Unity #1, la review

Unity Comic Talk Review

Par

Un an et demi que je lis et parle du nouveau Valiant. Un an et demi, que semaine après semaine, après chaque single, je suis impressionné par la qualité, que je prends plaisir à chaque nouvelle série lancée, que j’essaie de convertir les gens à cet éditeur, cet univers qui se construit. Il y a quelques mois , l’éditeur annonçait Unity pour continuer d’entremêler ses personnages. Unity résonne auprès des fans de la première heure puisqu’il s’agit du nom du premier crossover durant les années 90 qui avait vu naître par la suite plusieurs séries : Bloodshot, Ninjak, H.A.R.D. Corps, ou encore Timewalker. C’est donc avec un héritage assez lourd, mais des promesses dès son titre, que Unity envahit les étales de nos comic shops.

La première série lancée par Valiant l’année dernière était X-O Manowar. Imaginez Aric of Dacia, un barbare tout dans la finesse tel Conan, qui se retrouve au contrôle d’une armure extra terrestre, enlevé de son époque et parachuté à la nôtre. Tant qu’il tapait sur des aliens, cela passait. Mais lorsqu’il décide de s’installer avec d’anciens esclaves dans un parc en Roumanie, l’affaire devient diplomatique sans qu’Aric ne se rende compte des conséquences de ses actes et de la paix mondiale qu’il fragilise. Bien évidemment, certains décident d’agir. Et si mon résumé ne vous satisfait pas, Valiant a tout prévu avec une présentation en 8bits.

C’est bon ? Vous arrivez à situer ? Si jamais, en deuxième de couverture se trouve une infographie efficace résumant dans un autre style ce qui a amené aux événements qui nous sont racontés. L’introduction se fait en douceur à travers les yeux d’une journaliste culinaire qui s’est retrouvé au milieu d’affrontement entre X-O et l’armée russe, ce qui l’a amené à être obsédé par le barbare en armure et se proclamer bloggeuse officielle du Man-O-War. Les offensives russes étant pour le moment infructueuse, l’escalade  de la puissance de l’armement pourrait avoir des conséquences désastreuses : l’arme nucléaire. Marqué par les bombardements à Hiroshima et Nagasaki, un homme va tout faire pour stopper cela : Toyo Harada. Il est prêt à tout pour que le monde ne subisse pas un nouveau désastre. X-O Manowar devient l’homme à abattre. Il possède à la fois les pouvoirs et les ressources dans sa Fondation Harbingers pour arrêter le barbare. Il s’entoure alors de l’Eternal Warrior, de sa meilleure équipe d’intervention, et également de Ninjak. Mais tout ne se déroulera pas comme prévu…

Unity Comic Talk Review

Vous n’êtes pas familier de l’univers Valiant ? Ce n’est pas grave, Matt Kindt vous donne toutes les clés pour profiter pleinement de ce premier numéro. Chaque personnage est pleinement introduit et toutes les cartes sont pleinement distribuées pour comprendre tous les tenants et aboutissants de chacun. X-O Manowar est au centre de toutes les attentions. On ressent à la fois sa détresse d’être perdu dans un monde et une époque qu’il ne connaît pas, mais également sa force, et et le fait qu’il sera prêt à tout pour ce qu’il estime être sa nouvelle patrie et sa liberté. Et la seule personne capable d’éviter le pire est Toyo Harada, présenté comme la pire des raclure dans Harbinger. Depuis un an et demi, Valiant nous présente des héros bien loin de tout manichéisme. On se souvient encore de Peter Stanchek qui utilise ses pouvoirs pour coucher avec son ami d’enfance et perpètre ainsi rien d’autre qu’un viol. L’univers, comme tout personnage qui le compose, n’est ni noir, ni blanc. Le gris prédomine et on nous le rappelle à tout moment. Matt Kindt nous donne des éléments et chacun pourra se ranger dans un camp.

Alors que l’on attend toujours Ninjak dans sa propre série, il fait encore une fois une apparition tout aussi remarquée que dans l’ongoing d’X-O Manowar. Il inonde de sa classe ce premier numéro autant dans ses pensées que dans la manière dont l’illustre Doug Braithwaite. L’artiste réalise d’ailleurs une prestation plus que solide, alternant entre scènes d’actions impressionnantes et moments un poil plus contemplatifs. Matt Kindt donne un rythme au récit et Doug Braithwaite le suit parfaitement pour nous tenir en haleine dans cette introduction. Il participe pleinement à la personnalisation de tous les personnages, sans oublier de réaliser des fonds et décors qui fourmillent de détails.

Unity Comic Talk Review

Il va falloir du temps pour que Unity se mette en place. Plus qu’un début de team-up, on se retrouve face à un point d’entrée dans l’univers Valiant. Ne vous attendez pas à un ersatz de Justice League ou d’Avengers, à rien de ce que vous pouvez connaître en super héros. Valiant, c’est avant tout de l’ambiguité, l’absence de moralité, tout ce que l’on retrouve dans ce premier numéro. Si vous ne lisiez pas de Valiant avant, ce n’est pas grave, profitez de ce Unity #1 pour plonger dans cet univers, vous ne serez pas déçus et je l’espère aurez envie d’en découvrir plus. Si comme moi vous ne ratez aucun numéro, vous profiterez de chaque case, chaque phrase. Quel plaisir de voir X-O Manowar marqué par sa condition, mais encore redoutable et prêt à tout, de découvrir cette équipe qui va se former avec Ninjak (encore une fois, quel pied de le revoir!), Eternal Warrior, Livewire, mené par un Toyo Harada toujours aussi déterminé…

La note : 4,5/5

Poster un commentaire