Saudade… (les projets comics oubliés)

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Chaque année apporte avec elle son lot de projets prestigieux, annonces fracassantes et autres promesses de St Graal pour les lecteurs de comics. Et parfois ça vaut même le coup lors de la sortie. Mais d’autres fois ces annonces merveilleuses disparaissent dans les limbes, devenant des légendes, l’objet de tous les fantasmes, ou simplement de vagues souvenirs de ce qui aurait pu être.

C’est donc empreint de ce sentiment que les portugais nomment saudade, que j’ai eu envie de réaliser ce petit palmarès des projets oubliés.

Tous ont fait l’objet d’une annonce en bonne et due forme, ou au moins de rumeurs assez persistantes pour qu’on se dise qu’il y avait derrière plus que les fantasmes d’un fanboy (ou d’une fangirl, point de sexisme) solitaire avec une connexion internet et trop de temps libre. Tous auraient pu s’avérer brillants, ou au moins funs. Et tous sont désormais piégés dans les limbes, voués à l’oubli.

1) Amazing Spider-Man par Jeph Loeb et Jeff Scott Campbell

Ça devait être le Hush de Marvel. L’alliance d’un scénariste alors en pleine bourre (et qui reste une valeur très sûre encore aujourd’hui malgré quelques faux pas), et d’une des plus grosses stars du dessin. Star qui officiait d’ailleurs depuis quelques temps en tant que cover artist sur Amazing justement, nous offrant un avant-goût oh combien alléchant de ce qui aurait pu être. On nous promettait un who’s who des adversaire du tisseur, à la manière de Hush justement. Jeff Scott Campbell avait dévoilé son sketchbook au magazine Wizard. On y voyait le Lézard, MJ, Black Cat. Tout était sur les rails.

Seule petite question à l’époque : dans le fameux sketchbook, Spidey était représenté portant son traditionnel costume bleu et rouge. Or, dans sa série, il venait d’opter pour la « spider-armor » rouge et or offerte par Iron Man à l’issue de The Other. Indice d’un retour rapide au costume classique ? Ou que le fameux arc se passerait dans le passé ? Voir hors continuité ? Ou indication que le fameux sketchbook avait surtout servi pour les anciennes couvertures ?

On ne le saura jamais. Après des années de teasing, de « j’y travaille c’est pour bientôt » et autres « mais si, mais si, c’est toujours dans les cartons », lesdits cartons sont désormais au garde-meuble à côté du vieux canapé de grand-mère. On désespère de revoir Campbell réaliser des pages intérieures. Loeb est passé à autre chose. Et Spidey a enchaîné Civil War, Back In Black, One More Day et enfin Brand New Day pour faire peau neuve.

Et ce qui se rapproche le plus d’un Hush pour le tisseur fut l’arc de douze numéros qui lança la série Marvel Knights Spider-Man, par Mark Millar et Terry Dodson. On avait aussi une galerie de vilains unis sous la houlette d’une mystérieuse éminence grise. Un dessinateur et un scénariste prestigieux. C’était tout comme. Et sinon, je n’ai plus de caviar. Je vous mets des œufs de lump hein ? C’est pareil…

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Spider-Man par Jeff Scott Campbell

2) Ultimate X-Men par Bryan Singer

Bryan Singer venait de ressusciter les espoirs des fans de comics en réussissant à adapter les X-Men sur grand écran, puis en réalisant une suite encore meilleure (ou au moins aussi bonne, bref, un autre débat…). En plus, de l’aveu même de Mark Millar et des dirigeants Marvel, la série Ultimate X-Men (lancée entre les deux films) avait été largement influencée par lesdits longs métrages. On a même lu que le projet original avait été abandonné pour mieux coller à l’esprit du film. Cuir noir, prégnance du monde réel… On voyait d’où ça pouvait venir. Et Marvel d’insister lourdement sur ces similitudes d’ailleurs.

Alors quoi de plus normal que de rêver voir Singer à l’œuvre au sein de cet univers cousin du sien, sans aucune limite de budget. Lui qui avait dû couper une scène dans la salle des dangers du deuxième film pour des raisons de coût justement. Point de telle contrainte sur papier. On allait voir tout ce dont le réalisateur avait envie. Même les sacro-saintes Sentinelles !

Tout allait bien, l’annonce officielle avait été faite. Marvel cherchait un dessinateur à la hauteur de l’enjeu. Des noms circulaient. Bon ça traînait un peu mais il n’y avait pas non plus de date officielle annoncée alors… Puis Singer a abandonné X-Men 3 pour aller réaliser Superman Returns chez la Distinguée Concurrence. Damned.

Alors on nous promet que ça ne change rien, que les deals n’ont rien à voir. Mais si ça se fera. D’ailleurs, en guise de fin de son run sur Ultimate X-Men, Brian K. Vaughan fait s’évader Magneto de sa prison de plastique (quand je parlais d’influence…). La raison ? Singer voulait utiliser le maître du magnétisme pour son run mais n’avait aucune envie de re-raconter son évasion, puisqu’il venait de le faire dans X-Men 2 (oui le projet a trainé…). Ça devait être un passage de témoin.

