Small Talk #5, les nouvelles modalités d’obtention des dédicaces à la PCE

Small Talk Dédicaces PCE

Jeffzewanderer Par

Retour de Small Talk, la rubrique de débats entre les membres de la rédaction de COMIC TALK : Steeve, Apteis et moi-même Jeffzewanderer. Pour ce numéro on se penche sur la question des modalités d’obtention des dédicaces lors des conventions à l’occasion du changement initié par la Paris Comics Expo.

Jeffzewanderer : Il y a quelques semaines, l’organisation de la convention Paris Comics Expo a annoncé un changement radical concernant les modalités d’obtention des dédicaces lors de la convention qui aura lieu les 22 et 23 novembre prochains. Le système habituel en France consistant à imposer aux auteurs la gratuité des dédicaces, elles-mêmes attribuées aux fans soit par tirage au sort, soit selon le système du « premier arrivé-premier servi », est en effet abandonné. Désormais ce seront les auteurs eux-mêmes qui choisiront chacun les modalités qui leurs conviennent (et qui auront donc la possibilité de n’effectuer que des dédicaces payantes si c’est leur souhait). Lesdites modalités seront communiquées aux visiteurs par l’organisation à l’avance.

Cette annonce à tout d’une petite révolution dans le monde des fans de comics et de conventions. Occasion d’attirer des auteurs que la gratuité obligatoire rebuttait jusque-là ou système excluant les fans qui n’auraient pas les moyens de se payer des dédicaces trop coûteuses, il y a là matière à débat. Commençons donc par une question toute simple : que pensez-vous de la décision de la PCE de laisser chaque artiste choisir les modalités pour ses dédicaces ?

Steeve : « Laisser tous les artistes décider eux mêmes des conditions des dédicaces et signatures », ça sonne noble. Ca ne laisse surtout aucun mystère sur ce que ça signifie concrètement. La disparition du free-sketch. La PCE ne s’en cache pas et nombreux sont ceux qui défendent cette décision. J’ai pour ma part du mal avec les arguments avancés quand il s’agit de chanter les louanges du système payant de dédicaces.

Je citerais le dernier édito en date que j’ai lu sur le sujet. (NdJeff : il s’agit d’un édito d’Alfro publié sur 9èmeArt.fr)

« Alors certes, on pourra rétorquer que les festivals payent le plus souvent les déplacements et le logement de ces artistes. Ainsi défrayés, ils n’auraient donc plus le droit d’exiger plus ? À vrai dire, ils ne sont pas payés pour être là, on leur offre juste le gîte et le couvert. Alors si on demandait à un menuisier de dormir dans la chambre d’amis, il pourrait bien se fendre d’un petit meuble sympa pour nous remercier non ? »

Sérieusement ? La comparaison est aussi facile qu’éloignée de la réalité qu’elle déforme.

On en croirait presque que le système français relève de l’esclavagisme, de la prise d’otage. On parle ici d’auteurs qui font la plupart du temps des petits dessins loin de ce qu’ils produisent lorsqu’ils travaillent. A raison de DEUX HEURES par jour. Et en retour on leur paie le voyage, leur hôtel et chacun de leur repas, au restaurant. Et c’est très bien ! J’aime tous ces dessins que j’ai eu au fil des rencontres qui ne reflètent pas le moins du monde le talent de leur auteur deux fois sur trois. Ils marquent une rencontre. Ils ancrent un souvenir. Si je veux un dessin plus chiadé, je n’ai pas à me déplacer en convention. Je commande une commission plus élaborée à l’auteur et j’y mets le fric qu’il faut. Le free-sketch relève d’une dynamique différente. Et JAMAIS je n’ai vu d’auteur détruire sa santé en noircissant « des pages et des pages de sketches ». Deux heures par session. Et encore.

