Original Sin, le bilan

Original Sin Bilan Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Autant vous le dire dès le départ, cet article a failli s’appeler « Original Sin : le nouveau Fear Itself ». J’ai finalement opté pour un titre plus neutre pour pouvoir parler plus librement de tous les aspects de l’event Marvel qui s’est terminé au début du mois dernier. Parce qu’Original Sin, écrit par Jason Aaron et dessiné par Mike Deodato, n’est pas seulement le nouveau Fear Itself. Il a aussi ses caractéristiques propres, en bien comme en mal, qui méritent d’être mentionnées. Mais il rappelle quand même bien souvent son pas si illustre prédécesseur.

Une affaire de timing

Le premier élément qui vient à l’esprit quand on parle des rapprochements à établir entre Fear Itself et Original Sin, c’est le très mauvais timing éditorial avec lequel ils sont survenus. Trop proche tant de l’event précédent que du suivant. Pour Fear Itself on commençait à peine à s’habituer à l’Heroic Age qui avait été mis en place au sortir de Siege (qui succédait à Dark Reign, lui-même successeur de Secret Invasion… vous voyez l’idée). Et Boum, Fear Itself est donc arrivé. Mais à peine celui-ci terminé et même pas digéré, on nous annonçait Avengers vs X-Men et son prologue X-Sanction.

Pour Original Sin le prédécesseur, Infinity, parait un peu plus lointain. Disons qu’en temps c’est kif-kif, mais Infinity n’avait pas débouché sur un nouveau statu quo particulier (à la différence de l’Heroic Age). Du coup on a peut-être un peu moins l’impression de ne pas avoir le temps de respirer, c’est vrai. Par contre pour la proximité avec le successeur c’est encore pire : Original Sin s’est terminé en Septembre et dès Octobre Axis #1 est arrivé. Si avec ça on ne risque pas le raz le bol niveau events, je ne sais pas ce qu’il vous faut !

Du coup on a un peu ce sentiment que l’event est arrivé comme un cheveu sur la soupe et ne compte pas vraiment, parce qu’il est trop vite oublié. Et ce malgré quelques vraies répercussions. On ne reviendra pas sur celles de Fear Itself, ce n’est pas le propos. Mais Original Sin assure donc l’essentiel de ce côté : Nick Fury (l’original), Thor, le Winter Soldier et Angela ont vu leur quotidien bousculé à la sortie de l’event, nouvelle série à la clé. C’est plus au niveau de l’univers Marvel dans son ensemble que l’impact paraît faible, ce qui contribue au côté « event ne comptant pas ».

Original Sin Bilan Comic Talk

Tout ça pour ça…

Les tie-ins plutôt bien gérés

L’autre composante d’un event, ce sont les inévitables tie-ins, qui montrent les répercussions de l’histoire principale sur l’univers de l’éditeur pendant le déroulement de celle-ci. Des tie-ins qui interviennent soit dans les séries régulières, soit par le biais de mini-séries dédiées. Fear Itself s’était magistralement planté en la matière, non seulement en termes de qualité pure, mais surtout en ne respectant pas son pitch, pourtant intéressant.

On nous avait en effet vendu l’event comme celui qui allait révéler les pires peurs des héros. On espérait donc les découvrir en marge de l’histoire principale. Mais le thème n’avait finalement pas été exploité du tout dans les tie-ins, qui avaient en fait servi à remplir les blancs de l’histoire principale (Iron Man…) ou juste à essayer de capitaliser sur la dynamique de l’event (Wolverine, Uncanny X-Force…).

Original Sin nous proposait aussi un enjeu particulier en marge de l’histoire principale. La mini principale s’intéressait au meurtre du Watcher, les tie-ins devaient nous révéler tous les sales petits secrets de l’univers Marvel. Et de ce côté le contrat est rempli. L’évènement déclencheur intervient dans le numéro deux et en effet pas mal de secrets sont révélés. Evidemment le niveau des tie-ins est inégal, mais surtout on a souvent  l’impression que l’intrigue principale a juste servi de prétexte à raconter ces histoires qui n’ont aucun lien avec elle passé l’élément déclencheur (voir les numéros d’Amazing Spider-Man par exemple). Mais globalement le contrat est respecté : on a nos révélations. On peut aussi se contenter de lire la mini principale et tout comprendre (pas comme dans Infinity par exemple, et sans avoir les trous gênants quand même de Fear Itself). Et on a quelques jolies histoires (celle dans Daredevil par exemple).

