X-Men : Battle Of The Atom, le bilan

X-Men Battle Of The Atom Comic Talk Review Bilan

Jeffzewanderer Par

SPOILER ALERT !

CET ARTICLE CONTIENT DES INDICES CONCERNANT LE DEROULEMENT DE BATTLE OF THE ATOM (NOTAMMENT LE SORT DE JEUNES VERSIONS DES X-MEN).

MAIS IL PRESERVE LE SUSPENS QUANT AU DENOUEMENT DE L’EVENT.

Si Amazing X-Men #1 focalise en ce moment toute l’attention des fans des mutants made in Marvel, il ne faut pas oublier que la semaine avant sa sortie s’achevait Battle Of The Atom, les premier grand crossover mutant de l’ère Marvel Now.

Le X-over c’est une tradition qui s’était un peu perdue, mais que Messiah Complex et ses successeurs ont remis au goût du jour depuis quelques années. Et c’est aussi un peu un rite de passage pour les auteurs, une figure imposée dont la réussite ou l’échec peut colorer tout un run.

Alors, que vaut donc cette bataille de l’atome concoctée par le trio Brian Michael Bendis, Jason Aaron et Brian Wood ? La réponse est loin d’être aussi simple qu’il y paraît…

Back In Time

Le voyage dans le temps est à la base de l’ère Bendis des mutants, puisque le scénariste a décidé, dans All-New X-Men, de transporter les jeunes versions des premiers X-Men (Cyclops, Angel, Beast, Iceman et surtout Jean Grey) à notre époque. Et autant vous prévenir tout de suite, du voyage temporel, vous allez en manger dans Battle Of The Atom !

En effet, le point de départ est que les X-Men du futur débarquent à notre époque pour renvoyer les jeunes premiers X-Men dans le passé qu’ils n’auraient jamais dû quitter. Et pour corser le tout, une autre équipe venue du même futur et prétendant aussi être les X-Men, mais s’opposant à leurs homologues voyageurs dans le temps, débarque aussi. Bon, dit comme ça, ça donne envie de tout lâcher et d’aller vite fait se chercher une aspirine, mais en fait dans le récit tout passe très bien.

Même des concepts à s’arracher les cheveux comme celui de la « vieille jeune Jean » (soit la version adulte venue du futur de la jeune Jean Grey, celle amenée à notre époque dans All-New X-Men et qui y serait restée coincée) sont en fait limpides dans le cadre du récit. C’est déjà un point majeur à mettre au crédit des auteurs, surtout quand on sait qu’on peut voir jusqu’à TROIS versions d’un même personnage se côtoyer (la jeune issue du passé, l’actuelle et la future, par exemple pour Beast ou Iceman).

On pourra par contre tiquer en constatant la facilité déconcertante avec laquelle tout ce petit monde se ballade dans le temps. Alors oui, dès lors qu’on a admis le principe du voyage dans le temps une fois, on peut l’admettre cinquante ou cent fois. Mais une petite voix à l’arrière de ma tête a quand même passé l’eventà me susurrer que changer d’époque devrait être un peu plus compliqué qu’aller acheter ma baguette. Ou au moins plus exceptionnel.

X-Men Battle Of The Atom Comic Talk Review Bilan

We Know Drama

La narration de Battle Of the Atom est donc bonne d’un point de vue « technique ». Le rythme est lui aussi bien géré, les révélations et l’action alternant de manière efficace. Cela malgré un story-telling assez décompressé et surtout un nombre très important de longues scènes de dialogues. Mais ce dernier point est la marque de notre époque, et plus particulièrement des séries X-Men ces derniers temps, Bendis (et dans une certaine mesure Wood) étant adeptes de ce style d’écriture. Et lesdits dialogues sont très bons, donc ça passe d’autant mieux.

En fait la vraie question concerne le contenu de cette narration. En effet l’enjeu dramatique du début de l’event est de savoir si les jeunes X-Men vont être renvoyés à leur époque ou pas. Et sur les cinq ou six premiers chapitres c’est un suspens bien mené. Mais assez vite il disparaît. Déjà parce qu’à la NYCC Marvel a annoncé un futur arc qui donne la réponse. Et aussi parce que dans le crossover la question de leur retour ou non est résolue au chapitre 8 (sur 10).