Et si le système du premier arrivé, premier servi dérange, ce n’est pas l’argent qui va arranger les choses. On pourra seulement y ajouter « premier friqué arrivé, premier friqué servi ». Parce que les comics, c’est pas donné comme passion. La nouvelle rubrique de comicsblog (qui vaut le détour) le reflète à merveille. Un budget de 25€ par semaine est considéré comme un petit budget. 100€/mois en bande dessinée, c’est pas rien quand on y pense. Ajoutons-y le billet de train pour le fan qui décide de se rendre à un festival un peu loin de chez lui. L’hôtel. Et maintenant le dessin ? Le comics est une passion qui n’est pas accessible à tous. Elle l’est de moins en moins. Cette décision n’arrange rien je pense.

Small Talk Dédicaces PCE

Les comics, un plaisir coûteux…

Apteis : Un dessin d’un artiste ne doit jamais être un dû, mais réellement un cadeau d’un artiste à une autre personne. Et je dis bien personne, pas fan. On ne mérite pas un dessin plus qu’un autre parce qu’on a plus lu son œuvre, que l’on connaît par cœur son style, sa bibliographie. Dans les débats, je vois beaucoup parlé de mérite d’obtenir un Free Sketch, que ce soit par tirage au sort, ou premier arrivé/premier servi. Je fais partie de ceux qui n’en trouvent pas forcément à venir plusieurs heures avant l’ouverture des portes d’une convention pour obtenir quelque chose.

Après, est ce quelqu’un de plus fortuné mérite plus un dessin que quelqu’un qui n’a pas d’argent ? Je ne le pense pas non plus. Mais dans le système que tu décris, plusieurs choses me dérangent. Déjà, tu parles de deux heures. Une journée en convention dure bien plus que cela et cela peut être bien plus contraignant pour un artiste. Plus que l’aspect financier pour l’artiste (car même si voyage, logis, et nourriture est payé), un système en laissant le choix à l’artiste lui offre quelque chose de plus que des deniers : de la considération. Ensuite, tu parles de rencontre avec un artiste pour tes sketchs. Pendant les 4-5 minutes où il te fait ton dessin, est ce que tu as pu leur parler beaucoup ? Beaucoup échanger ? Gardes-tu un grand souvenir ? J’ai eu la chance de gagner une fois un tirage au sort, et je n’en retiens rien, parce que m’artiste également était le nez dans le guidon et voyait des gens défilés devant lui. Pour lui, il ne s’agit pas uniquement de venir faire du dessin, mais de venir à la rencontre de son public. En enchaînant dessin sur dessin, que gardera t’il ? Pas grand-chose je suppose. Pour un certain pan de la population qui va aux conventions, les artistes sont des machines qui leur doivent un dessin gratuit. L’aspect de respect de la personne passe même après. Cela pénalise un grand nombre c’est sûr, et c’est dommage. Mais avant de penser à la satisfaction du public, un organisateur d’événement pense avant tout à la satisfaction de l’artiste.

La sélection par l’argent n’est pas une bonne chose. Mais laisser le choix à l’artiste de choisir ce qu’il veut, c’est le mettre au cœur du système, l’impliquer, ne pas l’inviter juste pour le mettre le cul sur une chaise. De plus, par expérience, laisser le choix à l’artiste ne signifie pas forcément avoir que des commissions hors de prix.

Small Talk Dédicaces PCE

Humberto Ramos en plein travail lors d’une convention

Jeffzewanderer : Plus je considère vos deux réponses, et plus je me dis que décidément il n’y a pas de bon système.

En premier lieu, je dirais quand même que l’échange entre l’artiste et le fan/la personne est une question bien différente. Ce n’est pas parce que le sketch est gratuit que l’auteur est plus le nez sur sa feuille, moins enclin à causer. Et ce n’est pas parce qu’on a payé qu’on va forcément plus lui faire la causette pendant le dessin. L’échange dépend de la timidité du fan, de celle de l’artiste, de la capacité de celui-ci à bosser et tchatcher en même temps, de la maîtrise de la langue, du fait d’avoir plus à dire que « je suis fan vous êtes génial », compliment agréable à entendre mais qui ne donne pas lieu à un dialogue… L’existence d’un échange lors de la convention, et plus précisément lors de la réalisation du précieux dessin, ne dépend donc en rien des modalités d’attribution dudit dessin.

