The Wanderer’s Treasures #21, The Vesha Valentine Story

The Vesha Valentine Story Wanderer's Treasures Comic talk

Jeffzewanderer Par

Bonne année à tous et bienvenue dans cette première édition 2012 de The Wanderer’s Treasures. Au programme cette semaine la naissance d’une étoile, son irrésistible ascension, la descente aux enfers et surtout la femme la plus sexy du monde. Tout ça dans The Vesha Valentine Story, par Des Taylor, publié en 2011 par SIG.

Sous titré A Pin-Up StorybookThe Vesha Valentine Story est exactement le genre d’OVNI littéraire qui a sa place dans cette rubrique. Il ne s’agit en effet pas vraiment d’un comic book. Ce serait plutôt un artbook. Mais un artbook avec un scénario. Ou plus exactement une histoire. Cette histoire c’est celle de Vesha Valentine, de son vrai nom Vesha Di Maria. La femme la plus sexy du monde. Actrice, chanteuse, danseuse… Elle a tout fait. Vous ne la connaissez pas ? C’est normal car Vesha n’existe pas. Pourtant Des Taylor, l’auteur, a réalisé sa biographie dans cet ouvrage.

Artiste et photographe anglais, Taylor est surtout connu pour ses dessins de superbes femmes. Il a notamment travaillé pour des marques de vêtements ou le Victoria & Albert Museum, ainsi que comme illustrateur pour des magazines tels que FHM ou The Vesha Valentine Story Wanderer's Treasures Comic talkCosmopolitan. Et Vesha a connu sa première heure de gloire quand elle a été utilisée pour les vitrines de noël du très select bijoutier anglais Theo Fennell en 2009. Cet évènement, ainsi que la fascination avouée de Des Taylor pour sa création, poussa l’artiste à transformer ce qui aurait dû être un artbook classique en vrai-fausse biographie.

Dans son introduction, l’artiste parle de son amour pour les films et comédies musicales des années 50-60, ainsi que pour les magnifiques actrices qui les peuplaient. Cet amour se ressent dans chaque page de The Vesha Valentine Story. Car ce qui fait la force de cet ouvrage, ce n’est assurément pas son scénario. Il est en effet difficile de concevoir une intrigue plus convenue. Il s’agit de la success story de la belle Vesha, fille d’une star d’Hollywood des années 40, élevée en France par ses grands parents et passionnée par le monde du spectacle. Débuts difficiles, ascension fulgurante grâce à son mentor (du nom de Madame Renard, propriétaire du Club Renard à Paris), premières embûches (l’inévitable manager malhonnête), apogée, descentes aux enfers (avec alcool et pilules) et enfin renaissance et happy end, tout y est.

Mais là où Taylor réussit très bien son coup c’est en embrassant ces clichés pour en faire autant d’hommages. Ce n’est pas vraiment l’histoire d’un personnage qu’il écrit, c’est une lettre d’amour à un archétype, à une époque et des êtres idéalisés. A ce cinéma et ces actrices qu’il aime tant. A ce titre, le fait d’écrire son ouvrage non pas comme un roman mais comme une biographie est une trouvaille brillante. Ainsi, libéré de nos attentes en tant que lecteurs de fiction, on se laisse d’autant plus facilement emporter par la magie du récit. Par son ambiance. Car c’est là l’atout majeur de The Vesha Valentine Story. C’est bien simple, on se croirait propulsé dans ces fameux films tels que Some Like It Hot ou Gilda.

The Vesha Valentine Story Wanderer's Treasures Comic talk

Ceci est essentiellement dû au magnifique travail d’illustrateur de Des Taylor. Car l’homme est artiste avant d’être écrivain et ça se sent. Il a rarement été aussi vrai qu’une image vaut mieux que mille mots. Chaque dessin est là pour servir le récit, le faire vivre. Et Taylor prend soin de varier les genres pour ne jamais se borner à réaliser un artbook agrémenté de quelques légendes. Au contraire il reproduit tous les types de photos qu’on trouverait dans une authentique biographie, donnant de cette manière réellement vie à son personnage. On a ainsi des photos « de tous les jours » de Vesha, de clichés pris en coulisses façon making of, des photos volées à la manière des paparazzi, des photos prises sur scène ou des captures d’écrans des « films » de la star. A ce titre on notera tout particulièrement la manière dont est représenté le numéro culte de Vesha, son interprétation de Fever dans Happy Birthday Big Boy. On a quasiment l’impression de voir le « film ». L’artiste réussit là son meilleur compromis entre narration visuelle et illustration du texte pour rester fidèle à l’idée d’une bio. On pourrait aussi citer la séquence du rêve de Vesha ou la double page sur fond des lumières de Paris pour ça.

Il y a aussi les affiches des fameux films, là encore des hommages sublimes au cinéma de cette époque, de même que les affiches publicitaires ou couvertures de magazine. Quand je vous disais que les dessins créaient l’ambiance envoûtante de l’ouvrage, en voila le plus bel exemple. Et bien sûr n’oublions pas les pin-up shots de la belle, la spécialité de Des Taylor. Son trait, cartoony à souhait, est d’ailleurs absolument superbe. C’est bien simple on se croirait devant les plus beaux dessins animés Disney. En beaucoup plus sexy. Mais jamais, au grand jamais, vulgaire ni racoleur.

The Vesha Valentine Story Wanderer's Treasures Comic talk

Les personnages sont tout en courbes, bénéficiant d’un design impeccable et d’un charisme palpable. Jamais figés, ils ont l’air on ne peut plus vivants, malgré leur aspect très stylisé. Et les couleurs, chatoyantes, sont à l’avenant. Enfin on appréciera particulièrement les effets de grain donnés aux images selon leur « nature ». Ainsi une affiche publicitaire n’aura pas la même texture qu’une capture d’écran de film, qu’une photo de journal (en noir et blanc, notez le souci du détail) ou qu’un poster de pin-up. C’est la cerise sur le gâteau pour que l’immersion soit complète.

The Vesha Valentine Story est donc à la fois une curiosité et un petit bijou (hélas uniquement disponible en VO). Déjà grâce aux superbes dessins de Des Taylor. Mais surtout parce que, mi-comic, mi-artbook, mi-autre chose, il vous transportera dans l’univers du grand Hollywood et des légendes du septième art. Ce n’est pas l’histoire de Vesha Valentine qui est fascinante, c’est Vesha elle-même. Et elle est plus qu’une pin-up anonyme d’artbook ou d’affiche publicitaire grâce à cette histoire pourtant si banale. Beau paradoxe. Alors n’hésitez pas, mettez Fever en fond et passez ce début d’année en compagnie de Vesha Valentine, la plus grande star de tous les temps…

En bonus voici un lien vers le site de Des Taylor où vous pourrez admirer de superbes illustrations : despopart.blogspot.com

The Vesha Valentine Story Wanderer's Treasures Comic talk

Poster un commentaire