The Wanderer’s Treasures #10, Captain America : Homeland

Captain America : Homeland Wanderer's Treasures Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Bienvenue dans la nouvelle édition de The Wanderer’s Treasures. Au programme pour cette semaine spéciale Captain America, un thriller sur fond de politique et de terrorisme, de la natation à Guantanamo et même Fidel Castro. Tout cela dans Homeland, story arc publié à l’origine dans la série Captain America vol. 4 # 21 à 25, écrit par Robert Morales (Truth) et illustré par Chris Bachalo (X-Men, Amazing Spider-Man, Avengers) en 2004.

Comme souvent, pour bien apprécier ce comic, il convient de le replacer dans son contexte. Comme on a pu le voir dans la review de La Sentinelle De La Liberté, le volume Deluxe édité par Panini regroupant les onze premiers numéros de Captain America vol. 4, la série est un pur produit de son époque. Lancé sur le label Marvel Knights au lendemain des attentats du 11 septembre, ce volume de Captain America a toujours donné dans le politique. Si les premiers arcs reflétaient le traumatisme de l’Amérique face au 11 septembre, Homeland se fait plutôt l’écho de ses doutes face à la réponse apportée par son gouvernement à ces attaques. En effet en 2004 l’enlisement commence en Afghanistan, et les premiers doutes sur la campagne en Irak se font entendre. Sans parler du Patriot Act, ensemble de mesures législatives plus ou moins liberticides supposées renforcer la sécurité du pays, que la gauche américaine commence à critiquer. Et bien sûr il y a la question du camp de prisonniers de Guantanamo où sont détenus ceux accusés de terrorisme, en marge du système judiciaire. Tous ces thèmes sont abordés (sauf l’Irak, malgré une référence à Saddam Hussein et ses armes bactériologiques) dans cet arc.

L’intrigue débute lorsque l’armée demande à Cap de siéger au sein du tribunal militaire secret devant juger Fernand Hedayat. Personnage fictif, comme tous ceux intervenant dans la série (à l’exception de Fidel Castro), Hedayat est un intellectuel d’origine iranienne, naturalisé américain et accusé de trahison. Les militaires chargés de le juger le considèrent comme déjà coupable, mais veulent que Cap soit présent comme garantie que le procès sera équitable. Et c’est là que Robert Morales commence à dresser un portrait au vitriol du système. En effet, dans l’esprit des officiels, Cap n’a d’autre rôle à jouer que celui de symbole. S’il participe, c’est que tout doit être réglo. Et son réel avis importe peu. Peu importe aussi que le tribunal soit censé être secret, il y aura des fuites, soigneusement organisées. Cap accepte néanmoins de participer, bien décidé à ne pas jouer les hommes de paille.

Captain America : Homeland Wanderer's Treasures Comic Talk

C’est là le thème majeur de cet arc : la réaction d’un véritable patriote, soucieux du sort de son pays, face aux dérives du système. Tout le temps que le héros passe à Guantanamo Bay y est consacré, avec une critique des techniques d’intimidations utilisées contre les prisonniers, et de l’attitude des dirigeants de la base (le détestable colonel John Boyle, qui sera victime de deux séances de natation forcées offertes par Cap). Mais le scénariste ne veut pas faire de son histoire un simple pamphlet. Il égratigne d’ailleurs les faux rebelles qui prétendent s’en prendre aux icônes et ne se limitent qu’à des punchlines faciles au cours d’une scène très réussie dans une galerie d’art (on y reviendra). Hors de question pour lui de faire de même. Robert Morales s’efforce donc de montrer à travers ses personnages les diverses tendance du paysage politique américain, en n’oubliant pas de leur insuffler une part d’humanité bienvenue. On va du radical Tony McPherson au très libéral (politiquement au sens anglo-saxon, donc de gauche) sénateur Lester Paley. Ainsi la critique de la politique de l’administration Bush (via Cap) est d’autant plus percutante qu’elle est mesurée.

L’intrigue se poursuit avec l’évasion de plusieurs détenus, dont Hedayat. Les fuyards veulent lancer une attaque bactériologique sur Cuba dont on accusera les Américains, en utilisant des armes stockées là par Saddam Hussein après la première guerre du Golfe. Cap partira seul à leur poursuite, offrant ainsi la possibilité à son pays de nier toute implication. En chemin il croisera Nick Fury, toujours roublard, mais pour le coup clairement dans le camp des gentils, qui lui permettra d’opérer sous l’égide des Nations Unies avec la bénédiction de CastroEl Presidente fait aussi sa petite apparition, un peu gratuite (on a l’impression que Morales le fait intervenir surtout pour le critiquer) mais drôle (lui aussi se voit proposer une leçon de natation). Et surtout Cap se retrouve accompagné de deux soldats cubains : la très patriote Luisa Prohias et le superstitieux et sympathique Arturo. Le dialogue entre Cap et ses deux alliés de circonstance est convenu (là encore Cuba est critiqué) mais bien mené ne faisant passer aucune des parties pour un extrémiste campant sur ses positions. La résolution de cette chasse à l’arme de destruction massive est elle aussi classique mais là encore efficace. De même pour la dernière pirouette scénaristique suggérant des complots au sein de l’armée Américaine.

