The Wanderer’s Treasures #55, Desperadoes : A Moment’s Sunlight

Desperadoes Wanderer's Treasures Comic Talk

Jeffzewanderer Par

Un vieux ranger, un ancien esclave et une prostituée jouent au poker dans un bar. Non, ce n’est pas le début d’une blague, mais la scène d’ouverture de Desperadoes : A Moment’s Sunlight par Jeff Mariotte et John Cassaday (Astonishing X-Men, Uncanny Avengers). Mini-série publiée par Image (dans la ligne Homage Comics de Wildstorm pour être précis) puis rééditée dans un omnibus par IDW avec ses suites, Desperadoes est un mélange entre western et horreur.

On y suit donc trois héros, cabossés par la vie, comme dans tout western bien gritty. Le vieux ranger c’est Gideon Brood. Homme violent mais droit, il avait enfin trouvé la paix aux côtés de sa femme Emma et de leur fils Josh. « Avait » car ce bonheur lui a été arraché par Leander Peik, un monstre sanguinaire qui a assassiné Emma et Josh selon un rituel indien barbare (je passe le détail pour les âmes sensibles ou ceux qui liraient ça en mangeant). Et désormais Gideon ne rêve que de vengeance.

Desperadoes Wanderer's Treasures Comic Talk

C’est sur la piste de Pike qu’il croise Jerome Alexander Betts, une corde autour du cou. Jerome est un ancien esclave, qui a bien entendu profiter de l’émancipation proclamée par Lincoln. Ancien soldat, et surtout authentique homme de bien, il liera son destin à celui de Gideon par reconnaissance. Abby Degrazia a elle aussi eu une vie compliquée, passée à s’enfuir. Jusqu’à ce que sa route croise celle de Peik, et que pour la première fois elle refuse de fuir, préférant enfin faire face à ses peurs.

Le trio sera poursuivi par Race Kennedy, détective de l’agence Pinkerton envoyé depuis Chicago pour traquer le mystérieux tueur écumant l’ouest. Homme de la côte est peu habitué aux us et coutumes du Far West, il va vite comprendre que nos trois héros poursuivent le même objectif que lui.

Cette chasse à l’homme est au centre de l’intrigue, et comporte maints rebondissements. Car il faut ajouter à ce mélange explosif un sheriff voulant venger sa femme, morte par accident lors de la fusillade sur laquelle s’ouvre le récit. Mais aussi la tribu du chef indien Nana, qui s’avèrera être un soutien précieux. Et les magouilles de l’entreprise ayant contracté les services des Pinkerton. Bref un beau mic-mac, mais bien organisé par Jeff Mariotte, si bien que le lecteur n’est jamais perdu. Mention spéciale aux flash-back dévoilant les origines des personnages, très bien amenés.

Desperadoes Wanderer's Treasures Comic Talk

Une intrigue efficace, et servie par l’univers dans lequel elle se déroule. Les personnages sont charismatiques, jouant avec les codes du western. Les petits détails, comme l’intervention de véritables personnages historiques (Nana, Lozen…), ajoutent du cachet. Et l’horreur est elle aussi bien présente. Leander Peik est plus une présence qu’un véritable personnage, une bête enragée, un être dérangeant. Sa folie met mal à l’aise, sans non  plus tomber dans le glauque gratuit, comme son histoire.

Et enfin comment ne pas mentionner les dessins de John Cassaday. L’artiste en est alors à ses débuts, et n’est certes pas encore arrivé à maturité. Mais on reconnaît déjà la patte qui le fera éclater sur Planetary. Les personnages ont déjà cette « gueule » si caractéristique, le trait cette finesse et ce rendu un peu granitique. Et le story-telling est déjà remarquable. Les poses des personnages notamment, sont très réalistes mais jamais rigides. Et les designs sont tous excellents, parfaites transcriptions visuelles de la personnalité des protagonistes.

A noter enfin pour ceux qui voudraient chercher les singles que l’intrigue de la série tient en fait en quatre numéros, le cinquième étant un stand-alone de fort bonne facture replongeant Gideon dans les horreurs de la guerre de sécession.

Desperadoes est donc un excellent western et un récit d’horreur tout aussi réussi. L’intrigue est simple et efficace, mais prenante et servie par l’univers. Et les personnages donnent envie de les suivre. Notez à ce sujet que l’omnibus vaut vraiment le coup, les aventures suivantes de Gideon et sa bande valant largement le détour elles aussi, à commencer par Buffalo Dreams. Alors vérifiez votre colt, et giddyup partner !

Desperadoes Wanderer's Treasures Comic Talk

Poster un commentaire