Jeffzewanderer’s Reviews Express #16.2, spécial Marvel

Reviews Express Marvel Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Après les sorties DC et indés, au tour des productions de Mai de la Maison des Idées d’avoir droit à leur Reviews Express. Les voici donc, organisées en trois catégories : Avengers, Marvel Heroes  (qu’il faudra voir à affiner vu que ça finit par faire un peu fourre-tout) et X-Men Universe. Au programme une avalanche de petites séries brillantes (Iron Fist, Ms. Marvel, Secret Avengers…), des blockbusters qui valent eux aussi le détour (Uncanny X-Men, Uncanny Avengers…), Original Sin dont le deuxième chapitre convainc totalement, mais aussi quelques déceptions (Amazing X-Men…).

Et n’oubliez pas que si vous cherchez la review d’un titre en particulier, Ctrl+F est votre ami !

AVENGERS

Avant de nous lancer dans les séries Avengers proprement dites, attardons-nous un instant sur Original Sin #2 de Jason Aaron et Mike Deodato. Côté dessin rien à dire de plus que le mois dernier, c’est toujours absolument splendide. Côté scénario il est agréable de voir l’intrigue progresser rapidement. On découvre en effet dans ces pages l’identité de l’assassin d’Uatu (et ça a de quoi laisser bouche bée dans le genre imprévisible). Cela tout en préservant bon nombre de mystères pour la suite et en nous offrant notre dose d’action. Bref un event qui tient parfaitement ses promesses jusque là.

Côté tie-ins Mighty Avengers #10, d’Al Ewing et Greg Land, nous fait découvrir l’amitié entre Blue Marvel et Uatu. C’est finalement assez touchant, même si ça surprend. Le numéro est d’autant plus agréable qu’il nous offre aussi un combat contre un mindless one. Et en marge d’Original sin on a aussi la suite du combat de Ronin aka [SPOILER] (on sait qui il est depuis le mois dernier) pour protéger le talisman de Kamar Taj. Beaucoup d’action, une grosse dose d’humour (disons plus que d’habitude) qui fait un peu tiquer mais passe finalement bien.

Enfin Avengers #29 revient sur un évènement laissé en suspens par Hickman jusque là : l’éviction forcée de Steve Rogers des Illuminati (voir le début de New Avengers), avec effacement de mémoire en prime (Identity Crisis anyone ?). La révélation de ce terrible secret est le seul lien (thématique) avec Original Sin, et débouche sur une histoire de voyage dans le temps, ou au moins de futur possible. La tension dramatique est là pour ce numéro de mise en place, avouons-le. Et il rappelle bien les évènements pour les lecteurs qui n’auraient pas lu tout New Avengers. Reste à voir la suite (NdJeff : ladite suite est dans Avengers #30, disponible mais que je n’ai pas eu).

Reviews Express Marvel Comic Talk

Original Sin #2

Toujours par Jonathan Hickman, avec Valerio Schiti au dessin, New Avengers #18 nous montre les Illuminati qui discutent encore de leurs doutes et problèmes de conscience en attendant la prochaine incursion (celle venant de la Terre vaguement inspirée par le DCverse vue le mois dernier notamment). Chaque scénette est plutôt bonne, mais ça ne change pas le fait que ça fait encore un numéro de parlotte où l’intrigue (et même le développement des personnages) fait du sur-place.

Du côté d’Avengers World #6Nick Spencer prend seul les rennes de la série, avec un Marco Checchetto très en forme au dessin, ça semble bouger un peu plus. Hyperion est à l’honneur tandis que les Avengers attaquent AIM Island, où Smasher, Sunspot et Cannonball sont retenus. C’est aussi, voire surtout, un prétexte à une étude de personnage réussie dudit Hyperion, et ça cache un peu le fait qu’au final, malgré l’action, l’intrigue n’a pas beaucoup avancé. Mais ça reste un numéro très plaisant.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Avengers World #6

Uncanny Avengers #20, de Rick Remender et Daniel Acuña est cependant beaucoup plus percutant, annonçant ce qui devrait être le dernier acte de la saga en cours de Rick Remender. Aidés par Kang et ses alliés tirés des diverses lignes temporelles, les survivants des Uncanny Avengers s’apprêtent à tenter l’impossible pour sauver la Terre. Si on pouvait en effet s’attendre à la pirouette utilisée (la Terre a été détruite, il allait bien falloir y remédier), pour le coup ça n’enlève rien au plaisir de lecture. C’est très bien amené et Remender réussit vraiment à donner un souffle épique à son récit. Bref, comme on pouvait s’en douter (ou l’espérer dans mon cas vu mes doutes), c’est sur la durée et au delà des moments chocs parfois faciles (les nombreux morts par exemple) que le talent du scénariste se dévoile vraiment.

