The Wanderer’s Treasures #12, Turf

Turf Wanderer's Treasures Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Bienvenue dans la nouvelle édition de The Wanderer’s Treasures. Au programme cette semaine New York pendant la prohibition, des gangsters, des vampires, des aliens et même une dédicace. Tout ça dans Turf, première mini-série de Jonathan Ross (un animateur TV star outre-Manche) avec Tommy Lee Edwards (1985, Broken Trinity : Pandora’s Box) au dessin. Publié chez Image, le titre a connu un beau succès et une suite a d’ores et déjà été annoncée.

Le turf en argot américain, c’est le territoire. Le titre est donc on ne peut plus approprié puisque Jonathan Rossva nous raconter une guerre des gangs pour le contrôle de New York en 1929 en pleine prohibition. On louera au passage son choix de ne pas situer son intrigue à Chicago, la ville la plus citée dès qu’on parle de cette époque. Ça n’a l’air de rien mais une histoire de gangsters des années 20-30 sans Al Capone, ça change agréablement.

Mais l’originalité du britannique ne s’arrête pas à ce détail géographique, loin de là. En effet, le gang qui déclenche cette turf war est en réalité composé de vampires. De strigoli pour être exact (l’équivalent roumain de la légende). La famille Dragonmir est normalement dirigée par Gregori, le liderul, mais son frère Stefan n’approuve pas sa politique. Gregori préfère coexister avec les humains, discrètement, et fait livrer du sang à son clan par des bootleggers (les trafiquants d’alcool). Stefan, encouragé par le fourbe Vaseli, voudrait plutôt voir les Dragonmir au sommet de la chaîne alimentaire. Le même Vaseli qui a son propre but que je ne vous dévoilerai pas pour ne pas gâcher l’intrigue.

L’un des gangsters pris dans la tourmente est Eddie FalcoBootlegger de son état, son gang sera la cible des attaques des Dragonmir. Il n’en réchappera que par miracle et surtout parce que le hasard voudra qu’il tombe sur le vaisseau de Squeed, un extraterrestre en fuite. Les deux tisseront des liens, d’abord par intérêt puis par amitié, et s’opposeront aux ambitions de Stefan et Vaseli.

Turf Wanderer's Treasures Comic Talk

Le dernier personnage majeur de ce joyeux mic-mac est Susie Randall, une journaliste en charge des pages mondaines qui rêverait de couvrir des sujets plus passionnants. Elle sera servie puisque c’est elle qui découvrira le premier massacre perpétré par les Dragonmir pour lancer leur guerre. Les personnages principaux sont donc plutôt attachants malgré leur classicisme, et c’est avec plaisir qu’on les suit. Le trio de héros (Eddie, Gregori et Susie) se relaient bien pour faire avancer l’intrigue. Squeed parait plus à part, mais finalement ça correspond bien à sa nature d’alien. Stefan et surtout Vaseli son des méchants réussis, même si eux non plus ne sont pas révolutionnaires.

Les personnages secondaires sont aux aussi efficaces qu’il s’agisse d’O’Leary, le flic pourri jusqu’à la moelle , de Dave le photographe de Susie, ou du révérend Kane et Viviane Breedlove, les gangsters régnant sur Harlem.

