Random Comic Thoughts #3

Random comic thoughts comic talk

Jeffzewanderer Par

On est habitués aux histoires qui se « répondent » entre Marvel et DC (les morts/retours de Batman et Captain America, les retours de Bucky/Jason Todd, les divers events…) mais parfois, c’est avec un éditeur hors Big Two que ça se passe. D’un côté on a Gwenpool, petite série culte de Marvel où sévit Gwendolyn Poole (et pas du tout Stacy), une fan de comics de notre monde qui se retrouve dans l’univers Marvel 616. Ce personnage complètement déjanté aux allures de blagues lancé en 2016 a eu son ongoing sur 26 numéros et un rôle récurrent dans West Coast Avengers et des apparitions dans Champions, Rocket Raccoon & Groot ou encore Superior Spider-Man. Signe particulier, outre sa ressemblance cosmétique avec Deadpool, elle partage avec lui une passion pour la destruction du 4ème mur. Sauf que dans son cas cette dimension méta-textuelle fait partie intégrante du personnage et de son histoire. Elle fait ainsi son retour en solo en 2019 dans la mini-série Gwenpool Strikes Back de Leah Williams et David Baldeon où elle doit trouver un moyen d’être assez intéressante pour que sa série continue et ne pas disparaître dans les limbes éditoriales avec les autres personnages oubliés. Dernier détail, et pas des moindres, notre chère Gwen a le pouvoir de « s’échapper » dans la « gouttière » blanche qui sépare les cases et d’affecter le récit de là. D’où l’apparence de « pouvoir » de manipulation de la réalité pour les personnages restés dans le récit.

Random comic thoughts comic talk

Un moebius…

En face de Gwenpool, je vous présente Paradox Girl, jeune femme dont les aventures écrites par Cayti Bourquin et dessinées par Yishan Li ont été publiées  entre 2015 et 2018 puis collectées en tpb par Top Cow en 2019. L’héroïne, joyeusement déjantée et imprévisible, a le pouvoir de voyager dans le temps et s’en sert pour créer maints paradoxes, soit pour sauver le monde soit juste parce que l’envie lui prend. Tout le récit repose justement sur ces paradoxes, et contribuent parfois donner un petit côté méta-textuel au récit. L’épisode sur le « fusil de Tchekhov » par exemple, est intégralement construit autour de cette technique narrative et le revendique lui-même. Les möbius sont aussi fréquents. Le tout s’accompagne de procédés visuels divers pour souligner le processus. Bref on a deux séries mettant en scène une jolie blonde un brin maboul, de la mise à mal du quatrième mur, des visuels qui jouent avec la page, et même certains passages particulièrement émouvants nichés entre deux délires… Paradox Girl et Gwenpool ne seraient-elles pas cousines ? (NDLA : En plus, je viens de réaliser que leurs initiales sont GP et PG… Tout est lié !!!!! Dommage qu’aucune ne s’appelle Martha…)

Random comic thoughts comic talk

Deux Girauds ?

Sinon, en parlant de 4ème mur mis à mal, quand Deadpool explique dans Strikeforce #7 qu’en fait le concept de la série c’est des monstres qui chassent des monstres, je dois me sentir c** de ne pas avoir percuté jusque-là ? Ou j’ai le droit de me dire qu’en fait Tini Howard me prend vraiment pour un c** à essayer de me faire gober cette explication tellement capillo-tractée que ça en devient du scalpage à ce stade ?

Random comic thoughts comic talk

Ben non, j’avais pas vu !

Ce qu’il y a de bien avec Greg Rucka, c’est qu’il est fidèle à ses héroïnes. Il n’y avait que lui pour nous ressortir Jessica Midnight (vue la dernière fois dans Checkmate) Lois Lane #9. A quand le retour de Sasha Bordeaux ?

Random comic thoughts comic talk

Et Sasha dira « I’m like good wine »…

Allez, c’est l’heure du mea culpa. En fait avec Moonshine, je pense qu’Eduardo Risso, qui n’est pas que le dessinateur mais aussi le coloriste du titre, se livre à une expérimentation. Les décors « vides » et l’abus des espaces négatifs sont un moyen pour lui de laisser plus de place à la couleur pour créer une atmosphère. Et une fois qu’on sait ça, le titre devient bien plus intéressant visuellement.

Random comic thoughts comic talk

Bon il abuse peut-être un peu mais quand même…

Bon par contre niveau écriture faut nous prévenir si Brian Azzarello et Grant Morrison on décidé de se faire un petit concours du comic le plus imbitable de la semaine. Parce qu’entre Moonshine #17 (et le pêché mignon des dialogues hachés d’Azzarello) et Green Lantern Season Two #2 (où Morrison semble tenter un hommage à l’écriture teintées d’expressions improbables du silver age), il y a de quoi relancer les ventes d’aspirine.

Random comic thoughts comic talk

Oui, comme ça les mots ont un sens, mais je vous défie de lire le numéro (et il n’y a aucune « jesus piece » dedans !)

Et pendant ce temps-là, comment lutter contre la famine en Hyrkanie (Red Sonja #14) :

Cerkus : We were called into the public square where the king drew a single stone. If it was odd, everyone with an odd-numbered stone would eat. While those with an even numbered stone… were eaten.

Isolde : You mean they just lined up and…

Cerkus : Oh. Yes. Of course, this country may not be civilized enough for that solution.

Random comic thoughts comic talk

Food for thoughts…

Poster un commentaire