Sauf que le successeur de Vaughan s’appelle Robert Kirkman (ce qui sera le début de la fin pour la série à mes yeux, mais là encore c’est un autre débat). Le Superman de Singer est une déception et le réalisateur vécut une expérience si désagréable qu’il déclara plus tard regretter d’avoir abandonné X-Men 3. En parlant d’expérience désagréable, X-Men 3 n’était pas mal non plus dans le genre. Au final Singer lie à nouveau son destin à celui des mutants, mais toujours exclusivement sur grand écran, avec First Class et le prochain Days Of Future Past, histoire de faire comme si X-Men 3 n’avait pas existé. Et Ultimate X-Men a vu son dernier numéro paraître en novembre. Rideau.

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Magneto (Ian McKellen) dans les films X-Men

3) Les projets de Kevin Smith

Bon, ça peut avoir l’air méchant dit comme ça, mais le réalisateur et scénariste comics occasionnel était un temps devenu le spécialiste des projets prestigieux transformés en arlésiennes. Auréolé du succès retentissant de son relaunch de Daredevil pour Marvel Knights avec Joe Quesada et Jimmy Palmiotti, puis de celui de Green Arrow chez DC, Smith était le créateur le plus courtisé du moment. Les projets les plus alléchants lui étaient offerts, notamment un run sur Amazing Spider-Man.

Mais ça a traîné. Et Joe Strasczinsky est arrivé sur le titre avec le talent et le succès que l’on connaît. Mais la rumeur Kevin Smith persistait. Marvel annonça donc que Smith prendrait Amazing et qu’une nouvelle série serait créée spécialement pour Strasczinsky. Seulement ça s’est arrêté là. Les retards déjà légendaires de Smith, et le peu de temps que lui laissaient ses activités cinématographiques, eurent raison du projet. Projet dont on ne sut finalement jamais trop en quoi il aurait dû consister.

Finalement Kevin Smith a passé son envie d’écrire Spider-Man avec la mini-série Black Cat : The Evil That Men Do, où le tisseur occupait une bonne place. Mini qui eut aussi une histoire compliquée, avec une longue interruption au cours de sa publication (et par « longue » je veux dire « qui se chiffre en années », presque quatre entre les #2 et 3).

L’autre projet de Kevin Smith tombé dans les limbes, c’est la mini-série Bullseye : Target, qui devait à priori transformer le personnage et le rapprocher de sa version cinématographique (comme quoi cette obsession d’aligner le papier sur le grand écran ne date vraiment pas d’hier pour Marvel). Un numéro est sorti. Et baste.

On n’attend plus la suite, puisque Smith lui-même a dit qu’il avait abandonné le projet. La principale raison avancée, au-delà du retard pharaonique, fut qu’entre-temps Brian Bendis était passé par là. Le divin chauve avait voulu utiliser Bullseye pour son arc Hardcore dans Daredevil, et avait modifié le personnage à sa sauce (là encore en le rapprochant de sa version ciné, au moins dans le look). Smith a donc considéré que sa mini n’avait plus de raison d’être.

Pour l’anecdote, quand Kevin Smith est depuis revenu aux comics avec Batman : Cacophony, DC aurait attendu d’avoir deux, voire trois scripts (sur trois) en main avant d’annoncer le projet. Comme quoi une réputation, ça colle à la peau.

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Bullseye : Target #1

4) Captain America : White par Jeph Loeb et Tim Sale

Deuxième projet de Loeb dans cette liste. Le duo Loeb/Sale a été une machine à produire les chefs d’œuvres, avec notamment The Long Halloween et sa suite Dark Victory chez DC, et les mini-séries surnommées « color books » chez Marvel. Spider-Man : Blue, Daredevil : Yellow, Hulk : Grey, trois mini-séries prestigieuses, à la liste desquelles Captain America : White aurait dû s’ajouter.

White comme les bandes blanches du drapeau américain et du costume du héros. Et comme l’innocence, à laquelle cette mini-série devait être une ode. L’histoire aurait ainsi dû se focaliser sur la relation entre Cap et Bucky, son sidekick, à la place des histoires d’amour des autres color books (Cap n’avait pas vraiment d’amoureuse emblématique, surtout pendant sa période Seconde Guerre Mondiale, où on ne pouvait même pas utiliser Sharon Carter).  On a même eu un beau numéro 0. Et puis c’est tout. Et ça risque bien d’en rester là, même si on murmure parfois qu’une sortie reste possible.

A noter par contre que malgré les rumeurs, il n’a jamais vraiment été question de réaliser Iron Man : Gold. Et encore moins Colossus : Silver.

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Captain America : White #0

5) Les films

Hollywood est un grand pourvoyeur de rêves brisés, et la règle s’applique aussi en matière de films de comics. On ne compte plus les annonces sans lendemain. Cependant certaines ont la vie plus dure que d’autres.