Turf Wanderer's Treasures Comic TalkMais la vraie force de Turf, c’est son univers. Jonathan Ross mélange allègrement polar, horreur et science fiction pour un résultat des plus convaincants. Ces trois univers s’entremêlent parfaitement grâce à l’écriture décomplexée du scénariste, ainsi qu’à un zeste de second degré. Le second degré c’est par exemple l’armée de portier, chauffeurs et autres travailleurs de l’ombre rameutée par Susie Randall pour l’assaut final contre les Dragonmir. Ou l’indispensable gang de femmes de petite vertu armées de tommy guns qui viennent prêter main forte à Eddie et Squeed. Mais il y a aussi de véritables trouvailles comme les rituels traditionnels des Dragonmir pour bannir l’un des leurs. Ou lebackground de Squeed, qui fuyait avec sa bien-aiméePrin lorsqu’il s’est écrasé sur terre. Ces petites touches montrent bien tout le potentiel de Jonathan Ross en tant qu’auteur. Je dis potentiel car il est clair que Turf n’est pas exempt d’erreurs de jeunesse. Déjà la structure même du récit est un peu convenue. Enlevez l’univers barré, et on se retrouve avec un canevas d’histoire vu et revu. Ce n’est pas catastrophique car ça reste bien fait, mais bon… Les relations entre les personnages ne sont pas non plus toujours traitées avec le même soin. Autant l’amitié Eddie Falco / Squeed est bien racontée, autant la romance entre Susie et Gregory est trop vite expédiée. Sur ce dernier point on a plus l’impression que Ross s’est acquitté d’une figure imposée parce qu’il le fallait bien. L’écriture elle-même alterne entre idées brillantes et maladresses. Comme idée brillante on a par exemple le fait que Squeed ne s’exprime que dans sa langue, représentée par des signes de clavier d’ordinateur. Ou la dernière page de chaque single, aux airs de teasers avec un côté très pulp. Au chapitre des maladresses il y a une narration parfois un tantinet verbeuse et des répliques trop longues pour être naturelles, ou la façon ridicule dont l’accent de Vaseli est transcrit. Mais là encore ce n’est que marginal et ne gâche en rien le plaisir de lecture.

Niveau dessin Tommy Lee Edwards assure. Il livre une prestation dans la droite lignée de ce qu’on l’avait vu faire sur le 1985 de Mark Millar. Son style est assez difficile à décrire. Le trait est très réaliste au niveau des attitudes et postures des personnages. Mais un peu moins en ce qui concerne les visages. Il y quelque chose de très européen dans son travail. En ce sens (et d’ailleurs aussi un peu au niveau du trait) il évoque Alex Maleev période Daredevil. Les ombres sont très présentes et opaques, ce qui sied bien au récit. Les couleurs, dont Edwards s’occupe aussi (d’où probablement les énormes retards lors de la sortie initiale de la mini), sont très réussies. Leur aspect délavé et sobre participe à l’atmosphère si particulière de Turf. Le tout a un aspect « faux vintage » très plaisant.

Turf Wanderer's Treasures Comic Talk

Mais la principale performance de l’artiste est sûrement le brio avec lequel il mélange les trois univers utilisés par Ross. Vampires, aliens et gangsters se côtoient le plus naturellement du monde. Les strigoli sont effrayants à souhait lorsqu’ils s’élancent dans le ciel new-yorkais (notamment grâce à leurs poses « réalistes »). Le design de Squeed est impeccable, et on peut dire de même de son vaisseau ou de ses armes. Et pour la partie réaliste (les gangsters et la ville donc) on a l’impression de se retrouver dans un épisode des incorruptibles. Des décors aux costumes, rien à redire tout est parfait. Les divers protagonistes ont des « gueules » faciles à identifier. Les mises en page sont très sobres, avec quelques trouvailles (les pages teaser mentionnées plus tôt, le flash-backsur la vie de Squeed,…). Même les scènes d’action sont efficaces, ce qui n’était pas gagné justement à cause des caractéristiques du trait et de la mise en page (sobriété et réalisme font rarement bon ménage avec le grand spectacle). Bref, Turf est un beau comic-book, dont l’aspect visuel tout en retenue tranche avec l’univers barré pour un résultat du meilleur effet.

Jonathan Ross et Tommy Lee Edwards nous livrent donc une mini de grande qualité. L’univers est tout bonnement génial grâce à un adroit et improbable mélange des genres. L’écriture n’est pas parfaite mais reste plaisante. Et le dessin, s’il peut surprendre de prime abord, est finalement d’une efficacité imparable. Un hardcover regroupant les cinq numéros est disponible en VO. UnTPB moins cher devrait suivre. Et vu le succès de cette mini outre-Atlantique, on peut a priori espérer un jour une traduction française. Sur ce il ne me reste plus qu’à vous souhaiter une bonne lecture, peut être avec un verre de tord boyau comme on en buvait dans les speakeasies.

Et la dédicace annoncée en intro me direz vous ? Elle est pour Salim, d’Album Montpellier (devenu Planètes Interdites), qui m’a conseillé cette série. Merci à toi.

Turf Wanderer's Treasures Comic Talk

Poster un commentaire