History of the Foot Clan.

Jeffzewanderer : J’ai tellement de bons souvenirs liés aux TMNT que c’est difficile d’en choisir un. Des jouets offerts en cadeau qui m’ont émerveillé, la joie indicible de découvrir mes héros de dessin animé en « live action » lors de la sortie du premier film… Mais puisque le site s’appelle Comic Talk, autant choisir le souvenir lié aux comics justement. Il s’agit de la première fois que j’ai pu lire Teenage Mutant Ninja Turtles #1 de Kevin Eastman & Peter Laird. C’était une édition spéciale pour le FCBD 2009, à l’occasion des 25 ans des tortues. Et c’était la toute première fois que je découvrais le comic originel d’Eastman et Laird, bien qu’étant fan des Tortues depuis près de 20 ans. Quelle claque j’ai prise. C’était l’histoire du premier film en encore mieux. C’était une démonstration de comment réussir le « done-in-one » parfait. C’était les tortues comme je ne les avait jamais vues, si familières et si différentes, plus sombres mais toujours aussi fun et cool. C’était une découverte artistique. C’était comme si je découvrais véritablement les TMNT pour la première fois alors que je les avais toujours connues. Ça tenait de la révélation.

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

  • Ce que représente les TMNT pour nous

Apteis : Les TMNT, c’est avant tout ma jeunesse, mon premier pas dans le monde des comics sans le savoir. Je pourrais parler de cela pendant des heures. Mais cela représente surtout pour moi la réussite de deux potes dans un monde fermé, une success story improbable.

Comme dirait Coluche « C’est l’histoire d’un mec… ». Ou plutôt deux :  un illustrateur galérant pour vivre en vendant ses dessins à des journaux locaux et fanzines, et un jeune loup qui venait de finir ses études, rêvait de faire du dessin son métier mais qui devait se contenter de cuisinier du homard pour gagner sa vie. Les deux hommes, Peter Laird et Kevin Eastman et Peter Laird, ont fini par se rencontrer, et monter un studio ensemble. Leur rencontre est tout autant surréaliste que le succès des TMNT. Pour rejoindre sa petite amie, Kevin a pris un bus, dans lequel une personne avait oublié un magazine SCAT dans lequel Peter avait fait une illustration. C’est ce magasine qui a poussé Eastman à chercher ce dessinateur pour lui montrer un portfolio et réaliser son rêve. Les Teenage Mutant Ninja Turtles sont nés à Northampton, avec un premier numéro vendu dans une convention locale et financée grâce à un prêt familial. L’histoire aurait pu s’arrêter là, comme c’est le cas pour des milliers d’artistes. Quelques années plus tard, c’est un véritable phénomène de société que l’on nommera la turtlemania : en plus de la série télé, des films, des jouets, une comédie musicale les comics continuent de se développer (Kevin Eastman embauchait d’ailleurs des amis d’enfance comme Steve Lavigne pour leur donner un coup de main), et un nombre incalculable de produits dérivés… Les deux créateurs se sont rapidement transformés en hommes d’affaire plus qu’en artistes. Kevin Eastman fût le premier à abandonner en vendant ses parts pour se consacrer à d’autres projets dans les années 2000, puis c’est Peter Laird qui le fera à la fin de la décennie.

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

On peut dire que les TMNT est la plus grosse succes story des comics indés, qui échappe à leurs créateurs n’ayant pas connu autre chose pendant des années et les écartant de leur côté créatif. Et pourtant, on parle de quatre tortues mutantes qui pratiquent les arts martiaux. Il est difficile de trouver un concept plus ridicule à la base. Et pourtant, qu’existe-t-il de plus cool ?

Jeffzewanderer : En premier lieu, les Tortues Ninja représentent mon enfance. Les jouets avec lesquels je me suis amusé des journées entières, seul ou avec mes petits camarades, inventant des nouvelles aventures pour les héros préférés. Les épisodes du dessin animé que je regardais avec mon goûter… La quête de la figurine qui aurait exactement le même look que dans le dessin animé, les sabres en plastiques cheap réparés (par mes parents) avec une lame de couteau chauffée sur la cuisinière… Impossible de dissocier les Tortues de mon enfance. Ce ne serait sans doute pas exagéré de dire qu’elles représentent une partie intégrante de ma vie.