Il y avait donc un gros risque que l’event perde tout intérêt arrivé à ce fameux chapitre (ou même avant pour ceux qui suivent l’actualité). Mais au final ce n’est pas vraiment le cas, heureusement. En effet les confrontations entre les différentes équipes (les deux venues du futur, les jeunes X-Men, l’école de Wolverine et les Uncanny X-Men du Cyclops actuel) sont suffisamment spectaculaires pour retenir l’attention.

Et le simple fait de savoir comment régler tous ces conflits et renvoyer tout le monde à sa place le temps des deux derniers chapitres suffit à tenir en haleine. Surtout que le plan B d’une des équipes futuristes (un bel hommage au tout premier numéro d’Uncanny X-Men) introduit un ultime rebondissement et laisse place à diverses répercussions intéressantes explorées lors des épilogues (désolé d’être aussi vague mais là encore j’essaie d’éviter les spoilers).

Ainsi la critique du « tout ça pour ça » en fin de compte pourra tout de même être écartée. Car si on n’a pas non plus un bouleversement dramatique, le fait de régler la situation des jeunes X-Men devrait permettre aux séries de Bendis d’avancer et de passer à leur deuxième acte. Même si oui, dix parties ça fait quand même beaucoup.

A noter aussi que le dessin est très bon sur tous les numéros, et cohérent sur l’ensemble de l’event malgré la diversité des styles (Chris Bachalo et David Lopez ce n’est pas exactement la même école). Seul micro bémol, au dernier chapitre Essad Ribic ne livre pas un travail au niveau de son Thor. Comprenez que c’est juste très beau au lieu d’être sublime, soit le genre d’inconvénients dont on s’accommode bien.

X-Men Battle Of The Atom Comic Talk Review Bilan

Looking At Me Looking At You

Mais ce qui semble être la principale caractéristique de Battle Of The Atom, et qui peut le plus justifier les critiques à son égard, c’est qu’il confirme que les titres X-Men (surtout All-New) sont des comics qui se regardent beaucoup eux-mêmes.

Comprenez qu’une très grande partie de l’intensité dramatique vient non pas des interactions des protagonistes avec le monde extérieur, mais plutôt de celles entre eux au sein du groupe, voire avec eux-mêmes au travers des diverses versions des même individus qui se côtoient. Bref c’est l’histoire des X-Men qui règlent les problèmes des X-Men entre X-Men.

Alors oui, ce genre de récit a son charme, la preuve en est la qualité (et le succès mérité) d’All-New X-Men, où le grand intérêt est de voir les jeunes X-Men du passé réagir à notre présent, et interagir avec les X-Men actuels, notamment avec leurs propres alter ego de notre temps. Ainsi au début de Battle Of The Atom on se régale à découvrir qui est une version future d’un personnage connu ou qui est le fils de qui. J’avoue notamment avoir été excité comme une puce en découvrant l’identité du Xorn du futur (la surprise révélée à Jubilee n’étant pas mal non plus, Brian Wood utilisant au passage assez bien cet event pour continuer de faire avancer sa série, même s’il le fait moins que Bendis). Et les duels entre les différentes générations/versions d’X-Men sont parfois jouissifs. Mais ça confine aussi à l’onanisme, il faut le reconnaître.

Et comme cette pratique, c’est aussi assez excluant. En effet si le lecteur de longue date pourra trépigner de joie en comparant telle et telle version des ses personnages bien-aimés, le néophyte risque bien de n’y voir qu’un intérêt limité. S’il ne connaît pas bien un personnage, quel intérêt d’en voir une version surprenante ou un descendant. A titre de comparaison, là ou Jason Aaron rend un bel hommage au passé de Nightcrawler dans son Amazing X-Men, tout en le rendant accessible aux nouveaux lecteurs, Bendis & co (oui, dont Aaron, mais qui semble en retrait) en restent au seul hommage, limite fan service. On est assez loin des grandes aventures épiques à la Claremont, et les titres mutants semblent plus que jamais repliés sur eux-mêmes.

X-Men Battle Of The Atom Comic Talk Review Bilan

LE BILAN : Battle Of The Atom est un X-over assez particulier, vraiment tourné vers l’intérieur. C’est beau, l’action est là, et les révélations ne manquent pas, mais ces dernières s’adressent avant tout aux fans de longue date des titres X. le dénouement annonce le deuxième acte de l’ère Bendis, et rien que ça c’est déjà une très bonne chose et une conséquence qui n’a rien de négligeable. Mais il y a aussi un gros aspect « cuisine interne des X-Men », qui peut nuire un peu à l’intensité dramatique et surtout paraître excluant pour les lecteurs, particulièrement les néophytes.