Je suis sinon d’accord pour dire qu’en pratique « laisser les artistes choisir » équivaudra à la disparition des free sketches, même s’il y aura aussi forcément des exceptions (j’en ai fait l’expérience personnellement). Mais finalement du point de vue du fan, qu’y gagne-t-il ?

Rien je pense. Le fait que l’auteur soit rémunéré, et globalement dicte son planning, ne changera rien. Il ne va pas dessiner plus vite ou moins vite parce qu’il touchera son billet une fois le travail fini. Il fera donc grosso-modo le même nombre de dessins. Et même payants, vu l’affluence lors des conventions, il se trouvera toujours bien assez de fans pour occuper tout son temps disponible. Donc en fait du point de vue du fan ce sera comme le dit Steeve le « premier à payer-premier servi » (littéralement : ça n’annule pas forcément le côté « premier arrivé-premier servi », c’est juste qu’il faut payer en plus d’arriver tôt). L’accès au dessin ne sera pas plus facile, et il faudra casquer en plus.

Seule alternative : que l’auteur se mette en relation avec ses fans avant, établisse une liste de « commandes » qu’il réalisera sous les yeux des intéressés lors de la convention (peut-être même en fixant une heure de rendez-vous ?). En gros comme quand on achète une commission sauf qu’on la verra réalisée « en vrai ». Mais bon, là encore le caractère gratuit ou payant de sketch ne change rien : une telle liste peut-être établie pour des dessins gratos.

Je pense donc que les fans ne peuvent qu’y perdre avec de système, qui ne résout pas la question de la difficulté d’obtenir un dessin original, et ajoute au contraire un obstacle de plus en obligeant à débourser de l’argent (même si en effet la somme peut être très raisonnable).

Small Talk Dédicaces PCE

Une file d’attente lors d’une convention, l’endroit où ceux qui espère avoir un sketch passe le plus de temps.

Mais c’est vrai qu’il ne faut pas non plus oublier l’artiste dans la bagarre. Ce que lui (ou elle) y gagne est évident : des soussous dans la popoche. Ça me paraît d’ailleurs être la seule chose qui change, car comme pour le fan, ni son planning ni ses possibilités de discussions ne seront, je pense, affectés par le caractère payant ou non du sketch réalisé. Après je conçois que ce soit un argument de poids, et tout à fait légitime, pour l’artiste en question, tous ne roulant pas sur l’or loin de là. Et je suis tout à fait d’accord avec toi, Apteis, pour dire qu’un dessin n’est jamais un dû. On ne fait pas une fleur à l’artiste en aimant (ni même en achetant) son travail, et il nous doit pas la reconnaissance éternelle pour ça. Et dans l’autre sens certes je suppose qu’un artiste prendra plaisir à à rencontrer le public (ses fans, mais aussi tous ceux qui ne le connaîtraient pas et découvriraient ainsi son travail). Mais ça ne signifie pas qu’il doive faire ça pour rien. Après tout quand il fait ça, il ne bosse pas pour gagner sa croute. Alors oui on lui paye le logement, les repas, le plaisir du voyage… mais bon pour l’organisation c’est un investissement : ils payent pour faire venir l’artiste, et les gens payent pour venir voir l’artiste à la convention. Que l’artiste souhaite trouver dans l’histoire plus que le simple fait que ça ne lui coute rien, et y gagne quelques sous, je ne pense pas que ce soit en soi une aspiration scandaleuse.

Finalement, vu de l’extérieur, je me dis que l’idéal serait que ce soit l’organisation des conventions qui paie les artistes pour venir (en plus de couvrir les frais de déplacement, hébergement, nourriture…), finançant ainsi leurs sketches. Ainsi les artistes ne bossent pas pour rien, et les fans ne sont pas eux qui mettent la main à la poche (ils ne paient que le prix de l’entrée). Mais je suppose que ça coûterait encore plus cher, et que ça mettrait des bâtons dans les roues des « petites » conventions.

Steeve : Entièrement d’accord avec Jeff au sujet de la « qualité » de la rencontre. Elle dépend de beaucoup de facteurs. L’argent n’en est pas.