C’est sûrement pour ça que ma passion pour ces quatre héros ne s’est jamais éteinte, se mettant tout au plus en sommeil quand elles se sont faites plus discrètes en compensation de la Turtle Mania des années 90. J’ai aimé l’obscure série live action Next Mutation de 97-98, j’ai sauté de joie en découvrant le cartoon de 2003 et les nouveaux comics, de même que le film en image de synthèse. Bref, même si je n’ai pas eu de contacts avec les tortues pendant un moment, il a toujours suffi de la moindre nouvelle les concernant, de la moindre occasion de renouer avec elles pour que je renaisse la passion des premiers jours. Saint Seiya et les Tortues Ninja sont mes deux seules passions pour lesquelles ce phénomène s’est produit. Pour Star Wars ou les comics par exemple, il n’y a jamais eu de longues périodes auxquelles je n’y ai pas été exposé, il n’y a donc jamais eu ce phénomène de redécouverte et de révélation que ma passion que je croyais disparue était finalement intacte.

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

Les Tortues représentent aussi le rêve ultime, un exemple de ce que l’industrie des comics peut offrir de plus beau comme success story. En réalité je sais que tout n’a pas été rose pour Kevin Eastman et Peter Laird. Mais le simple fait de me dire que ce petit comic indé imaginé par deux copains qui voulaient se marrer ait pu devenir un tel phénomène international me fascine. Ce n’est pas comme pour Superman ou Batman, qui appartiennent à l’histoire. Je n’étais pas là il y a 75-76 ans, donc c’est de l’histoire, alors que les Tortues c’est ma génération, mon enfance… En plus Superman, Batman, ou Spidey sont plus rattachés à leurs éditeurs (DC, Marvel…) qu’à leurs créateurs. Les TMNT sont les bébés d’Eastman et Laird. Elles n’ont pas d’éditeur attitré (elles sont passées par Mirage, Image, IDW maintenant…) donc finalement dans ma tête elle n’appartiennent qu’à leur créateurs.

Et les Tortue représentent un archétype du cool. Un mélange improbable qui n’aurait jamais dû fonctionner mais qui donne quelque chose de magique : des ninja, de la SF, un New York gritty, des animaux qui parlent… Quelles étaient les chances que ça ne se termine pas par un désastre ? Et pourtant ça donne quelque chose d’encore plus génial que chaque élément pris individuellement. Les TMNT sont d’ailleurs selon moi à classer dans la rare catégorie des « personnages absolus », que j’évoquais à propos de Batman dans le numéro précédent de cette rubrique. Le genre de perso qu’on peut caser dans n’importe quel histoire (polar noir, SF dans l’espace, voyage dans le temps, chambara…) et avec lequel l’histoire fonctionne quand même. Parce que les tortues ont vécu tout ça, et à chaque fois le résultat était génial, et paraissait on en peut plus naturel.

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

Enfin elles représentent aussi un très bon exemple des différentes manières de procéder à une adaptation. Leurs incarnations au fil des années ont été très différentes, notamment visuellement, mais aussi dans le traitement. Mais dans (presque) tous les cas leur essence a été préservée (le presque c’est pour la série Image avec Don cyborg, Leo manchot etc… Je ne l’ai pas lue j’avoue, donc c’est peut-être un préjugé, mais ce que j’en sais me donne envie de partir en courant). Les Tortues Ninja sont toujours restées les Tortues Ninja, et c’est la preuve de la force du concept de base.

  • Et aujourd’hui ?

Apteis : Il est difficile pour moi de rester objectif quand on parle des Tortues Ninja. Il s’agit vraiment de mes héros préférés, qui ont su passer le stade de la passion d ‘enfant, et de simple Madeleine de Proust. Si je suis peu présent sur Comictalk, c’est qu’à côté je tiens un site entièrement consacré aux Teenage Mutant Ninja Turtles. Si chaque mois j’attends avec impatience la série d’IDW de Tom Waltz, Kevin Eastman, et Bobby Curnow, ce n’est pas par simple nostalgie, c’est que la qualité est au rendez vous. Il en est de même pour la série animée de Nickelodeon qui arrive à apporter une vision différente de ces héros, chaque week end quand je regarde un épisode mêlant action, humour, et références à gogo. On sent que les créateurs se font plaisir dessus.

Jeffzewanderer : Vous l’aurez compris, ma passion pour les quatre « chevalier d’écaille » est toujours intacte, et le restera sans toute à jamais. Je me réjouis de les voir de retour sur le devant de la scène, qu’il s’agisse des comics IDW (je lis religieusement l’ongoing, dont je pense qu’elle a progressé au fil des numéros), du nouveau dessin animé (j’avais eu peur des trailers, j’ai été conquis dès le premier épisode) et même du film. Oui c’est un nanar, mais un nanar avec les tortues au moins. Et j’ai même pu recommencer à collectionner les figurines, vu qu’il en sort de nouvelles qui sont de plus en plus belles. Bref j’aime toujours autant Leo, Raph, Don et Mikey, et je suis ravi qu’on me donne à nouveau de quoi nourrir cette passion !

Teenage Mutant Ninja Turtles TMNT Tortues Ninja Comic Talk

Poster un commentaire