LA NOTE : 4/5 (3/5 si vous débutez en matière d’X-Men)

5 Responses to X-Men : Battle Of The Atom, le bilan

  1. Arnaud dit :

    Je maintiens mon « tout ça pour ça » ^^ En fait, les conséquences ne sont pas à la hauteur d’un tel événement, étalé sur quand même dix numéros. Soit on était déjà au courant (la cover d’Uncanny X-Men #15 pour Kitty qui change d’équipe, l’annonce de Trial of Jean Grey pour les ANXM qui se retrouvent bloqués dans le présent), soit c’est simplement des redites (on savait déjà qu’un ennemi des X-Men possédait des Sentinelles) légèrement étoffées.

    Le pire, c’est qu’à aucun moment il ne nous est révélé pourquoi il est si important que les ANXM retournent à leur époque. Si c’est juste par pur égoïsme de la part de Teen Jean, je trouve ça léger, je vois mal Beast remuer ciel et terre pour un caprice. Des pistes sont lancées, genre le Phénix qui « parle » à Jeen, mais rien de plus. Idem pour Kitty, on a l’impression que sa décision est prise à la va-vite. Aussi ridicule que ça puisse paraître, malgré dix numéros, les auteurs n’ont pas eu assez de temps pour développer leur récit.

    Les quelques morts ici et là n’y changent rien (franchement, osef qu’un personnage du futur crève, ça n’impactera pas nos récits), j’ai l’impression que ce récit ne changera rien. On reste tous dans le présent, certains changent d’équipe, on continue de combattre les méchants, les tensions entre équipes subsistent, et voilà. Même status quo qu’il y a deux mois, à peu près. Après je lis un comic book pour la qualité du récit plus que pour des conséquences ou un événementiel fictif, mais même là, les auteurs se regardent écrire et lancent des idées plus qu’ils ne les développent. Déçu, vraiment.

    • Zarathos dit :

      Je ne suis pas vraiment d’accord . Je comprends que tu t’attendent a un debut , milieu , fin et gros changement en climax , mais cet event etait de toute evidence , outre le coté commerciale , juste la pour jalonner les futures histoires qu’ils vont justement developper . Maintenant on va voir par example comment Kitty va devoir gerer des futures conflits avec Scott sur le cap a suivre avec les All New , meme si le dernier numero montre qu’elle a relativement carte blanche et reste avec sa team de jeune de son coté .

      On a une vrai nouvelle evil brotherhood , pas les mecompris aggressifs de Cyclops . Et de nouvelle histoires a l’horizon pr les all new . Une possibilité de les voir suivre le chemin tant redouté du future , ou une divergence

      Ils developpent leur idée , juste que la ce sera dans les series en cours , pas juste l’evenement . C’est un launch pad pour le contenu des serie xmen bendis (et aaron)

  2. Comic Book Avignon dit :

    je l’ai trouvé trop long au contraire, même si l’on sait que ce crossover est là pour régler le cas des « jeunes x-men », et j’en ai d’ailleurs aimé la conclusion, le faire en 10 tomes est vraiment abusé ( 7 ou 8, OK ). Je ne comprends pas du tout le revirement de Kitty Pride à la fin. Wolverine l’a trahi ? quoi ? où ? quand ? à quel propos ? c’es vraiment pas clair. Les voyages dans le temps sont en effet trop facile, et je n’ai pas forcément aimé toutes les incarnations futures ( ça c’est purement personnel ).
    Dernière chose qui me gêne, c’est qu’on nous ressort le sempiternel pamphlet de l’avenir du monde-X c’est… POURRI. Depuis Day of the future past, le futur des x-men c’est pourri, pourri, pourri. Changer de chanson les gars, svp.
    Hormis ça je suis d’accord, ça se lit bien, c’est bien dessiné, les interactions entre les personnages sont top ( merci Bendis ), mais je ne mettrais que 3/5.

    • Jeffzewanderer Jeffzewanderer dit :

      Bon alors autant annoncer la couleur : cette réponse va spoiler frénétiquement. Prêts ?