Original Sin Bilan Comic Talk

Daredevil : un excellent tie-in malgré un rapport plus que ténu avec l’intrigue principale.

Une histoire solide mais des vilains…

Et si on parlait un peu de ladite histoire principale justement ? Parce qu’après tout un event s’apprécie avant tout pour lui-même. Et bien elle n’est pas mal cette histoire, qui commence par le meurtre du Watcher et le vol de ses yeux, qui contiennent tout ce qu’il a pu voir, tous les secrets qu’il a pu découvrir. Elle part comme une enquête, mais devient vite bien plus directe (on n’est pas vraiment face à un whodunit façon Identity Crisis). Elle est le prétexte à des révélations concernant le Nick Fury original justement. Révélation dans le plus pur style « Jason Aaron mainstream », comprenez un mélange de « badassitude » et d’une bonne dose de What The F***.

« What The F*** » est d’ailleurs une réaction que devrait souvent avoir le lecteur au début de l’event. En découvrant les vilains par exemple. Dr Midas, Exterminatrix (récupérée du Marvel Boy de Grant Morrison) et The Orb, on a déjà vu plus impressionnant. Et on touche là au premier défaut de cet Original Sin. On est bien content de voir les héros face à des vilains (même si tout est loin de tourner autour de l’affrontement des deux camps), et ces vilains agissent comme on peut l’espérer de la part des bad guys dans un event. C’est juste qu’on n’arrive pas à prendre ces personnages de cinquième zone au sérieux. Comment être fasciné, et surtout impressionné, par un type qui a un œil géant en guise de tête ? Et Midas et Exterminatrix sont eux aussi trop obscurs pour vraiment captiver le lecteur. Et le récit ne parvient pas à les installer suffisamment comme vilains redoutables pour les tirer de cette obscurité.

Original Sin Bilan Comic Talk

The Orb en big bad guy ? Sérieusement ? A noter que dans la case complète il est qualifié de « Z-list super vilain ».

Héros bizarres mais beaux dessins

Autre cause de stupéfaction, la petite équipe hétéroclite réunie au début de l’event, qui mène sa propre enquête dans l’ombre pour un mystérieux commanditaire, en parallèle à celle des « gros » héros du style Captain America, Thor, Iron Man et autre Wolverine. Parce que voir associés le Winter Soldier, Dr Strange, Rocket Raccoon, Emma Frost, Moon Knight, Gamora, Black Panther, Ant-Man et le Punisher, ça a de quoi faire sourciller. Surtout dans l’espace. C’est d’ailleurs cette fine équipe qui fera le plus progresser le récit, et cet aspect est plutôt bien amené. Mais certains membres sont vraiment de trop. J’adore Rocket Raccoon, mais il n’a rien à faire ici, sa contribution se limitant à un one-liner. Alors oui, une fois qu’on comprend la raison d’être de cette équipe, on se dit qu’en effet, chaque membre pris individuellement y mérite sa place. Mais ça ne change pas le fait que d’un point de vue narratif ladite équipe compte trop de membres. Ainsi, même s’il n’est pas aberrant que tel ou tel personnage en fasse partie, trop font pot de fleur au final.

Niveau dessin par contre,  c’est plutôt « wow ! » que vous aurez envie de vous exclamer. Mike Deodato livre un travail époustouflant et confirme sa place parmi les tous meilleurs artistes de Marvel (et peut-être le plus sous-estimé). Son trait est hyper fin, très détaillé tout en restant dynamique. Et il s’en donne à cœur joie niveaux designs avec les diverses combinaisons spatiales (le gros du récit ne se passant pas sur Terre, après tout c’est quand même sur la mort d’un être cosmique qu’on enquête). Bref rien à redire de ce côté-là, c’est sublime. Et les couleurs de Frank Martin sont aussi très efficaces.

Original Sin Bilan Comic Talk

Voici l’intégralité de l’apport de Rocket Raccoon.

