Storm #1, la review

Storm Comic Talk Review

Jeffzewanderer Par

Marvel s’est lancé ces temps-ci dans une politique consistant à donner des séries solo à des personnages qu’on n’avait pas l’habitude de voir dans cet exercice : Rocket Raccoon, Star-Lord… Et les X-Men semblent particulièrement concernés par ce phénomène puisqu’en plus de l’habituel Wolverine, ce sont pas moins de quatre X-Men qui ont droit à ce traitement : Cyclops, Nightcrawler, Magneto (oui ok ce n’est pas vraiment un X-Man mais on ne va pas chipoter…). Et donc Storm.

Storm est la dernière de la liste à avoir droit à sa série solo, écrite par Greg Pak et dessinée par Victor Ibañez. Un seul numéro est sorti, mais celui-ci s’avère fort intéressant.

Ororo Munroe aka windrider…

Le talent de Victor Ibañez est le premier grand attrait de ce titre. Auteur des couvertures comme des pages intérieures, l’artiste a un trait d’une finesse et d’une élégance remarquables. C’est détaillé, et l’épaisseur des lignes évoque un dessin au pinceau mais toujours avec beaucoup de légèreté. Les mises en page sont denses mais jamais chargées.

Mais les deux principales qualités concernent les visages et Storm elle-même. Les premiers sont très expressifs dans un style réaliste, et surtout pas stéréotypés du tout, aucun des personnages ne se ressemblant. La seconde est magnifique, digne et charismatique à chaque case, on ressent sa noblesse. Et l’artiste est aussi très inspiré quand son héroïne passe à l’action. Qu’elle vole, utilise la pleine mesure de ses pouvoirs, où se salisse un peu plus les mains, elle est toujours parfaitement gracieuse, aérienne, et un brin féline.

Storm Comic Talk Review

To hell with the sky. This is where I belong.

Mais les dessins ne font pas tout, et Greg Pak l’a bien compris. Comme il a compris qu’il doit y avoir une raison au fait que Storm ne soit pas une habituée des séries solo. Le scénariste semble donc, dans ce premier numéro, s’efforcer de justifier l’existence de la série. Il tente de donner une motivation à son héroïne qui la pousse à agir sans impliquer les X-Men. Et il le fait non seulement en utilisant les évènements (Storm va aider les habitants de l’île de Santo Marco à échapper à un tsunami) mais surtout en se servant de ceci comme d’un prétexte pour explorer la psyché d’Ororo Munroe.

Et si du point de vue de l’intrigue ce numéro est un done-in-one, la série semble, elle, s’annoncer donc comme character driven, et les bases qu’il jette pour ce qui est du traitement de son héroïne sont plus qu’attrayantes. On n’est pas face à une simple « quête de soi » du personnage, procédé un peu cliché pour justifier une série solo. Il y en a une petite dose, mais il s’agit plus d’une acceptation de l’évolution de sa vie par Storm. Et en même temps elle reste (redevient dira-t-on) la Storm majestueuse qu’on aimait et qu’on a trop peu vu ces derniers temps dans les séries X. Sûre d’elle, déterminée, charismatique, douce mais pouvant être redoutable. Je vous épargne la métaphore météo. Dernier détail plaisant, le scénariste utilise intelligemment les pouvoirs du personnage.

Storm Comic Talk Review

LE BILAN : Storm #1 lance donc très bien la série en posant les bases d’un traitement extrêmement inspiré de l’héroïne éponyme. Greg Pak « tient » parfaitement son personnage et lui fait honneur, comme les dessins de Victor Ibañez. Reste à voir si les intrigues (indispensables, le développement des personnages ne suffisant pas à faire une bonne série) suivront, mais il n’y pas de raison d’en douter.

LA NOTE : 4/5

Storm Comic Talk Review

Poster un commentaire