Small Talk #3, Wolverine And The X-Men

Wolverine & The X-Men Small Talk Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Jeffzewanderer : Pour ce troisième Small Talk spécial Wolverine, l’équipe va se pencher sur le cas de la série Wolverine And The X-Men. Ecrit par Jason Aaron (le M. Wolverine de Marvel depuis quelques années), dessiné essentiellement par Chris Bachalo puis Nick Bradshaw et Ramon Perez, ce titre a été lancé à la suite de l’event mutant Schism. On y suit les péripéties d’un Wolverine qui veut offrir un meilleur avenir aux jeunes mutants que celui quasi-militaire proposé par Cyclops. Le griffu décide donc de fonder une nouvelle école, la Jean Grey School, sur les ruines de l’institut Xavier, pour ressusciter le rêve de coexistence pacifique de Charles Xavier.

Apteis : Cette série s’intégrait dans le renouveau mutant chez Marvel au milieu d’une flopée d’autres aprèsSchism. Après les avoir toutes tentées, c’est la seule que j’ai suivie sur le long terme. Suivre Wolverine dans ce registre, c’était vraiment tentant, et au début, très réussi ! On ne s’attend pas du tout à Wolverine en proviseur, et surtout devoir servir de guide à tous ces jeunots. La série arrivait à compiler de l’action, de l’humour, la gestion de l’école, tout en gardant des menaces à l’échelle plus grande que les Inspecteurs de l’Académie.

Steeve : Perso, ce qui m’a fait triper d’entrée de jeu c’était le loufoque des situations. L’action à chaque fois à la limite de l’absurde. C’était frais. C’était fun. Puis y’a eu AvX. Une demi-douzaine de numéros tie-ins qui n’avaient rien à voir avec la série. Aaron a perdu son flow.

Wolverine & The X-Men Small Talk Comic Talk

Jeffzewanderer : De mon côté le pitch de Logan en mentor/proviseur/leader était plutôt un repoussoir. Je ne le voyais vraiment pas dans le rôle, mais j’ai tenté le truc quand même à cause d’Aaron et c’est vrai que finalement ça passait très bien, c’était traité avec justesse.

Le côté loufoque m’a beaucoup plus surpris, et c’est pour moi tout le noeud du problème. Au début c’était barré et je me surprenais à vraiment me marrer. Mais par la suite j’ai eu l’impression que le comique s’essoufflait, que c’était juste moins drôle, et simplement du « what the fuck » pour faire du « what the fuck« .

Steeve : A partir de quel moment tu as ressenti ça ?

Jeffzewanderer : Un peu pendant les fameux tie-ins AvX, mais surtout à la sortie de l’event. Sachant qu’il y avait déjà les prémices dès Schism avec le Hellfire Club version pré pubère.

Ce qui m’amène au dernier point qui me chagrine : le côté schizophrène du titre. Au début c’était barré, un peu branché, et léger. Puis parfois ça s’est pris au sérieux. Ça alternait un coup du délire, un coup de drame. Et avec Hellfire Saga je trouve que c’est vraiment le popotin entre deux chaises. Trop barré pour être pris au sérieux. Mais qui se la joue trop dramatique pour être vraiment drôle.

Apteis : J’ai l’impression que le Hellfire Saga est en prologue depuis des mois, et que même démarré depuis 2 numéros, bah il ne se passe toujours rien…. Je pensais qu’on avait touché le fond avec l’arc au cirque, mais non.

On a des pistes intéressantes, des personnages qui commençaient à être bien traités et à être intéressant, puis le « WTF » reprend le dessus.

Vu ce qu’il y a eu avant, le trip en Terre Sauvage passait même bien, mais PAF, on se prend un numéro Age of Ultron qui casse le rythme….

Steeve : Le numéro AoU restait hors série à la rigueur c’est pas grave.

Tu n’as pas à l’acheter, la numérotation étant spéciale. […] Si tu n’as pas le 27AU, 10 ans plus tard en reprenant ta collection tu n’y fais pas particulièrement attention.

Apteis : Sauf que quand tu es abonné à la série, bah tu te retrouves avec un numéro useless.

Wolverine & The X-Men Small Talk Comic Talk

Steeve : Et donc, pour la Terre Sauvage, ouais, arc sympa.

J’y croyais à nouveau, léger mais trop non plus. Bon équilibre. En plus Ramon Perez c’était cool. Ensuite le petit épisode dans le futur a fait mon bonheur. J’ai adoré. Et on arrive à la Hellfire Club Saga.

Rien qu’apposer le mot Saga au massacre qu’on nous propose revient à cracher sur l’histoire des X-Men. C’est naze. Il ne se passe strictement rien. Blague sur blague sur blague sur blague… Le truc c’est un sketch pas drôle.

Le passage au cirque était affligeant mais au moins on ne nous l’avait pas teasé…

Jeffzewanderer : Moi j’ai déjà eu beaucoup de mal avec la Terre Sauvage, la faute au vilain, dont j’ai trouvé qu’il faisait vraiment ersatz de Sabretooth, en plus geignard.

D’ailleurs je trouve qu’Aaron a du mal a créer de bons vilains sur ce titre. Le cirque était ridicule, son Hellfire Club de bambin psychopathes ne vaut pas mieux et je viens de dire tout le mal que je pense de Dog. Je pense que c’est lié au côté schizo que j’évoquais. Une comédie ce n’est pas une saga épique. Et dans une saga on ne sort pas une vanne toute les deux cases.

