Superman #32, la review

Superman Comic Talk Review

Jeffzewanderer Par

Superman #32 est la dernière tentative en date de DC pour redynamiser la franchise de son héros le plus emblématique. Scott Snyder et Jim Lee n’y ont pas vraiment réussi avec le sympathique et beau mais pas inoubliable (et surtout à la bourre) Superman Unchained. Au tour de Geoff Johns (l’autre scénariste phare de l’éditeur) et de la recrue star John Romita Jr, artiste jusque là estampillé Marvel, de s’atteler à cette tâche. Et disons-le d’ores et déjà, ce n’est pas gagné.

Déjà-lu anyone ?

Geoff Johns avait déjà fait un passage sur Superman il y a quelques années, avant les New 52. Son run avait été plutôt agréable, même si on ne pouvait pas vraiment parler de classique en puissance non plus. Last Son Of Krypton avec Adam Kubert, Escape From Bizarro World avec Eric Powell, Secret Origin avec Gary Frank ou la période New Krypton ont en effet laissé de bons souvenirs.

Hélas ce retour laisse lui une impression bizarre. Ne le nions pas, c’est très bien écrit. Les personnages sonnent juste, il y a un petit effort pour donner un peu d’épaisseur à Clark Kent (ainsi qu’au supporting cast comme Jimmy Olsen et Perry White) et pas seulement à Superman, un brin d’action pour ne pas faire que de l’exposition, et globalement l’intrigue s’annonce alléchante. Ou plutôt s’annoncerait alléchante si on n’avait pas cette impression de déjà-lu.

Une impression qui n’est pas due au fait que l’histoire soit trop prévisible, mais bien à sa ressemblance (au moins thématique) avec d’autres arcs. Ici Superman rencontre en effet un autre être doté de pouvoirs extraordinaires, devenu le protecteur de son monde d’adoption après avoir perdu sa planète d’origine. Il rencontre un autre Superman quoi. Comment ne pas penser alors au personnage de Wraith dans Superman Unchained de Snyder et Lee ? Lui aussi est un « Superman bis », sauf qu’il a choisi d’aider l’armée. Et comment aussi ne pas se remémorer aussi l’arc Last Son Of Krypton de Johns, où Superman accueillait un jeune enfant lui aussi rescapé de Krypton (on retrouve en effet l’idée de Superman qui rencontre un orphelin qui a perdu son monde).

Superman Comic Talk Review

Déjà-vu anyone ?

Alors oui, en pratique l’histoire lancée dans Superman #32 devrait être bien différente des deux autres, en tous cas largement assez pour qu’on ne puisse pas parler de plagiat (ou de répétition). Et soyons juste, si on n’a pas lu les deux arcs susmentionnés (Unchained et Last Son) il n’y a rien qui puisse gêner le lecteur. Au contraire, comme je le disais, voir Superman rencontrer cette « autre version » de lui est en soi assez intéressant. Et Johns écrit toujours bien, redisons-le. Mais personnellement je n’ai pas pu occulter totalement ce bégaiement thématique.

Et le dessin de John Romita Jr ne m’y a pas aidé. Recrue de prestige mais artiste divisant les fans, JRJr déchaîne souvent les passions. Je fais la plupart du temps partie de ses défenseurs, vantant notamment ses talents de story-teller (dont il fait encore montre ici). Hélas, globalement il se loupe sur ce premier numéro. Romita Jr est un artiste qui ne fait pas dans la finesse. Son trait est puissant, et a priori on se dit que ça pourrait bien coller à Superman. Hélas son dessin est aussi assez gritty, un peu sale, ne sied finalement pas tant que ça au Kryptonien.

L’ensemble fait aussi trop lourd, même pour Superman (surtout avec son nouveau costume très détaillé, couvert de lignes). On souhaiterait un peu plus de lumière pour le héros, et accessoirement qu’il fasse un peu moins la tronche. En revanche les scènes « en civil » sont plutôt réussies dans l’ensemble. Mais le pire défaut de ce numéro c’est que trop souvent Romita Jr retombe dans son travers consistant à livrer des pages dont on a l’impression qu’elles ont été finies dans l’urgence. Manque de finition et de détail, erreurs diverses (il y en a pas mal sur les visages…). Bref c’est trop souvent assez laid hélas, et le story-telling exemplaire ne suffit pas à le faire oublier.

Superman Comic Talk Review

LE BILAN : Superman #32 n’est donc pas un mauvais numéro, et pourrait, à défaut de transformer Superman en Bulldozer à l’égal de Batman, au moins annoncer un run agréable à lire chaque mois. C’est encore plus vrai si vous préférez le story-telling à la beauté du dessin et que c’est votre premier comic consacré au Kryptonien. Mais la redite thématique du scénario et la prestation en demi-teinte de Romita Jr (dont les plus belles pages étaient celles qu’on a découvert en preview) même si on aime son style gâchent un peu le plaisir.

LA NOTE : 3,5/5

Superman Comic Talk Review

One Response to Superman #32, la review

  1. Eddyvanleffe dit :

    Suêr man peine à séduire vraiment depuis les New 52 (et se tassait déjà pas mal avant, il faut le dire). Il n’y a qu’à voir le plébicite du nouveau film dont le personnage (et le scénar à base de on casse tout) ressemble plus à INVICIBLE qu’à Kal-EL. JRJR divise mais je l’aime d’amour, du coup je me laisserai tenter par ce récit…

Poster un commentaire