      @Comic Book Avignon :

      Pour la longueur en termes de chapitres c’est vrai qu’il y en a beaucoup. Je pense que ce qui a fait passer la pilule c’est le plaisir que j’ai pris à lire l’event (grâce justement aux interactions entre personnages, donc même quand il ne se passe finalement pas grand chose). Et SURTOUT le fait qu l’event s’est déroulé sur 2 mois seulement. Etalé sur 4 mois j’en aurais sans doute eu marre. mais sur deux mois surtout lu en 2 « paquets » c’est bien passé (mais je reconnais que c’est subjectif).

      Pour Kitty la « trahison » vient du fait qu’elle s’était rangée du côté des « jeunes X-Men » et ne voulait pas les forcer à revenir à leur époque et vivre leur destin s’ils ne le voulaient pas (elle et Rachel étaient d’accord sur ce point je crois). Mais Logan a, lui, voulu les réexpédier à leur époque qu’ils le veuillent ou non. Alors qu’il avait fait confiance à Kitty pour les guider, il lui retire cette confiance dès qu’elle n’est pas d’accord avec lui sur le sort de « ses » élèves. C’était dans le chapitre 4, 5 ou 6 je crois. Après je reconnais qu’on n’en parle plus trop dans la seconde partie du moins jusqu’à l’épilogue, on l’oublie un peu c’est vrai.

      Et pour les futurs pourris, je pense qu’il y a le fait que c’est plus facile de créer de la tension dramatique à long terme avec justement la promesse d’un avenir terrible, peut-être inéluctable, mais dont nos héros essaieront d’empêcher la réalisation. Le mot important étant facile, et la facilité pouvant justement lasser.

      Mais pour Battle Of The Atom je mettrai un petit bémol : en fait la Brotherhood du futur de Xavier promet un avenir apocalyptique qu’il faudrait à tout prix empêcher. Mais les vrais X-Men du futur ont plutôt l’air de dire que oui, il y a des drames à venir, mais que finalement ce n’est pas tant la catastrophe que ça, malgré l’épisode dramatique de la mort de Dazzler lors de son élection. On sort donc (un peu) du schéma habituel, puisqu’ici le futur vraiment tout pourri n’est au final qu’un leurre.

      @Arnaud :

      Pour la plupart des points que tu soulèves je n’ai pas de réponse puisqu’ils relèvent de ton jugement personnel, et je n’ai donc pas à essayer de te « convaincre » que tu n’as pas le bons goûts, ce serait stupide :-)

      Par contre sur la raison qui fait que le ANXM doivent retourner à leur époque selon la Brotherhood, il y a certes « l’égoïsme » de Jean, qui veut apparemment s’épargner pas mal de désagréments à venir, mais il y a aussi et surtout l’extrêmisme du descendant de Xavier et des autres membres de l’équipe qui considèrent qu’à leur époque le statut des mutants est intolérable, qu’ils sont encore trop opprimés. Après je t’accorde volontiers que ce point de vue aurait pu (dû ?) être plus développé par soucis de clarté. Et pour le revirement de Kitty je te renvoie au passage la concernant plus haut dans ce commentaire.

      Wow, ça fait presque un second article cette réponse ! :-)

  3. Zarathos dit :

    Je comprends quand meme Kitty Pride … elle a quand meme rejoins Wolverine PARCE QUE il ouvrait une ecole , une vrai pas une facade pour mutant , et allait a contre courant de l’apparente militarisation des jeunes mutants que la voie uncanny et revolutionnaire de Cyclops semblait presager .

    Et finalement au 1er pepin qu’est ce qui ce passe ? l’hypocrite de Logan , qui vient n’oublions pas de casser le continuum espace temps dans Age of Ultron et sachant que quasiment tout les x-men ont privilegié leur pommes a la sauvegarde d’une ligne temporelle pure a un moment donné , et decide que faut le renvoyer , de force meme , et se bat meme pour en ignorant tout avis contraire .

    tout ca pour au final suivre et faire le jeu des villains et prouver en plus qu’il sont toujours juste une faction guerriere de plus .

    Wolverine n’avais peu etre pas tord , mais il n’avais certainement pas plus raison que les autres , et n’en est pas apparu moralement mieux placé que le soit disant « evil » et sectaire Cyclops .

Poster un commentaire