Il y a eu le Superman de Tim Burton avec Nicholas Cage dans le rôle titre. Celle-là on ne va pas se plaindre qu’elle ne se soit pas concrétisée (je veux dire… Nic Cage !). Finalement Superman a fait son retour sur grand écran sans Cage ni Burton mais avec Brandon Routh et Bryan Singer. Puis son re-retour avec la paire Cavill/Snyder.

On évoquait aussi un film Batman avec Mel Gibson en Bruce Wayne et le retour de Nicholson en Joker. Mais ça n’est pas allé très loin. Et Nolan a fini par passer par là. On peut ajouter à la liste le film Spider-Man par James Cameron.

Mais la plus belle arlésienne, qui semblait assez avancée, fut le film Luke Cage par John Singleton, avec Tyrese Gibson dans le rôle titre. Là encore on en parle depuis bientôt 15 ans, et Cage n’a même pas réussi à se décrocher une place de guest-star dans Agents Of SHIELD. N’en déplaise aux comédiens qui ont fait leur pub pour le rôle à coups de courts métrages comme Eric Thomas Wilson ou Isaiah Mustafa, ou The Rock et sa campagne. Espérons que la série Netflix annoncée récemment connaîtra un destin plus heureux.

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

Tyreese Gibson

Bonus tracks

En matière de séries dont on ne verra jamais la fin, comment ne pas mentionner Iron Man : Viva Las Vegas, bloquée à deux numéros superbement illustrés par Adi Granov et abandonnée par son scénariste Jon Favreau.

Anna Mercury vol.2 par Warren Ellis est aussi coincée à trois numéros, et à priori pas près de reprendre, le scénariste ne semblant plus vraiment s’intéresser à l’héroïne rousse (et oui, je sais que ça ne doit pas chagriner grand monde, mais les trois fans de la série dans le monde en plus de moi en sont très déçus).

On désespère aussi de voir un jour la fin de Battle Chasers de Joe Madureira, Mad semblant clairement passé à autre chose. Il a assouvi son fantasme de travailler dans les jeux vidéo et semble très content de faire du work for hire chez Marvel. Pour en finir avec les cendres de Cliffhanger, que ceux qui croient encore que Jeff Scott Campbell redessinera un jour un intérieur de Danger Girl lèvent la main. Et si vous l’avez levée, dites-moi si vous pensez que ce sera avant ou après le terra-forming sur Mars.

Il convient aussi d’évoquer la ligne All-Star de DC. All-Star Batman & Robin de Jim Lee et Frank Miller aurait dû voir sa fin publiée sous le titre Dark Knight : Boy Wonder. On ne peut même plus dire qu’on attend encore. Comme l’hypothétique All-Star Wonder Woman.

Et pour finir, comment ne pas évoquer la magnifique légende urbaine que fut le mystérieux projet de Frank Miller et John Romita Jr. « Vous parlez à un gars dix minutes dans un bar et ça devient un « projet ». Reparlez m’en dans 8 mois » déclara Miller au magazine Wizard. On n’en a pas reparlé.

Saudade, les projets oubliés By The Way Comic Talk

All-Star Batman & Robin par Frank Miller et Jim lee

4 Responses to Saudade… (les projets comics oubliés)

  1. Comic Book Avignon dit :

    Moi j’attends toujours la suite de Lady Mekanika de Joe Benitez.
    Sacrée arlésienne cette série depuis le # 3. t’as des infos ?

    • Jeffzewanderer Jeffzewanderer dit :

      Apparemment Benitez va monter sa propre maison d’édition et auto-publier Lady Mechanika.

      Le #4 est sensé sortir « cet hiver » (pas de date annoncé, c’est toujours mauvais signe), et il marquera la fin du premier arc.

      Benitez veut aussi lancer une seconde série dans le même univers en parallèle, avec un autre dessinateur, qu’il a formé.

      Voilà :-)

  2. Corentin dit :

    J’aimerais vraiment qu’ils fassent la fin d’All Star Batman & Robin, c’était vraiment un univers sympa pour les gros lecteurs de Batman. Une série-B complètement assumée et défouloir dans un monde où les auteurs passent leur temps à essayer de faire des chefs d’oeuvres et où, finalement, personne n’y parvient.
    Et les univers Earth One, de la même façon que les All-Star, dont on attend encore de recevoir des nouvelles.

    On a aussi la série TV Hulk, et la série Wonder Woman qui aurait du voir le jour (il paraît qu’un pilote traine sur le web). Sinon, merci pour cet article, ça fait plaisir des sujets bien rédigés et avec du contenu.

  3. Arnaud dit :

    J’ai immédiatement pensé à MK Spider-Man quand tu évoquais une équipe all-star sur du Spidey avec une laaarge galerie de méchants, comme quoi y a bien des projets fous qui prennent vie, des fois.

Poster un commentaire