Enfin Secret Avengers #3 par Ales Kot et Michael Walsh, est une bouffée d’air frais. Du concentré de fun, avec des personnages qui n’en sont pas moins très bien écrits. Il est rare qu’un titre arrive à donner autant dans le loufoque (la séquence du désamorçage de la bombe par Spider-Woman est totalement culte) et à être plus qu’une comédie. Les doutes de Coulson, l’aperçu de la psychologie de Black Widow via une séquence très réussie visuellement, il y a là plus que de simples blagues. Et le dessin « Aja-esque » de Walsh fait merveille.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Secret Avengers #3

MARVEL HEROES

Fin d’arc pour All-New Invaders #5 de James Robinson et Steve Pugh. Captain America, Bucky, le premier Human Torch, Namor et le premier Vision achèvent leur lutte contre les Kree pour récupérer le God’s Whisper. Le dessin est toujours très beau, et l’intrigue fonctionne, mais la narration de Robinson reste gênante. Un peut trop présente, un peu trop ampoulée, manquant un peu de punch (voir la pirouette finale).

Inhuman #2 de Charles Soule et Joe Madureira confirme le potentiel entrevu dans le premier numéro. Les Inhumans « classiques » sont plus à l’honneur, Medusa en tête, et on voit enfin les répercussions de la destruction d’Attilan (qui est quand même tombée sur New York). Et Joe Mad est toujours aussi en forme, notamment grâce à l’excellent travail de Marte Gracia pour toiletter ses crayonnés. Et le nouveau personnage introduit à la fin paraît intéressant.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Inhuman #2

Iron Fist #2 de Kaare Andrews confirme aussi tout le bien qu’on avait pensé du premier numéro. Atmosphère sombre, narration impeccable et intelligente, petite pointe d’humour bien dosée, action explosive… Le scénario est certes classique niveau pitch : encore une tentative de putsch à K’Un Lun, c’est plus une dynamique c’est un sport national (NdJeff : chapeau à qui reconnaîtra cette référence !) mais c’est bien raconté et du coup on accroche. Et le final y est pour beaucoup. Sans parler des aperçus du passé de Danny Rand vraiment poignants. Cette série est bien un bijou et montre bien le plus que peut représenter le fait qu’artiste et scénariste ne fassent qu’un pour la narration. On sent en effet l’alliance parfaite du scénario et du dessin, qui se subliment l’un l’autre.

Le dessin d’Elektra #2, œuvre de Mike Del Mundo est aussi remarquable, et l’intrigue de W. Haden Blackman continue son déroulement, avec un rebondissement plutôt pas mal dans la traque du mystérieux assassin Cape Crow. Le combat contre Lady Bullseye est le grand moment de ce numéro, et le vilain introduit le mois dernier attend son heure.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Elektra #2

Captain Marvel #3 confirme tout le talent de Kelly Sue DeConnick, la scénariste partant de la prémisse classique de la super-héroïne venu sauver les gens, et en faisant quelque chose de bien plus subtil. Et surtout elle nous dresse le portrait d’une Carol Danvers toujours plus attachante et charismatique. A noter que le dessin de David Lopez, réaliste mais avec des rares accents cartoony très bienvenus est parfait pour ce titre.