Captain America : Homeland Wanderer's Treasures Comic TalkRobert Morales livre donc avec Homeland un bon thriller gentiment subversif (surtout à l’époque), et surtout un témoignage intéressant de l’état d’esprit de la gauche américaine après le 11 septembre, thème récurrent de Captain América vol. 4. Mais l’autre leitmotiv de cette série a été de tenter de doter le très monolithique Steve Rogers d’une vraie personnalité et d’une vie hors du rôle de Captain America. Sur ce point le scénariste excelle au-delà de toute attente. Steve Rogers est attachant, touchant mélange de patriotisme sincère, d’une pointe de naïveté tempérée par une grande lucidité, et d’une grande vivacité d’esprit. Sans oublier bien sûr le courage qu’on lui connaît habituellement et le côté bad ass mis en exergue dans la série dès le premier arc. Il lui arrive même de faire de l’humour. La relation qu’il tisse avec la jolie et délurée Rebecca Quan est très réussie. La demoiselle, si elle n’a pas un grand rôle, n’a cependant rien d’une potiche. On a même droit à des scènes très drôles entre eux comme celle de la galerie d’art mentionnée précédemment ou encore la conversation téléphonique qui permet à Steve de se sortir d’un mauvais pas face au général Boyle après sa trempette. Bref elle est un excellent personnage et il est dommage qu’elle soit par la suite passée à la trappe lorsqu’Ed Brubaker a relancé la série.

Au niveau du dessin, le choix de Chris Bachalo peut surprendre. Son trait hyper stylisé ne parait en effet à priori pas adapté aux aventures de Cap, surtout pour une série qui se veut moins super-héroïque, plus thriller. Mais au final, un bon artiste reste un bon artiste et cela fonctionne très bien, malgré tout. Le physique herculéen du héros déconcerte à l’occasion mais dans l’ensemble ça ne choque pas (il n’y a que quelques cases où la tête fait vraiment petite par rapport aux épaules). Les visages sont expressifs (même si les femmes se ressemblent trop, comme toujours chez Bachalo). Les scènes d’action sont impeccables, accentuant encore le côté bad ass évoqué plus tôt. L’artiste utilise beaucoup le « truc » consistant à dessiner plusieurs fois le personnage pour représenter des déplacements rapides. Les noirs sont moins compacts qu’à l’accoutumée mais toujours présents. Les cases sont bien remplies mais jamais surchargées, bon point quand on sait que c’est le talon d’Achille de Bachalo. Les mises en pages sont relativement sages quand on sait de quoi le dessinateur est capable (notamment sur Steampunk pour ne citer que ça) mais ce n’est pas plus mal. La sobriété sied à l’histoire et le dynamisme n’en pâtit pas le moins du monde. Les quelques splash pages sont très bienvenues. Tim Townsend, encreur habituel de l’artiste est parfait. Le point notable de ce Homeland est que pour l’occasion Chris Bachalo joue les coloristes. Et il ne s’en tire pas mal du tout. Le rendu fait très aquarelle, mais avec une touche digitale pour les effets de lumière. Les teintes sont heureuses et participent bien à l’ambiance de chaque scène mais on sent un peu trop que l’artiste était éminemment conscient de ce dernier point. Je veux dire par là que son travail manque de subtilité, on sent trop qu’à chaque instant il veut que ses couleurs participent à l’ambiance et son travail manque de naturel. Sans doute est-ce là le fruit de son inexpérience dans ce domaine.

Homeland est donc un excellent arc, non seulement grâce à son intrigue efficace et bien menée, mais aussi pour sa dimension politique et ce qu’il dit de l’état d’esprit d’une Amérique qui doute de la politique menée par ses dirigeants. Voir Steve Rogers traité comme un véritable personnage en plus d’une icône est aussi des plus appréciables. Le tout est dessiné par un Chris Bachalo en forme, ce qui ne gâte rien. Disponible en Trade PaperBack en VO, Homeland est sorti en France chez Panini dans la collection 100% Marvel sous le titre de « Mère Patrie ». Sur ce, il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture entre deux Cuba libre

Captain America : Homeland Wanderer's Treasures Comic Talk

Poster un commentaire