Steeve : Après, c’est pas lui qui a inventé Dog non plus. Mais c’est vrai qu’il en donne une certaine interprétation…

Jeffzewanderer : Vu le peu qu’on savait sur lui dans la mini Origin, on peut dire que c’est presque comme s’il l’avait créé. Jenkins avait à peine esquissé le personnage.

Apteis : Dans la Terre Sauvage, l’intérêt n’était pas dans le Vilain, mais dans le traitement et l’évolution des gosses.

Et comme Steeve, l’épisode après cet arc dans le futur a bien fait mon bonheur. Un peu comme le #17 et Doop. Parfois on a un épisode stand-alone comme ça qui redonne espoir dans la série.

Au départ, le mix de tous les personnages qui n’ont finalement qu’une petite apparition fonctionnait bien, mais on a maintenant quelque chose de plus fouillis qu’autre chose. Aaron avançait dans son histoire du Hellfire, et faisait intervenir tel ou tel personnage, plus maladroitement qu’efficacement.

Et au final, a part le côté affligeant de ce qu’on lit dernièrement, il ne reste rien. Rien de l’essence de ces petits personnages qui donnaient un sens et le ton à la série.

Wolverine & The X-Men Small Talk Comic Talk

Jeffzewanderer : C’est vrai que tu as mis le doigt sur un truc important niveau gestion du casting. J’ai du mal à m’attacher à quelque personnage que ce soit. Les membres du staff (KittyIcemanRachel…) sont des personnages que j’adore mais qu’on voit à peine, surtout dans des fonctions « héroïques ». Et les élèves on les voit défiler sans vraiment qu’il y ait d’empathie.

L’exception serait peut-être Quentin Quire, qui me saoulait prodigieusement depuis sa création mais que je commence à trouver attachant. Et comme par hasard c’est le seul (avec Idie) sur lequel Aaron semble s’attarder un peu.

Steeve : De mon côté pour conclure, en gros je ne vais faire que résumer ce qu’on a un peu dit. C’est-à-dire que maintenant je crève d’envie de lâcher la série mais que cette enflure de Aaron nous donne un bon épisode de temps à autre qui redonne espoir. S’il n’y avait pas Battle of the Atom en septembre j’aurais déjà abandonné.

Apteis : Pas mieux. Parfois, un numéro rallume la flamme mais globalement, je suis déçu par la série.

Jeffzewanderer : Idem. Un éclair de brillance vient parfois me rappeler le talent d’Aaron, mais c’est trop peu, trop tard. L’humour des débuts n’est plus là, et a laissé un grand vide que des délires douteux ne suffisent pas à combler.

Par contre un dernier point qui me semble intéressant c’est que j’ai rarement vu un titre (hors creator-owned) autant marqué de l’empreinte de son auteur. Je ne pense pas qu’il survivra au départ d’Aaron, tellement ça donne l’impression d’être SON terrain de jeu. C’est peut-être aussi une explication : l’écriture de cette série confine à l’onanisme.

LE VERDICT :

Steeve : Bien plus qu’inégale, une série qui s’éteint progressivement mais qui présente quelques spasmes ponctuels qui simulent la vie. 2.5/5

Apteis : Difficile de donner une note tant la qualité est inégale. Des débuts prometteurs, des personnages attachants qui sont oubliés par la suite, des numéros géniaux. Malgré la bouse actuelle, je vais persister. 2,5/5

Jeffzewanderer : Drôle et enlevé à ses débuts, le titre s’est englué dans un marasme de WTF gratuit, un casting mal exploité et des vilains inintéressants. Seuls quelques numéros épars ou idées fulgurantes (les bamfs traqueurs) nous rappellent le talent du scénariste. 2/5

Wolverine & The X-Men Small Talk Comic Talk

2 Responses to Small Talk #3, Wolverine And The X-Men

  1. bonjour,

    perso c’est les dessein de bachallo que je regrette le plus.

    M’étant arrêté avant hellfire je voudrai bien avoir votre avis suite aux nouvelles parutions.
    Merci

    • Jeffzewanderer Jeffzewanderer dit :

      Bonjour à toi,

      Alors de mémoire parce que ça date un peu pour moi en VO : L’arc Hellfire saga était trè cool, malgré ces vilains que je détestais. Beaucoup d’action, des élève de l’institut très bien écrits, bref un vrai renouveau pour la série qui retrouvait toutes les qualités de ses débuts.
      Après il y a eu les épisodes Battle of the Atom (on avait fait un bilan de l’event ici : http://comictalk.fr/x-men-battle-of-the-atom-bilan/
      Et si je me souviens bien, les épisodes suivant gardaient un bon niveau, très centrés sur les élèves, et avec aussi quelques bonnes scènes sur les « profs » (je me souviens notamment d’un excellent échange Cyclops / Wolverine).

      Pour en savoir un peu pplus je t’invite à fouiller dans les articles REVIEWS EXPRESS (surtout les « Spécial Marvel » http://comictalk.fr/category/reviews/reviews-express/ ) où je parlais un peu de chaque numéro de la série que j’avais lu.

Poster un commentaire