Guardians Of The Galaxy #15 peut se vanter d’avoir la couverture la plus mensongère de l’année (pas de trace de Captain Marvel dans ses pages). Par contre Brian Bendis et Nick Bradshaw (et Cameron Stewart) nous livrent peut-être le premier « vrai » story arc de la série, avec des Guardians séparés et assaillis de toutes parts (avec évidemment quelques indices laissant entendre que ces attaques sont liées). Et tous cas pour une fois l’intrigue est vraiment prenante, et les personnages toujours aussi cools évidemment.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Guardians Of The Galaxy #15

En parlant de persos cools, Kamala Khan continue sa délicate transformation en super-héroïne dans Ms. Marvel #4 sous les plumes de G. Willow Wilson et Adrian Alphona. Non seulement Kamala est toujours aussi attachante et naturelle, mais son ami Bruno s’avère en plus être un excellent second rôle. Et dans la grande tradition Marvel, les adversaires de Kamala sont loin d’être son seul souci. Le tout avec une touche de légèreté bienvenue.

Mark Waid continue d’asseoir son statut de scénariste de génie avec Daredevil #3 où DD est opposé à The Shroud et The Owl. Personnages troubles (même Owl est classe, un exploit), double-jeu et rebondissements, le scénario est impeccable et les personnages parfaits (Kirsten McDuffie, la partenaire de Matt, lui vole presque la vedette). Et le dessin de Chris Samnee est toujours élégant, délicieusement old-school et particulièrement efficace lorsqu’il s’agit de représenter les pouvoirs de DD.

DD qui croise Jen Walters dans She-Hulk #4 de Charles Soule et Javier Pulido. Leur rencontre est le meilleur moment du numéro. Sinon Shulkie continue de s’intéresser au sort de Kristof, le fils adoptif de Dr Doom, une bonne idée mais dont le dénouement manque de punch. Et niveau dessin, n’est pas Samnee qui veut. Sans être mauvais, le trait de Pulido est un peu trop plat, ne parvenant pas à reproduire le charme et la complexité de celui de Samnee sur DD, qui est clairement son modèle (Samnee s’inspirant sans doute de ce que Marcos Martin avait fait avant lui toujours sur DD).

Reviews Express Marvel Comic Talk

Daredevil #3

Warren Ellis continue, lui, de faire mumuse avec Moon Knight #3, et le fait bien. Je doute que ce soit le projet où il est le plus impliqué de sa carrière, mais il multiplie les effets de style et les petites trouvailles sympas, ce qui rend encore une fois ce numéro très plaisant à lire. Et chapeau à Declan Shalvey pour la touche graphique qu’il apporte au titre, ainsi qu’à Jordie Bellaire aux couleurs pour la façon dont il fait ressortir le héros tout de blanc vêtu.

Business as usual pour Nathan Edmondson et Mitch Gerads dans Punisher #5. Castle lance son assaut contre le cartel Dos Soles. Mêmes qualités que les mois précédents (héros bad ass, bon travail sur les personnages secondaires, dessin efficace…) et même petit défaut (on saisit mal la motivation du Cartel, qui se limite un peu à « on est vilains donc on fait des trucs de vilains »).

Dans Black Widow #6 Edmondson, cette fois avec Phil Noto, boucle son premier story-arc de manière intéressante. Certes la révélation de l’identité du vilain tombe un peu à plat tant celui-ci est obscur, mais l’action est là, la narration par Natasha est toujours efficace, et surtout la fin ouverte est intéressante pour la suite de la série, qui ne devrait plus seulement être un enchainement d’excellents stand-alones.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Black Widow #6

Amazing Spider-Man #1.1 marque bien le début d’un « Year One » pour Spidey. Dan Slott et Ramon Pérez nos content les péripéties de Peter juste après la mort de son oncle Ben, avant qu’il ne devienne justicier à plein temps (par manque d’argent il est en effet obligé de continuer à jouer les vedettes de TV). Et pendant ce temps un nouveau vilain est en train de naître. L’exercice de style est globalement réussi, l’histoire s’intégrant bien dans les ellipses de l’histoire originale. Et elle arrive bien à garder un côté old-school tout en modernisant un brin la jeunesse de Peter (on peut en effet difficilement imaginer que ça se passe dans les 60s).

Et du côté de la série principale, avec Amazing Spider-Man #2 Dan Slott et Humberto Ramos continuent de faire redécouvrir sa vie à Peter. Et ils le font très bien. La réaction d’Anna Maria suite au cliffhanger du mois dernier est superbe. Enfin un perso secondaire d’un comic qui agit de façon sensée et rationnelle ! j’espère qu’elle restera longtemps dans la série. Les rencontres avec les Avengers et la Torche sonnent très juste, et le subplot autour d’Electro s’avère prenant. Bref Slott fait du très bon Slott, et quel plaisir de relire du VRAI Spidey !

