Secret Identities #1, la review

Secret Identities Comic Talk Review

Jeffzewanderer Par

Il y a parfois des comics qui n’ont objectivement rien de révolutionnaire, mais dont la simple qualité d’exécution vous laisse pantois. Secret Identities #1 de Brian Joines, Jay Faerber et Ilias Kyriazis, publié par Image, fait partie de ceux-là. Et c’est pour ça qu’on a décidé de vous en parler en marge de nos habituelles Reviews Express.

Héros + Vilains + Team-up =…

De prime abord Secret Identities est un comic de super-héros on ne peut plus classique. On a une équipe de héros nommée  The Front Line, dirigée par la charismatique Luminary et comptant parmi ses membres la plupart des archétypes auxquels on est habitué : un speedster (Rundown), un cyborg (Helot), une ninja (Gaijin), un bourrin au passé flou (Vesuvius), un gars dark et mystérieux (The Recluse) et une blagueuse (Punchline). Pour la séquence d’ouverture tout ce petit monde est occupé à se battre contre le Perdition, un super vilain assisté par une armée de démons. Et c’est un dénommé Crosswind qui va les sortir de ce mauvais pas.

Héros, vilain, team-up, franche camaraderie de la petite communauté des collants colorés… On ajoute le flic débonnaire qui est apparemment l’interlocuteur habituel de l’équipe et on est donc en terrain connu. Seule originalité, l’action se passe à Toronto, ce qui nous change de New York et des USA en général, mais c’est assez anecdotique. Sauf que comme son titre le laisse entendre, Secret Identities a moins vocation à se focaliser sur les exploits des ses protagonistes (au demeurant très bien mis en scène) que sur leurs secrets.

Secret Identities Comic Talk Review

I have this thing…

La couleur est annoncée dès la première page avec Crosswind qui attend soigneusement son moment pour intervenir dans la bataille. Et ce n’est pas seulement parce qu’il veut paraître à son avantage. Mais les auteurs ne s’arrêtent pas là. Toute la seconde partie du numéro est consacrée à la révélation des vies cachées des différents membres de The Front Line. Là encore on peut difficilement parler de scénario révolutionnaire, le rebondissement étant connu. The Boys de Garth Ennis nous avait par exemple déjà donné un aperçu de la « vraie vie » des super-héros.

Mais là où le bijou de Garth Ennis optait pour un parti pris uniformément trash, Faerber et Joines varient les plaisirs. Ainsi, si certains de leurs héros ont de sacrés squelettes dans leurs placards, d’autres ont juste des vies compliquées. Voyez par exemple Luminary, fille d’un important personnage public made in USA dont le staff voit mal qu’elle mène sa petite équipe depuis le Canada. Et même pour ce qui est des squelettes, les auteurs font preuve de pas mal d’inspiration, peaufinant les détails pour dépasser le classique « untel est un tueur… ». Et c’est là ce qui fait toute la qualité de l’écriture de ce premier numéro de Secret Identities. Chaque secret est intéressant, et peut donner lieu à des développements sur le moyen ou long terme. On dépasse le gimmick pour se trouver face à de véritables histoires.

Et même en temps que numéro un, Secret Identities est admirable. Le rythme est impeccable. Les auteurs installent parfaitement les protagonistes lors de la scène d’action introductive, puis dévoilent leurs secrets de manière non moins rythmée, avant de revenir à ce qui devrait constituer le fil rouge de la série, à savoir le secret de Crosswind. Enfin mentionnons les designs et plus globalement le dessin d’ Ilias Kyriazis, très propre et qui s’acquitte fort bien de la lourde tâche consistant à créer et présenter tout un univers ex-nihilo en 22 pages.

Secret Identities Comic Talk Review

LE BILAN : Ce n’est pas tant parce qu’il joue les cartes de la vie secrète des super-héros et du complot que Secret Identities #1 brille, que parce qu’il le fait remarquablement bien. En un numéro les auteurs créent des personnages intéressants et les dotent de vies riches qu’on a envie de découvrir, bâtissant un univers attrayant sur un pitch somme toute classique. Comme quoi, il n’y a pas forcément besoin de révolutionner un genre pour produire une série potentiellement excellente.

Secret Identities Comic Talk Review

One Response to Secret Identities #1, la review

  1. cosmos dit :

    Donc en fait non seulement Image complote contre mes économies mais en plus TU ES LEUR COMPLICE è_é

    (je vais allez lire le 1er chapitre rapidement ^^)

Poster un commentaire