« Que l’artiste souhaite trouver dans l’histoire plus que le simple fait que ça ne lui coute rien, et y gagne quelques sous, je ne pense pas que ce soit en soi une aspiration scandaleuse. » Oui, mais dans ce cas, quid des scénaristes ? Autant ils n’ont pas à dessiner pendant deux heures (ou plus hein), ils passent des journées assis sur une chaise à signer des bouquins. Ne mériteraient-ils pas plus eux aussi ?

Jeffzewanderer : C’est vrai que j’avais oublié les scénaristes dans la bagarre. Je pense quand même que la différence par rapport à un dessinateur c’est que quand il fait une dédicace le dessinateur travaille. Le scénariste, lui, ne fait que (et je ne dis pas ça du tout pour critiquer) mettre sa signature et discuter éventuellement avec le public. On ne va pas lui demander de nous écrire un petit script vite fait. Du coup autant je peux envisager de payer pour avoir un dessin, un peu dans l’idée que tout travail mérite salaire, autant lacher de la thune juste pour une signature j’aurais vaguement l’impression de me faire avoir (pour rester poli). Et je sais que pour les stars de série TV par exemple ça se fait beaucoup, mais personnellement je trouve ça abusé. Donc j’ai au moins le mérite de la cohérence sur ce point.

A la limite si on me fait acheter le comic (au cover price) sur lequel il signe peut-être qu’on pourrait discuter (à condition que les soussous finissent en partie dans la poche du scénariste, sinon ça ne change rien). Je paierai l’objet, pas la signature. C’est peut-être un peu hypocrite, mais pourquoi pas. Après tout si j’aime le gars j’aurais fini par lui prendre son comic, alors autant le faire ici. Après le problème se pose si j’ai déjà le comic en question, et là ça redevient un peu de l’arnaque pour le fan.

Et d’un autre côté c’est vrai que le scénariste aussi perd une journée de boulot, sans parler du fit de venir poliment s’emmerd** sur sa chaise toute la journée, donc c’est vrai que ça pourrait se défendre qu’il réclame un petit quelque chose. La grosse différence c’est que pour le coup ça paraît beaucoup moins légitime de répercuter ce « dédommagement » sur les visiteurs vu l’effort minime requis pour chaque autographe. J’en reviens sonc à l’idée que ce serait à l’organisation de dédommager, avec le même bémol lié au surcoût pour les petites conventions.

Apteis : Si plusieurs artistes se sont plaints de ce côté impersonnel, sans avoir eu ce contact privilégié avec le public lors des dernières éditions de la PCE, c’est peut être qu’il y a une différence. Après, je suis d’accord pour dire que la rencontre avec l’artiste ne dépend pas uniquement du mode d’attribution de la dédicace. Mais cela peut jouer. Si on impose au dessinateur de faire XX dessins, il n’est pas dans les mêmes conditions que s’il décide de lui même d’en faire YY, qu’ils soient payants ou gratuits. Invite un artiste, vois avec lui dès le début un planning aménagé pour du free ET de la comm, sans l’obliger à tenir une cadence infernale, et tu verras qu’il fera les gratuits avec plaisir, qu’il prendra plus le temps de faire un dessin correct, et pas un 1-2 minutes Batman comme certains font de manière automatique. Les heureux possesseurs de ces dessins seront encore plus ravis. Il y aura moins de personnes contentes, mais elles le seront peut être plus. Perso, les rares free sketch en mode automatique que j’ai pu avoir, je les ai finalement offerts à des amis car même la rencontre avec le dessinateur n’avait pas eu d’âme.

Small Talk Dédicaces PCE

Convention Sketch de Batman par Dustin Nguyen.

Mais après, il y a quelque chose qui me chagrine. Le sujet initial, c’est de laisser le choix aux artistes ce qu’ils font, pas de « payant/pas payant ». Il s’agit certes de la finalité. Mais a la base, c’est une question de considération des artistes, qu’ils ne soient pas que des machines à dessiner qui ne disent rien car invités. Depuis le début d’ailleurs, la discussion n’est porté que sur le côté payant ou non pour le public, de ce qui va se passer pour le public, mais aucunement de ce que peux vouloir le dessinateur ! Ce qu’à fait la PCE, c’est avant tout remettre l’artiste au cœur de la discussion.