Reviews Express Marvel Comic Talk

Amazing Spider-Man #2

Dans Iron Man #25-26, de Kieron Gillen, Luke Ross et Joe Bennett, l’idée à priori peu inspirée de faire de Malekith l’adversaire de tête de fer tourne bien. La lutte de Tony contre les elfes pour récupérer les anneaux du Mandarin offre son quota d’action très réussie, et le mélange magie technologie est bien géré. Sans oublier Arno Stark, bien mystérieux. Seul le sort de The Bride (vue dans un stand-alone du début du run de Gillen) laisse un peu perplexe, mais on devrait en savoir plus dans le numéro suivant.

On avait laissé Captain America prisonnier du Dr Mindbubble le mois dernier, on voit dans Captain America #20 de Rick Remender et Nic Klein comment il s’en sort. C’est un peu attendu, et il est surtout dommage d’y passer la moitié du numéro. L’action reprend ses droits après, et c’est plutôt pas mal, mais le final, dévoilant la vraie nature de l’héliporteur Gungnir, est peut-être trop « Remenderien ». Mais bon, il faut lui reconnaître une certaine audace.

Enfin Thor God Of Thunder #22 de Jason Aaron et Esad Ribic nous propose encore son lot d’action épique, avec les filles du roi Thor qui entrent dans la bataille contre le vieux Galactus dans le futur. Et le cliffhanger donne des frissons. Dans le présent c’est Roz Solomon qui est à l’honneur, luttant toujours contre les pollueurs de chez Roxxon. Le message écolo n’est pas d’une grande subtilité, et le vilain un brin caricatural, mais ce dernier point s’explique aussi par sa nature. Et le Thor actuel déborde de charisme, bien qu’étant finalement assez peu présent. Côté dessins Esad Ribic et le coloriste Ive Svorcina continuent d’être irréprochables.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Thor God Of Thunder #22

X-MEN UNIVERSE

Peter David et Carmine Di Giandomenico ont désormais rassemblé leur équipe, et dans All-New X-Factor #8 Polaris & co se lancent à la rescousse de la fille d’un zélote anti-mutant, forcée de vire en recluse. Mais tout n’est pas aussi simple qu’on pourrait le croire, et la demoiselle en détresse n’attendait pas forcément de secours. Voir les héros ainsi pris à contre-pied rend ce numéro très agréable, et nous confirme tout le brio de Peter David pour ce qui de l’écriture de ses personnages.

Nightcrawler #2, de Chris Claremont et Todd Nauck déçoit un peu. Nous rappeler le passé commun de Kurt et Amanda n’est pas une mauvaise idée, surtout pour les nouveaux lecteurs, même si ça prend pas mal de pages. Par contre il est étrange de voir les deux amoureux s’octroyer une pause café alors qu’ils sont poursuivis par le vilain Trimega (toujours aussi peu charismatique d’ailleurs). Et le coup de la bagarre avec leurs anciens amis du cirque à cause d’un malentendu vite dissipé fait vraiment éculé mais surtout n’apporte rien. Kurt est toujours plutôt bien écrit heureusement.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Nightcrawler #2

Wolverine #6-7 laissent un peu perplexe. C’est trop bien écrit par Paul Cornell pour qu’on puisse dire que le comic est vraiment mauvais. Les raisons de la métamorphose de Logan (en ce qui concerne son attitude), découvertes le mois dernier, sont plutôt intéressantes. Il y a un vrai bon travail sur les personnages secondaires, qu’il s’agisse des membres de l’équipe de Wolvie, ou de Sabertooth. Et revoir Madripoor est toujours un plaisir. Mais d’un autre côté tout sonne un peu « à côté de la plaque ». Peut-être les doutes de Logan sont-ils trop présents ? Peut-être certains dialogues sonnent-ils un peu faux ? C’est difficile à formuler, mais l’impression est bien là. Et le dessin Gerardo Sandoval est inégal (mais son Sabertooth est super).