LE BILAN : Original Sin fut une histoire sympa, aux dessins magnifiques, ne le nions pas, et c’est bien là l’essentiel. Et ce fut même un event correct, aux répercussions certes trop limitées pour qu’on puisse parler de réel succès, mais qui a eu au moins le mérite de respecter son pitch, notamment en ce qui concerne les tie-ins. Mais Original Sin ne fut pas non plus exempt de tout reproche. Il pêche (NdJeff : oui ok j’ai craqué, ça fait deux pages que je me retiens !) par ses vilains trop obscurs et loufoques pour être vraiment pris au sérieux malgré leurs actes. Et plus globalement par une trop grande propension à jouer la carte du décalage, que ce soit pour les révélations concernant Nick Fury ou les protagonistes qu’il met en avant. Du coup on a plus de mal à accepter la dimension dramatique du récit. Enfin, dernier bémol, la réaction outrée des héros en apprenant la vérité sur Fury, qui sonne un peu faux parce que finalement on a du mal à saisir en quoi cette révélation est si moralement condamnable (et je n’en dis pas plus pour ne pas spoiler).

Original Sin Bilan Comic Talk

Allez, pour le plaisir des yeux…

3 Responses to Original Sin, le bilan

  1. Arnaud dit :

    Quelle déception. Je m’étais juré de ne plus lire d’events, mais l’équipe créative m’a convaincu du contraire, j’aurais plutôt dû m’abstenir. Comme tu le dis, les vilains n’aident pas à prendre l’histoire au sérieux (j’aurais tellement préféré que Hood soit derrière tout ça), et surtout ça traîne en longueur. Huit numéros, c’est trop, il y avait de quoi faire la même chose en cinq. Découper les héros en deux équipes, pourquoi pas, mais si une seule sur deux avance, on ressent vite le décalage. Les « révélations » (des retcons en fait) tombent comme un cheveu dans la soupe, et les conséquences de l’histoire sont toutes relatives (excepté Thor -écrit par Aaron, tiens tiens). Bref, un beau pétard mouillé. Plaisant à lire, mais sans plus.

  2. Excellent ! Je prépare un article en la matière sur mon blog : Bruce Lit ( brucetringale.com) et je vais avoir du mal à faire mieux !!

  3. Arnonaud dit :

    Pas mal déçu par cet event. Infinity était le premier event que j’avais suivi en direct et j’avais adoré, et n’ayant pas lu plus d’events que ça, je partais confiant pour Original Sin, surtout qu’Aaron ne me paraissait pas être un manchot… Et ça n’a pas marché.
    Bon déjà, je vais peut-être me faire basher mais j’aime pas le style de Deodato, je ne le trouve pas du tout magnifique, mais plutôt très moyen. Je vois une certaine maîtrise, c’est sur, le gars n’est pas mauvais, mais je trouve toujours son style froid, sans vie, manquant de naturel et dénué de charme.
    Donc déjà ça n’aide pas à apprécié l’event. Et ensuite Aaron s’est embourbé dans sa volonté de garder ses mystères jusqu’à la fin et à vraiment mal géré ça. Il en fait trop à coup de « juste quand je vais révéler un truc, on change de scène ou quelqu’un me coupe la parole ». Le coup de la décapitation était assez maladroit aussi, trop grossier pour vraiment être appréciable. Que dire d’autres ? Le choix des méchants de seconde zone, pourquoi pas, mais ils sont pas assez développés, ils n’arrivent pas à être charismatique et quand Midas essaye de jouer les big boss à la toute fin, ben… on s’en fout.
    J’ai trouvé aussi que toute l’équipe composée de héros de seconde zone comptait trop de membres. Gamora ou Ant-Man n’avaient franchement rien à faire là et n’apportent rien au récit. Et les héros se mettent à se battre à eux vraiment pour pas grand chose, je sais que c’est une tradition, mais c’est un peu chiant à force.
    Et puis le final… Les mystères laissés en suspens ne fonctionnent pas, et les changement de statut quo, pourquoi pas, mais j’ai l’impression qu’ils vont rester au placard avec Thane le fils de Thanos dans le club des nouveaux personnages annoncés comme important mais dont tout les scénaristes semblent se foutrent. Et je trouve ça assez odieux de dégager Nick Fury de la sorte. Franchement, le mec ne faisait déjà plus grand chose ces dernières années, est-ce qu’il avait besoin d’être définitivement banni comme ça ? C’était si embêtant qu’il puisse encore se balader de temps à autres dans les pages des comics pour faire plaisir aux anciens fans ?

Poster un commentaire