Jeffzewanderer : Pour en revenir aux artistes en effet je pense que tu fais bien de souligner que la PCE va laisser le choix de toutes les modalités aux artistes eux-mêmes. C’est vrai qu’après tout comme ce sont les plus concernés (ce sont eux qui se tapent les dessins à faire), il paraît légitime de les laisser libre de choisir. Sauf que finalement, ce que je trouve criticable en y réfléchissant, c’est que ça aboutit à une sorte de « désengagement » de l’organisation. Je m’explique.

Je reste dans l’idée que la qualité de la rencontre fan/artiste ne dépend en rien du caractère payant ou non du dessin. Mais c’est vrai que si l’orga dit à l’artiste « tu me fais X dessins par tranche d’heure de dédicace » et lui impose une cadence de stakhanoviste, là par contre ça peut bien nuire à la rencontre. Il vaut bien mieux que l’artiste bosse à son rythme, puisse soigner son travail (sans forcément donner dans la commission épique de 30 persos + encre + couleurs non plus hein) et avoir le temps d’échanger en plus. Mais ça peut parfaitement se faire avec du free sketch comme avec du payant, et sans se décharger sur les seuls artistes.

Je pense que c’est à l’organisation d’organiser ça justement, en contactant l’artiste, en se mettant d’accord en avance avec lui sur le nombre de dessins qu’il pourra faire confortablement, et en ne lui en imposant pas un nombre excessif, puis en prévenant les fans. Et ces dessins peuvent être payant comme gratuit, ça ne change rien et l’artiste n’en sera pas moins considéré ni transformé contre son gré en « machine à sketch de 5 minutes ». D’ailleurs, avec le nouveau système proposé par la PCE, rien ne dit que des artistes ne bourreront pas quand même leur carnet de commande pour empocher le max et ne garderont pas leur cadence infernale et nuisant à l’échange. Bon ce sera leur choix, c’est vrai, c’est donc mieux que s’il le font contre leur gré. Mais c’est quand même moin d’être idéal.

Donc autant je suis d’accord pour dire qu’il ne faut pas que l’organisation impose un trop grand nombre de sketches à faire à l’artiste, autant je pense que s’en « laver les mains » en disant à chaque artiste « fais comme tu sens » est criticable parce que ça consiste à ne pas remplir une des missions qui incombent justement à l’organisation, à savoir faire en sorte que la convention soit agréable pour le public ET pour les invités. Donc je pense qu’il appartient à l’organisation de déterminer AVEC L’ARTISTE (sans imposer) un nombre décent de dessins à faire, et que ces dessins peuvent rester gratuit. Sachant que dans ce cas on peut revenir au débat sur la gratuité, mais je ne vais pas vous infliger à nouveau les arguments de mon précédent pavé.

Small Talk Dédicaces PCE

Dédicace réalisée par Adi Granov

Steeve : La question de la gratuité mise de côté du coup, je rejoins Jeff sur le fait que c’est quand même facile de dire « les artistes feront ce qu’ils veulent et basta ». L’aspect « orga » en prend effectivement un coup. Après, j’aurais du mal à ne pas répéter les arguments de Jeff tant ma position rejoint la sienne. T’en penses quoi Rom’ ?

Apteis : On ne sait pas exactement ce qui a été convenu exactement entre l’organisation de la PCE et les artistes. Il y a peut être quand même eu des consignes sur un certain nombre de free sketch, sur des prix de commissions abordables, sur des créneaux que pour la signature… Tout ce que l’on sait finalement, c’est que cela va changer par rapport aux années précédentes et ce n’est pas un mal. Pour la Comic Gone, nous n’avions pas eu à communiquer en amont sur un changement de système de dédicace car c’était notre première année, et même si nous avons demandé aux artistes quelques efforts pour le public, au final, ce sont bien eux qui ont été décisionnaires. C’est juste que nous n’avons pas fait cette annonce « les artistes invités seront décisionnaires de ce qu’ils feront ». Mais dans les faits,c ‘était le cas. Et tous ont joué le jeu.