Savage Wolverine #18 et 19 sont deux sympathiques stand-alones. Dans le #18 (le meilleur des deux numéros), par  Jennifer Van Meter et Shane Davis, Logan croise la route de travailleurs latinos dans les années 60. Un numéro sur fond de conflit social violent, aux accents de roman américain. C’est plus l’atmosphère du récit que l’intrigue qui fait que ça fonctionne, mais le résultat est bien là.  Le #19 par Gail Simone et Neil Edwards, nous ramène à l’époque où Jubilee était la sidekick préférée de Wolverine. Intrigue simplette (AIM s’en prend au duo mais on n’en sait pas plus et on s’en fiche d’ailleurs) qui sert de prétexte à nous montrer la complicité du mentor et de sa protégée.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Wolverine #7

Wolverine & The X-Men #4 est assez étrange. Il est intéressant de voir Quentin Quire chercher conseil auprès de Cyclops (lui qui a été possédé par le Phoenix). Mais j’avoue en pas avoir compris grand-chose aux manigances de la Phoenix Corporation ni au rôle de Faithful John. Il est question de récupérer le pouvoir du Phoenix et de tuer Evan (Apocalypse en mode junior, rappelons-le), mais tout ça est parfois un peu confus.

L’équipe 100% féminine de Storm fait toujours face au mystérieux assassin qui menace Shogo (le fils de Jubilee) dans X-Men #14 de Brian Wood et Clay Mann (qu’on a connu plus inspiré, ses pages ici laissant supposer que le temps lui a manqué). Les personnages sont toujours bien écrits, et l’évolution des tensions au sein de l’équipe est un point fort du récit. Et en plus pour une fois l’action n’est pas en reste et l’intrigue progresse bine. Cerise sur le gâteau, la back-up Bromo-superior (Wood/Phil Briones) sur un entraînement en salle des dangers improvisé par quelques jeunes X-Men est plutôt drôle.

Par contre Amazing X-Men #6 de Kathryn Immonen et Paco Medina est totalement raté. Ce stand-alone réunit Firestar, Iceman et Spider-Man pour une histoire de chèvre (mascotte d’une équipe sportive) enlevée par des aliens avec un bébé démoniaque laissé en échange. C’est aussi stupide que ça en a l’air dit comme ça, et beaucoup moins drôle.

Reviews Express Marvel Comic Talk

X-Men #14

Du côté de chez Brian Bendis All-New X-Men #27 (dessiné par Stuart Immonen) voit le retour de la Brotherhood of Mutants du futur vue dans Battle Of The Atom. Et si l’arc à venir fait un peu round 2 de cet event, ça s’annonce quand même plaisant à en juger par ce numéro qui propose un bon équilibre entre attaque du repère de Cyclops et révélations sur les origines de certains membres de la Brotherhood (Raze et Xavier). Seule la présence des certains personnages de ladite Brotherhood censés être mort dans Battle Of The Atom a de quoi faire tiquer. C’est vaguement justifié via une histoire de voyage dans le temps, mais ça fait tiré par les cheveux. Bendis abuse de cette ficelle pour le coup, et on a surtout l’impression qu’il voulait utiliser ces personnages et se fiche du reste.

Uncanny X-Men #21, avec Chris Bachalo toujours aussi bon au dessin, est par contre irréprochable. Le conflit entre les X-Men (de Cyclops comme de Wolverine) et le SHIELD s’emballe et pas mal de secrets sont sur le point d’être révélés. Y compris l’identité de celui qui manipule le SHIELD dans l’ombre. Suspens et action sont parfaitement dosés, et le subplot autour de Magneto connaît lui aussi un tournant crucial. C’est la meilleure série X ce mois-ci.

Reviews Express Marvel Comic Talk

Uncanny X-Men #21

One Response to Jeffzewanderer’s Reviews Express #16.2, spécial Marvel

  1. R-bert dit :

    Personnellement j’ai beaucoup de mal à comprendre le run sur Thor de Jason Aaron (auteur que je surkiffe soit dit en passant).
    Pas dans son scénario, mais dans ses intentions. Je trouve souvent ça bancal, pas très interressant, voir de mauvais gout…
    J’ai l’impression qu’il essaye de faire du Morrison, mais avec des idées de bourrins…

Poster un commentaire