Star Wars : Shattered Empire, la review

Star Wars Shattered Empire Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Il n’aura pas échappé aux plus fans d’entre vous qu’une mini-série manquait à l’appel de notre bilan des séries Star Wars par Marvel : Star Wars : Shattered Empire par Greg Rucka et Marco Checchetto. L’ambition de cette mini est de nous conter la transition entre Le Retour du Jedi et L’Eveil de la Force. Un ambitieux projet rendu nécessaire par l’effacement de toute la continuité développée jusque-là par le biais de l’univers étendu. Bienvenue en terra incognita donc…

Dameron vous dites ?

Le récit commence donc lors de la bataille d’Endor, alors que les Rebelles sont sur le point de détruire la seconde Etoile de la Mort et remporter leur victoire décisive sur l’Empire. Et comme on aurait pu s’en douter connaissant la manière dont Greg Rucka écrit, on suit tout cela du point de vue de Shara Bey, une femme pilote d’A-Wing. C’est là la première caractéristique marquante de ce premier numéro et, on le suppose, de la série en général : les héros classiques que sont Luke Skywalker, Han Solo, Leia Organa et compagnie ne seront pas les protagonistes principaux de la série.

Il n’y a pas là de quoi s’étonner : on voyait mal Disney effacer des décennies de continuité littéraire pour s’empresser de se remettre des fers aux pieds concernant les héros les plus connus de la saga. Du point de vue de Greg Rucka, il était sans doute séduisant de bénéficier de plus de liberté en mettant au cœur de son récit des personnages créés pour l’occasion, n’ayant pas vocation à apparaître dans l’épisode VII (ou au mieux marginalement).

Pourtant le lien avec l’épisode VII est bien là justement, même s’il est discret. Parce qu’on ne me fera pas croire qu’une femme pilote amoureuse d’un fantassin du nom de Kes Dameron, c’est sans lien avec l’as de l’X-Wing Poe Dameron qu’on annonce dans L’Eveil de la Force. Mais c’est à peu près tout à ce stade, ce qui est fort logique vu qu’on ne sait rien des autres personnages du futur long métrage. Et on ne va pas tout nous dévoiler d’eux avant ledit film. Idem pour le sort des Luke, Leia, Han et consorts, dont la destinée doit nous révéler quelques surprises.

Star Wars Shattered Empire Comic Talk

Et l’histoire à part ça ?

Parce que c’est bien beau de jouer à la chasse aux références, mais Shattered Empire a quand même vocation à nous raconter environ 30 ans d’histoire. Et il commence plutôt bien. Greg Rucka exploite bien son parti pris de nous montrer les héros « classiques » à travers les yeux des personnages créés pour l’occasion (surtout Shara Bey, qui sert de narratrice). Mais il ne transforme pas non plus ça en gimmick comme Matt Kindt avait pu le faire avec la mini Rebel Heist du temps de Dark Horse.

Ainsi Han Solo a par exemple une vraie place dans ce numéro, et s’insère naturellement dans l’histoire sans prendre la place centrale. Sinon, plus précisément, on assiste au lendemain de la Bataille d’Endor et au long travail des Rebelles victorieux pour se débarrasser d’un Empire à genoux mais pas encore mort. Ce sujet avait d’ailleurs été abordé dans le roman « The Truce at Bakura » (La Trêve de Bakura), dont il est amusant de constater qu’il débutait lui aussi littéralement au lendemain de la victoire Rebelle.

On sera par contre un peu plus surpris de constater qu’on assiste aux évènements par le petit bout de la lorgnette. C’est de la micro-histoire. Point de dimension épique ni de bouleversement galactico-politique pour le moment, juste une patrouille de routine. C’est plus satisfaisant pour l’implication émotionnelle (un manuel d’histoire n’est pas une référence en matière littéraire, un roman historique si). Mais c’est aussi un peu frustrant pour qui veut connaître le destin de l’univers Star Wars.

Gageons cependant que Greg Rucka saura trouver un équilibre pour satisfaire les curieux en narrant une fresque épique sans perdre la puissance émotionnelle de son récit. Le cliffhanger de ce premier numéro est encourageant en ce sens.

Star Wars Shattered Empire Comic Talk

Au dessin Marco Checchetto laisse une fois de plus parler son incroyable talent. Le trait est incisif, précis, dynamique. C’est à la fois réaliste et stylisé. La froideur de ses images sied bien à l’univers de Star Wars, lui conférant une certaine gravité (peut-être parfois au détriment d’un côté plus organique. Si les mises en pages sont toujours dynamiques et fort plaisantes, on notera quand même qu’on ne retrouve pas la poésie, le lyrisme, dont l’artiste faisait souvent preuve lors de sa précédente collaboration avec Greg Rucka, sur The Punisher. Cela reste néanmoins excellent (comme sur Avengers World par exemple), et c’est un bon choix artistique de plus pour Marvel concernant l’exploitation de la licence.

LE BILAN : Forte d’un pitch incontournable pour tout fan de la saga de George Lucas, Star Wars Shattered Empire peut se targuer d’avoir réussi un début solide. Ce n’est pas aussi épique qu’on pourrait l’attendre, mais ça pourrait venir, et il ne faut pas sous-estimer l’intérêt de prendre le temps pour développer son histoire. Ce n’est donc pas forcément le numéro un le plus fracassant de l’histoire, malgré une écriture et un dessin toujours de grande qualité, mais c’est une belle promesse pour la suite.

Star Wars Shattered Empire Comic Talk

Poster un commentaire