Un dernier point, j’ai l’impression que l’on diabolise un peu ceux qui désirent uniquement des commissions. J’en fais parti. Attendre des heures pour un free sketch, pour bien souvent avoir un dessin non représentatif du talent de l’artiste, je ne suis plus client. Il existe également un public pour les commissions, sinon le système en fonction aux US ne marcherait pas. Tous les artistes ne prennent pas forcément des comm courant de l’année et les conventions sont également l’occasion de satisfaire ce public. Je préfère avoir une commission aboutie, pour laquelle j’aurais économisé peut être un moment certes, que d’avoir une flopée de Free Sketch qui termineront dans un classeur. Je sais que je ne suis pas forcément le seul…

Pour clôturer ce débat sur lequel nous pourrions vraiment parler des heures, je vous laisse aller voir l’avis d’un artiste français, Julien Huggonard-Bert, qui avait écrit sur le sujet il y a plusieurs mois.

Steeve : J’ai bien compris les arguments de chacun et je ne pense pas que nous puissions faire plus avancer le débat au point où nous en sommes. Avant d’avoir vécu la prochaine PCE il n’y a pas vraiment moyen de critiquer ou féliciter des changements dont nous n’avons pas encore vu les résultats et dont nous ne pouvons que supposer la nature. Ceci dit je conclurais pour ma part en soulevant une dernière fois cet argument qui revient sans cesse et que Julien reprend dans son poste.

Si l’auteur ne s’était pas pointé, il aurait pu se faire de l’argent en bossant chez lui.

A mon sens cela soulève la question de savoir POURQUOI l’auteur se déplace. Pour rencontrer ses fans ? Faire découvrir son travail ? Baigner un temps dans ce prolongement particulier de cet univers qui nous rassemble que sont les conventions ? Ou pour arrondir ses fins de mois ?

Que les dessins réalisés lors des salons méritent d’être payés du fait qu’ils soient faits par des professionnels reconnus par la profession qui se sont fait une place dans un milieu pas ouvert à tous avec la sueur de leur front, d’accord. Même si on connait ma position sur le free-sketch, je comprends. Mais le « j’pourrais être en train d’me faire du blé au lieu de perdre mon temps au milieu de gens qui de toute façon ne feront pas gonfler les ventes de mes œuvres », j’sais pas, ça me dérange.

Au final on en arrive tous à la même conclusion. La question est délicate et ne trouvera sur le papier à priori jamais de solution qui parlera à tout le monde. Ceci dit, le débat m’a donné envie de me rendre à la prochaine PCE rien que pour voir comment ce changement de paradigme s’appliquera dans les faits.

Jeffzewanderer : Juste pour répondre à ta dernière remarque, Apteis, je ne pense pas qu’on diabolise les gens qui ne sont intéressés que par les commissions. Et si on le fait on a tort. C’est juste qu’elles ne sont pas accessible à tous car plus chères (légitimement plus chères, car comme tu le dis elle sont plus abouties), et qu’il serait, je pense, dommage qu’elles supplantent totalement le free sketch. Ou au moins le « sketch à tarif raisonnable ». Parce que ces dessins, certes moins élaborés, peuvent n’en être pas moins tout aussi précieux pour ceux qui les reçoivent. Du coup il serait dommage d’en priver ceux qui n’ont pas accès aux commissions. Mais je le redis il n’est pas question de diaboliser qui que ce soit. C’est une pure affaire de goût, et en l’occurrence chaque position est tout aussi respectable que l’autre. L’important est que chacun y trouve son compte, ait accès à sa petite part de rêve sur papier.

Sinon je crois aussi qu’on a fait le tour des arguments et comme vous le dîtes justement, la seule chose à faire désormais c’est de voir ce que donnera cette PCE nouvelle version.

Small Talk Dédicaces PCE

Wait and see…

One Response to Small Talk #5, les nouvelles modalités d’obtention des dédicaces à la PCE

  1. Matt dit :

    Et sinon on pourrait avoir un système plus simple de dédicaces avec une signature gratuite ou un dessin payant

Poster un commentaire