The Wanderer’s Treasures #40, Chimichanga

Chimichanga Wanderer's Treasures Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Par Steeve

Malgré une baisse de régime significative de mon activité comicsbloguienne qui a valu à Jeffzewanderer de s’occuper quasi-intégralement des Reviews Express ces dernières semaines, ce grand homme a tout de même eu la bonté de me laisser sa rubrique pour la deuxième fois et je l’en remercie !

Trêve de bavardage. Venons-en au trésor de la semaine. Habitué que je suis à crier mon amour inconditionnel pour les travaux de Jeff Lemire et Rick Remender, j’ai décidé de changer de registre et de présenter à ceux qui seraient passé à côté un petit bijou que l’on doit à Eric Powell : Chimichanga. Histoire présentée sous forme de conte cartoonesque, burlesque et complètement barré, Chimichanga ravira les plus jeunes (sous réserve qu’ils lisent l’anglais, l’œuvre n’ayant pas été traduite chez nous à ma connaissance) et les plus vieux.

Chimichanga Wanderer's Treasures Comic Talk

A l’origine publié sous la forme d’une mini-série de 3 épisodes en noir et blanc chez Dark Horse, Chimichanga est maintenant plus facile et plus intéressant à se procurer sous sa forme hardcover. Ce petit ouvrage qui vous coûtera 15$ regroupe l’ensemble de la mini ainsi qu’une histoire courte supplémentaire, le tout colorisé par Dave Stewart (Goon, Hellboy, DC : The New Frontier, Lex Luthor : Man of Steel…) et accompagné d’un sympathiquesketchbook en bonus.

Alors, Chimichanga, de quoi ça parle ? Des dangers de la nourriture mexicaine ? Pas vraiment. L’histoire suit les déboires de Lula, une jeune fille à barbe issue d’un cirque ambulant aux personnages plus colorés les uns que les autres. De Gene le clown indifférent à Ezmeralda et son incroyable chèvre à deux yeux en passant parHeratio, le poisson au visage de garçon, l’ensemble des personnages secondaires fait sourire de par sa seule existence.

A l’heure du iPhone, ces losers itinérants ont du mal à joindre les deux bouts. Alors qu’elle s’en va faire un tour pour déguster une délicieuse Chimichanga, Lula tombe sur une sorcière accablée de problèmes gastriques plutôt dérangeants qui lui offre un gros caillou violet contre quelques poils de son menton garni. Le caillou s’avère être un œuf duquel émerge très vite une grosse bête à poil que Lula nommera Chimichanga, en hommage à son plat favori. De là démarre une odyssée moderne et fantaisiste dont il vous sera certainement impossible de décrocher avant la dernière page.

Chimichanga Wanderer's Treasures Comic Talk

Ceux qui lisent The Goon retrouveront ici ce qui a fait le succès de la série et plus encore. Derrière des dessins ronds, fluides et enfantins, le sens de la réparti de Powell insuffle une profondeur déconcertante à son casting. Chaque intervention de la petite Lula a manqué d’avoir ma peau tant j’ai souvent manqué de m’étouffer de rire (j’exagère à peine). La visite du cirque et la découverte de ces habitants fait figure de véritable abîme de créativité. Chaque idée, chaque concept, semble évident tant la progression de l’histoire ne souffre d’aucun accroc. Vous rigolerez pendant 50 pages, serez indigné le temps des 10 suivantes pour enfin retrouver le sourire pour le reste de la journée après avoir atteint la conclusion parfaite de ce récit sans faille.

Au-delà de son humour inter-générationnel implacable, Chimichanga a aussi la prétention d’expliquer les ressorts de l’industrie pharmaceutique et du capitalisme sauvage aux plus petits. A travers l’incursion de l’innocence de Lula dans ce monde où le sens moral a laissé sa place au pouvoir du billet vert, Powell livre une vision aussi grossière qu’indiscutable des ressorts de l’économie moderne et de ses dures exigences. Un portrait d’une réalité qui fera sourire amèrement les plus vieux et donnera matière à réflexion aux plus jeunes comme savent le faire les meilleurs contes.

Chimichanga Wanderer's Treasures Comic Talk

Humour, aventure, réflexion, émotions… L’histoire de Chimichanga offre tout ce qu’on peut attendre d’un bon comic, d’un conte moderne. Côté graphique, le hardcover offre la chance de retrouver le duo qui a fait le succès de The Goon. Le trait si particulier de Powell retrouve ainsi les couleurs de ce génie de Dave Stewart, l’homme qui sait adapter sa palette à des style si diamétralement opposés que ceux de Darwyn Cooke et Lee Bermejo. Autant rien n’est à jeter dans Chimichanga, autant on n’oserait pas en demander plus tant l’impression d’avoir entre ses mains un objet parfait se fait forte. Recommandé à tous et aux autres !

Poster un commentaire